Florus et les Arts libéraux selon Augustin

Pour #MarginaliaMonday cette semaine, voici une note de Florus sur un passage d’Augustin où il est question des arts libéraux:

Paris, BnF, n.a.l. 1443, f. 145v,3

Paris, BnF, n.a.l. 1443, f. 145v,3 (cliquez pour voir le feuillet entier sur Gallica)

On se trouve ici dans la lettre 101 de saint Augustin [la lire en latin ici, en français ]. Augustin y évoque les arts dits «libéraux» par rapport à la Vérité qui, seule, «vous rendra libres», comme dit l’Évangile de Jean. Aussi, dit-il, les arts «libéraux» ne rendront-ils libres que dans l’exacte mesure où ils seront d’accord avec la Vérité. Il ne s’agit pas de rejeter intégralement la culture classique, mais d’y conserver ce qui y est d’accord avec la vérité, et de rejeter ce qui, en revanche, y est mensonge, et donc aliénation. Le passage ne pouvait qu’intéresser un érudit carolingien comme Florus: aussi l’a-t-il soigneusement relevé.

Nota nimis, quid de artibus liberalibus sentiendum sit.

C’est-à-dire :

Remarque bien ce qu’il faut penser des arts libéraux.

S’ensuit la liste des arts libéraux, qui sont signalés par Florus sous la forme de sigles en capitales (semi-onciales, pour être précis), à la hauteur du passage où Augustin les mentionne. On n’en trouve donc que trois ici, la Poésie, la Rhétorique, et la Philosophie, parce qu’Augustin ne parle des autres qu’un peu plus loin. Voici l’Histoire, un peu plus bas sur la même page:

Paris, B.n.F., n.a.l. 1443, f. 145v,19

Paris, B.n.F., n.a.l. 1443, f. 145v,19 (cliquez pour voir le feuillet entier sur Gallica)

Et enfin la Rythmique et la Musique, sur la page d’en face:

Paris, B.n.F., n.a.l. 1443, f. 146r,3

Paris, B.n.F., n.a.l. 1443, f. 146r,3 (cliquez pour voir le feuillet entier sur Gallica)

Le dernier symbole, qui combine un N et un T, signifie «Nota»; il a pour but de signaler un passage que le lecteur trouve intéressant. C’est le même qu’on trouve au début de la note citée et traduite ci-dessus.

Traditionnellement, les arts libéraux sont au nombre de sept, mais Florus n’en a relevé ici que six. C’est qu’Augustin n’en mentionne que six. On peut être surpris aussi des six dont il s’agit, car ils ne correspondent presque pas à la liste canonique (Grammaire, Rhétorique, Dialectique; Arithmétique, Musique, Astronomie, Géométrie), que Florus connaissait forcément et qui a certainement été son propre programme scolaire.

Il faut dire qu’au moment où Augustin écrit, en 408/409, les arts libéraux ne sont pas encore théorisés en tant qu’une liste fixe de sept matières, formant un cycle d’études de trois puis quatre matières. Aussi ce que relève Florus ici avec ses sigles, ce n’est pas tant le nom des matières, mais bien les formulations d’Augustin: il écrit POET’ à la hauteur de la ligne où Augustin mentionne les «carmina poetarum», «les chants des poètes»; puis ORAT’ à la hauteur de la ligne qui évoque les «oratorum inflata», «les inanités des orateurs»; puis PHYL’ à la hauteur de la mention «phylosophorum garrulae», «les fariboles des philosophes»: jusqu’ici, on ne parle pas des matières, mais de ceux qui les pratiquent. Pour Florus, dans la liste canonique des arts libéraux, cela doit sans doute correspondre respectivement à la Grammaire, la Rhétorique, et la Dialectique. Ensuite seulement, Augustin utilise les noms des matières. C’est d’abord «ystoria», «l’Histoire» — et Florus écrit à cette hauteur le sigle HYS’. Pas de rapprochement possible ici avec la liste canonique des arts libéraux: l’histoire n’en fait tout simplement pas partie. Pour finir, Augustin fait un rapprochement entre nombres et notes de musique: c’est là que Florus écrit dans la marge RYTHM’ et MUS’ en songeant certainement à l’Arithmétique et à la Musique. S’il remplace l’arithmétique par RYTHM’, c’est sans doute parce qu’Augustin explique, juste après, qu’il a composé un traité sur le Rythme («de solo Rythmo»). Il espère aussi en composer un sur le Chant («de Melo»), quand ses occupations auprès de l’Église d’Hippone lui en laisseront le loisir… Mais le mot de «musique» n’apparaît nulle part dans le passage.

À sa façon d’annoter, on voit que Florus a d’abord lu l’intégralité du passage et s’est demandé comment s’y prendre: il a bien vu qu’Augustin ne traitait pas la liste canonique des arts libéraux, ni leur organisation en programme scolaire; il a vu également que les matières mentionnées ne collaient pas exactement avec les matières de la liste canonique; et enfin il a remarqué que les premières mentions ne donnent même pas des intitulés de matières, mais parlent des auteurs. En recourant à des sigles en semi-onciale, une méthode qu’il réserve d’habitude à d’autres usages bien précis, il peut gommer toutes ces différences, et «baliser» les six points intéressants à mesure qu’ils se présentent, pour suggérer efficacement, mais sans trop le forcer non plus, un rapprochement avec le programme scolaire carolingien.


Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *