Florus et Eucher de Lyon sur saint Paul — la compilation perdue

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, et en l’honneur de la fête de saint Eucher hier, voici une série de sigles marginaux semés par Florus :

Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)

Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)

Saint Eucher, qui vécut fin IVe – première moitié du Ve siècle, appartenait à la meilleure société gallo-romaine, de riches et nobles propriétaires terriens. Marié et plusieurs fois père, il finit par embrasser la vie monastique, et se retira même dans un ermitage, d’où l’on vint le tirer pour le faire évêque de Lyon. Son pontificat à Lyon dura une quinzaine d’années.

On conserve de lui plusieurs lettres et ouvrages, en particulier son récit du martyre de la légion thébaine — martyre honoré par l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, fondée en 515, il y a bientôt un millénaire et demi — ainsi que ses Formulae spiritalis intelligentiae, une sorte de glossaire des termes difficiles de la Bible, classés par catégorie.

Le manuscrit Paris lat. 9550 n’est pas contemporain d’Eucher mais, copié à Lyon au VIIe siècle, il est le plus ancien et le plus proche manuscrit de ses œuvres qu’on ait conservé. C’est aussi l’exemplaire sur lequel Florus a travaillé, à l’ombre de la cathédrale de Lyon, au milieu du IXe siècle.

La carrière de Florus a été traversée par un grand projet: réaliser des commentaires des lettres de saint Paul, avec pour seul matériau des extraits des œuvres des Pères de l’Église. Nous conservons quinze compilations de ce genre, puisant chacune dans un Père de l’Église différent.

Eucher de Lyon n’est pas dans la liste… Or on peut voir, entre autres sur l’image ci-dessus, que Florus avait au moins le projet de lui consacrer une seizième compilation.

Paris_lat_9550-f_024r-siglesL’image montre une sélection de quatre passages que Florus a trouvés intéressants pour bien comprendre saint Paul. C’est d’abord un passage qui concernait la lettre aux Colossiens: d’où le sigle COLSS· qu’il a porté dans la marge pour repérer très visiblement l’emplacement de l’extrait. Il a également défini le passage qui l’intéressait, au moyen de deux crochets ⎡ et ⎤. Et pour finir, comme le manuscrit ne portait pas de ponctuation très précise, Florus a ajouté la sienne. Au propre, cela nous donne:

(AD COLOSSENSES.) Chirographum: conscriptio hominis peccatoris cum diabolo, per manum iniquitatis. In Apostolo. Chirografum peccati: quod erat contrarium nobis.

(SUR LES COLOSSIENS.) «Acte manuscrit.» L’inscription de l’homme pécheur aux côtés du diable, par la main de l’iniquité. Dans l’Apôtre: «L’acte manuscrit du péché, qui nous était contraire.»

Eucher explique ici un terme très rare dans la Bible, chirographum: c’est un mot emprunté au grec, qui signifie littéralement «écrit à la main», et qui désigne un document par lequel on s’engage vis-à-vis d’une autre personne: on se lie d’autant mieux que le document est autographe. À part le livre de Tobie qui l’emploie à six reprises, le terme n’apparaît que dans la phrase de saint Paul citée par Eucher et soigneusement relevée par Florus: Colossiens 2,14.

Vulgate trad. Bible de Jérusalem
delens quod adversus nos erat chirographum decreti, quod erat contrarium nobis, et ipsum tulit de medio, affigens illud cruci. Il a effacé, au détriment des ordonnances légales, la cédule de notre dette, qui nous était contraire; il l’a supprimée en la clouant à la croix.

À la suite de cet extrait, Florus a encore sélectionné un passage pour la lettre aux Hébreux (HBR·), pour la première lettre aux Corinthiens (COR·I·), et de nouveau pour les Colossiens (COLSS·). Conformément à la méthode habituelle de Florus, pour former une compilation d’extraits de saint Eucher sur les épîtres de Paul, les extraits devaient ensuite être reclassés et copiés au propre dans l’ordre des lettres de saint Paul: on aurait donc rencontré d’abord le troisième (sur 1 Co 7,18), puis le quatrième (sur Col 2,11), puis le premier (sur Col 2,14), et enfin le deuxième (sur Hb 8,8) — sans oublier, bien sûr, tous les autres extraits qu’il a sélectionnés au fil des pages de ce manuscrit.

Une compilation qu’il n’a peut-être pas eu le temps d’achever avant sa mort, puisqu’on ne l’a pas retrouvée. Dort-elle quelque part, inconnue, dans un manuscrit mal identifié ? La retrouvera-t-on un jour ? Ou ne pourra-t-on s’en faire une idée que par le manuscrit de préparation de Florus ?


Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *