Qu’est-ce qu’un «manuscrit personnel de Florus de Lyon»?

Dans mon domaine de recherche, les dernières années du XIXe siècle et les premières décennies du XXe sont marquées par deux mouvements parallèles : du côté des historiens et des théologiens, on observe un intérêt renouvelé pour les auteurs carolingiens et leurs œuvres, en particulier Agobard et Florus ; du côté des paléographes, c’est un intérêt nouveau pour les manuscrits, puisque la Bibliothèque municipale de Lyon conserve un nombre anormalement élevé de manuscrits du IXe siècle et antérieurs.

Les deux axes convergent durant la Seconde Guerre mondiale. Dom Célestin Charlier, moine de Maredsous (près de Namur), de retour d’un séjour dans le Sud de la France, est contraint par la guerre de s’établir à Lyon. Il reprend les publications de ses prédécesseurs ainsi que les manuscrits de la Bibliothèque municipale ; et il remarque alors une corrélation massive entre, d’une part, certaines œuvres qu’on soupçonne être de Florus de Lyon, et d’autre part, des annotations portées sur les manuscrits, toujours par une même main carolingienne. Charlier vient de prouver que cette main carolingienne est celle de Florus de Lyon, et que son rôle dans la vie intellectuelle lyonnaise est bien plus important qu’on ne le suspectait. Il publie sa découverte à l’issue de la guerre, dans deux articles qui paraissent à deux ans de distance : « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », dans Mélanges Emmanuel Podechard. Études de sciences religieuses offertes pour son éméritat au doyen honoraire de la faculté de théologie de Lyon, Lyon, 1945, p. 71-84 (réimpr. dans Revue bénédictine 119/2 « Florus de Lyon » (2009), p. 252-267); et « La Compilation augustinienne de Florus sur l’Apôtre : sources et authenticité », dans Revue bénédictine 57 (1947), p. 132-186.

En annexe de son article sur « les manuscrits personnels de Florus de Lyon », Charlier donnait une liste provisoire de cent manuscrits. On m’a plusieurs fois demandé si l’on conservait vraiment cent manuscrits annotés par Florus. Ce serait un chiffre démentiellement élevé : bien sûr, il n’est pas impossible que Florus ait annoté cent manuscrits dans sa vie, et même plus, mais il est hautement improbable qu’on en ait conservé autant. Et bien sûr, ce n’est pas le cas. En réalité, Charlier dressait une liste des manuscrits « qui se trouvaient certainement à Lyon au IXe siècle »… Ce qui est bien différent car, même si Florus a annoté beaucoup de manuscrits de sa bibliothèque, il ne les a évidemment pas tous annotés. [Voir la page « Liste de Charlier » où je tente une mise à jour progressive des informations à ce sujet.]

Au fond il y a une question que Charlier se garde bien de poser : qu’est-ce au juste qu’un « manuscrit personnel » de Florus ? Peut-on qualifier ainsi les manuscrits qu’il a annotés, ou ne doit-on pas réserver le terme aux manuscrits écrits en tout ou partie par Florus ? Mais s’agit-il de manuscrits dont Florus serait propriétaire ? Le fait d’annoter un manuscrit fait-il de lui le propriétaire de ce manuscrit ? À partir de quel point et jusqu’à quel point Florus peut-il annoter un manuscrit dont il n’est pas propriétaire ? Et s’il écrit un texte lui-même, est-ce pour l’avoir « sous la main », « dans ses papiers », « sur son bureau » ? Ou bien le livre qu’il produit est-il destiné à la bibliothèque de la cathédrale, où il travaillait ? Et après tout, Florus, chanoine de la cathédrale de Lyon, qui n’en a jamais bougé, faisait-il lui-même une frontière bien nette entre les livres qui étaient à lui et ceux qui appartenaient à la bibliothèque ? Enfin, dans quelle mesure pouvait-il piocher dans les stocks de parchemin pour se constituer des manuscrits bien à lui ?

On touche donc à des questions de propriété d’objets matériels — et d’objets précieux, en l’occurrence — qui ne sont définies en droit que jusqu’à un certain point, et qui doivent aussi composer avec une situation de fait que nous ne connaissons pas précisément, à savoir la position de Florus dans la hiérarchie de la cathédrale et spécialement de sa bibliothèque. Bref : on peut avancer un certain nombre d’hypothèses, mais une bonne partie de ces questions demeurent et demeureront insolubles.

Plutôt que de vouloir trancher entre les manuscrits qui appartiennent ou n’appartiennent pas à Florus en personne, une autre manière d’approcher la question est d’établir un certain nombre de « traits » qui définissent une proximité avec la personne de Florus. Par exemple, le trait « manuscrit copié par Florus » définit une très grande proximité, de même que « manuscrit annoté par Florus ». Le trait « copie d’un manuscrit annoté par Florus », en revanche, marque une proximité beaucoup moins nette ; mais une proximité tout de même réelle, par comparaison avec l’immense foule des manuscrits qui n’ont aucun rapport de près ou de loin avec Florus.

Cette méthode qualificative a plusieurs avantages. D’une part, elle permet d’attribuer à un même manuscrit plusieurs traits, sans avoir à trancher : dans ce domaine, lorsqu’on veut établir des catégories strictes, on finit toujours par rencontrer un manuscrit qui ne rentre pas dans les cases. D’autre part, elle peut être étendue hors de la question de Florus lui-même, à d’autres « traits » définissant d’autres proximités ; en particulier des proximités au milieu de Florus et aux personnalités qui l’entourent. Par exemple le trait « manuscrit offert par Agobard » marque une forte proximité à la bibliothèque où travaille Florus, même si ce manuscrit n’a aucun trait de proximité explicite par rapport à Florus en personne.

En dernier lieu, cette méthode qualificative pourrait permettre, avec les outils appropriés, de dresser une sorte de « carte » logique de ce qui nous reste de la bibliothèque carolingienne de Lyon. Si l’on attribue à chaque « trait » un coefficient de proximité, on peut projeter les manuscrits sur un graphe, en les répartissant plus ou moins près du ou des « pôles » (Florus, Agobard, etc.) avec lesquels ils entretiennent une proximité. Indépendamment du « Wow ! effect », qui n’est pas désagréable, une carte de ce genre suggèrerait sans doute des rapprochements auxquels on n’a pas encore pensé.


Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *