Florus, Augustin, la Sagesse et la Bible

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, une note d’érudition sur le livre de la Sagesse :

Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26 (cliquez pour afficher la page entière en haute définition)

Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26
(cliquez pour afficher la page entière en haute définition)

Nous sommes dans le livre de saint Augustin Sur la prédestination des saints (14,26). Dans ce livre, Augustin répond à des moines de Gaule, chez qui ses précédents ouvrages avait suscité une grosse dispute. Pour simplifier, la question est de savoir si les saints ont une responsabilité personnelle dans leur propre sainteté, ou si c’est Dieu qui fait tout le travail pour eux : et toujours en caricaturant, Augustin est plutôt de la deuxième opinion, alors que ses interlocuteurs sont plutôt de la première.

Dans un précédent ouvrage, Augustin avait utilisé cette phrase du livre de la Sagesse (4,11) à l’appui de son argumentation :

Raptus est, ne malitia mutaret intellectum eius.

Il a été enlevé, de peur que la malice n’altère son jugement.

Et ses interlocuteurs le lui avaient reproché : selon eux, le livre de la Sagesse n’appartenait même pas à la Bible, de toute façon.

La liste des livres considérés comme Écritures Saintes constitue ce qu’on appelle le « Canon des Écritures ». La constitution de ce canon est une longue histoire : certains livres ont pu prétendre à y être intégrés, et ont finalement été rejetés : on les appelle « apocryphes ». Comme on le voit ici, le statut du livre de la Sagesse n’est pas encore complètement réglé au moment où Augustin écrit, au début du 5e siècle. Et d’ailleurs, quelque onze siècles plus tard, lorsque les Réformés mettront de nouveau à plat la question du Canon des Écritures, ils rejetteront eux aussi le livre de la Sagesse hors de leur Bible.

Lyon 608, f. 124rMais pour Florus, au milieu du 9e siècle de notre ère, la question ne se pose pas : pour lui, le livre de la Sagesse fait évidemment partie intégrante de la Bible. Cependant, lorsqu’il lit les Pères de l’Église, Florus s’intéresse beaucoup à ce débat antique. Ici par exemple, après avoir bien mis dans la marge le sigle biblique SAP· pour signaler la présence d’une citation du livre de la Sagesse (Sapientia), il s’attarde à commenter le passage de ces quelques lignes :

Quam iniuste, liber fidelissimus et ueracissimus qui inscribitur Sapientiae, a quibusdam uelut non canonicus repudiatus sit.

C’est bien injustement que le livre, très fidèle et très véridique, qui est attribué à la Sagesse, est rejeté par certains sous prétexte qu’il ne serait pas canonique.

On peut remarquer la formule prudente, « liber qui inscribitur Sapientiae » : c’est le livre qui a la Sagesse dans son titre, le livre en tête duquel on trouve le nom de la Sagesse. La Sagesse en personne n’est pas nécessairement la personne qui tient la plume et choisit les mots qui composeront le livre, elle n’est pas nécessairement ce que nous appellerions l’auteur du livre, mais le livre est placé sous son autorité. La question de l’auteur humain du livre, et celle de l’autorité divine du livre, sont deux questions différentes.

Cette question de la canonicité du livre de la Sagesse, et plus généralement du caractère canonique ou apocryphe de certains livres, revient de loin en loin sous la plume de Florus, lorsqu’il lit les Pères de l’Église. Mais on pourra y revenir…


Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *