Collectio “Hispana systematica” — l’abrégé lyonnais

[16/01/2013 : Mise à jour et additions. — De nouvelles informations m’ont conduit à actualiser cet article. Dans la brève analyse ci-dessous, les passages nouveaux ont été signalés entre astérisques, tandis que les passages qu’ils remplacent ont été barrés et placés entre crochets droits ; en revanche, dans la table complète page suivante, les informations ont simplement été actualisées, sans signalement.]

Dans la jungle des collections canoniques, la collection dite Hispana — parce qu’elle puise nombre de ses canons dans les conciles espagnols —se présente habituellement sous une forme chronologique : les documents sont cités ex integro l’un après l’autre par ordre chronologique.

Quelqu’un s’est employé à en élaborer une refonte dite « systématique » : les documents ont été dépouillés, et leurs mille six cent trente canons classés par ordre logique, en dix livres subdivisés en « titres ». Nous conservons de cette « Hispana systématique » trois manuscrits

  1. Paris, B.n.F., lat. 11709 — manuscrit ayant appartenu à Leidrade, évêque de Lyon († v. 816), dont l’ex-libris apparaît au f. 256r.
  2. Lyon, B.M., 336 — exemplaire dont je vais parler plus longuement ici.
  3. Paris, B.n.F., lat. 1565, du onzième siècle.

Seul le troisième nous est parvenu complet, et permet de combler les quelques lacunes des deux premiers.

Il paraît établi[1] que le manuscrit aujourd’hui lyonnais est copié sur le 11709. *Le manuscrit lyonnais représente en effet une sorte d’abrégé du parisien, dans la mesure où un certain nombre de chapitres n’ont pas été transcrits[2].* Ses caractères paléographiques étranges et, probablement, l’ignoble qualité de son latin l’avaient fait dater de la seconde moitié du huitième siècle, mais l’hypothèse, par conséquent, ne peut être soutenue. Il doit remonter au début du neuvième, peut-être sous l’épiscopat de Leidrade, venu à Lyon pour y mettre en œuvre la renovatio carolingienne. Nous ne savons pas comment le ms. 1565 se rattache à ces deux exemplaires anciens — d’autant qu’on ignore le lieu précis de sa copie, en se bornant à évoquer un centre français méridional.

Ce n’est pas pour faire l’histoire de la collection que je publie ce billet, car les collections canoniques sont un monde dans lequel je suis sinon un profane, du moins un novice. Quelques sentiments, néanmoins, sur la façon dont cette collection précise pourrait se rattacher au Lyon carolingien.

Dom Wilmart remarquait déjà que la tradition manuscrite tendait vers Lyon (notre indice de provenance le plus haut étant l’ex-libris de Leidrade) et émettait l’hypothèse que la collection venait de là. Cette hypothèse paraît peu probable, pour plusieurs raisons.

  1. Bien entendu, le seul fait que nous n’ayons pas de manuscrit plus ancien qu’un lyonnais, ne prouve pas que l’œuvre soit lyonnaise, pas plus qu’il ne prouve qu’elle ne le soit pas.
  2. La composition de cette œuvre nécessitait d’avoir sous la main un exemplaire complet de l’Hispana chronologique, et rien ne dit que Lyon en avait un — il est vrai que rien ne dit non plus qu’il n’en avait pas.
  3. La composition de cette œuvre nécessitait un très important travail s’apparentant à ce que nous appellerions de l’indexation, du fichage, du classement ; il y fallait du temps et des moyens intellectuels puissants. Dom Wilmart pense à Lyon sans doute parce qu’il pense aux travaux de grande ampleur entrepris par Florus de Lyon, qui procèdent des mêmes méthodes et dans lesquels on s’accorde à reconnaître de véritables tours de force. Mais la chronologie, moins assurée au temps de dom Wilmart où les études floriennes étaient balbutiantes, nous montre désormais que Florus œuvra de dix à quarante ans plus tard ; et qu’il y a un monde entre la situation intellectuelle de Lyon à l’arrivée de Leidrade et après son œuvre de renovatio. Ce qui fut possible à Florus dans les années 820-860 (né sans doute vers 805 et élevé par l’Église de Lyon, donc bercé et baigné dès la petite enfance dans l’ambiance de la renovatio, il était par ailleurs doué d’une intelligence manifestement hors du commun) n’était sans doute pas possible à n’importe qui, et sans doute pas possible aux clercs adultes que Leidrade trouva à Lyon à son arrivée. Quant à Leidrade lui-même, nous le savons extrêmement accaparé par des missions concrètes à Lyon et hors de Lyon : il n’eut sans doute jamais le loisir nécessaire pour se lancer dans pareille entreprise.
  4. Enfin, l’existence d’une traduction arabe de l’Hispana systématique, conservée dans deux manuscrits[3] et que dom Wilmart semble ignorer, achève de rendre peu probable une origine lyonnaise: il faudrait, en effet, imaginer que la collection serait repartie de Lyon vers l’Espagne, via un manuscrit que nous aurions perdu. Quitte à supposer l’existence d’un manuscrit perdu en Espagne, il paraît bien plus économique de faire l’hypothèse que l’Hispana systématique a originellement été composée en Espagne même, et qu’à partir de cet archétype perdu elle a rayonné, d’un côté dans sa version arabe, de l’autre vers Lyon.

Quoique nous manquions de l’étude globale que mériterait ce sujet, les liens du Lyon carolingien avec l’Espagne sont bien attestés. Pour notre propos présent, je me contenterai de rappeler[4] les deux missions effectuées par Leidrade en Septimanie. Lors de la seconde en particulier, il fut chargé d’appréhender Félix d’Urgel qui, traduit et condamné pour adoptianisme, fut consigné à Lyon sous la garde du même Leidrade[5]. C’est à Lyon qu’il mourut peu après son gardien, et qu’Agobard retrouva dans ses papiers un écrit qui le révélait impénitent. D’Agobard lui-même, de cet homme probablement originaire de Septimanie, parvenu à l’épiscopat à Lyon à la suite de Leidrade, on a suggéré que Leidrade l’avait rencontré lors de ses missions et, en quête de puissants esprits pour mener à Lyon la renovatio, lui avait proposé de venir s’établir à Lyon.

En connaissance de tous ces points, il paraît probable que Leidrade s’était procuré lors des mêmes missions un exemplaire de ce code de lois. On avait dû le lui montrer là-bas — il se renseignait peut-être sur les ouvrages utiles à son travail de réforme intellectuelle — et il a pu en apprécier la démarche systématique, qui rend bien plus aisée la consultation de tous les canons statuant sur telle ou telle question précise, et qui présente sur la disposition chronologique un avantage pédagogique qui pouvait intéresser un homme chargé de former des clercs de qualité dans une ville en déshérence.

Paul Séjourné et Friedrich Maassen[6] l’attribuent à Julien de Tolède. Je ne vais pas discuter leurs arguments, en particulier parce qu’il apparaît clairement que Paul Séjourné confond deux choses et tire argument de l’un pour définir l’autre. Il pense — ce qui tend à montrer qu’il ne les a pas vus — que nos trois manuscrits contiennent une table systématique de l’Hispana chronologique ; table qu’il intitule Excerpta canonum, comme celle qui ouvre le volume 84 de la Patrologie Latine de Migne dans les colonnes 25 et suivantes. Or, d’une part nos manuscrits ne contiennent pas une table vide de canons, mais bien les canons eux-mêmes in extenso classés selon un ordre systématique ; et d’autre part cette table Excerpta canonum ne correspond pas à l’ordre des canons dans le manuscrit de Lyon, comme j’ai pu m’en apercevoir en tâchant d’identifier les passages conservés dans un fragment du manuscrit[7]. Il est donc impossible de statuer sur notre Hispana systématique en la confondant avec cette table[8].

*Martínez-Diéz quant à lui, après avoir mené un examen exhaustif des divergences et convergences textuelles entre les différences collections Hispana et dérivées, peut écrire[9]: «Lo primo que resalta dentro de este elenco es la exclusiva hispanidad de las fuentes de la Sistemática que viene a confirmar el indudable origen español de la colección.» Il se fonde sur la présence de certains textes pour placer un terminus a quo en 675 (onzième concile de Tolède), mais est plus hésitant sur le terminus ad quem faute de pouvoir s’appuyer sur un argument a silentio : l’absence du douzième concile de Tolède (année 681) n’est terminus ad quem que pour le manuscrit à partir duquel fut élaborée la Systematica, et non pour la composition même de cette dernière. En peu de mots, il ne peut se prononcer avec certitude ni sur la date précise, ni sur le lieu précis (il incline pour Tolède, mais reconnaît que rien ne le prouve), ni surtout sur l’auteur dont nous n’avons aucun indice.*

Je ne m’aventurerai pas plus loin dans la discussion de l’origine de la compilation, et j’en reviendrai à mon propos : celui d’une description de l’état et du contenu du manuscrit de Lyon.

Cet article est motivé essentiellement par une circonstance : la mise en ligne, il y a quelques années, du noyau des manuscrits carolingiens et antérieurs de la Bibliothèque Municipale de Lyon, sur le site florus.bm-lyon.fr. J’avais contribué à la préparation de ce travail par la rédaction d’un certain nombre de notices, l’un des objectifs étant surtout de dresser une table des matières de chaque manuscrit afin que l’on puisse, sur le site, mettre des liens vers les feuillets correspondants. Malheureusement, je n’avais pas disposé d’assez de temps pour traiter tout le fonds, et plusieurs manuscrits gardent une « Notice détaillée »… qui ne l’est pas beaucoup. Comme, par ailleurs, l’Hispana systématique m’intéressait au fil de mon propre travail sur Florus de Lyon, je me suis lancé dans la table du ms. 336.

Ceci prouve une fois de plus, si besoin en était, la justesse des idées de Will Noel sur la nécessité et l’opportunité que représente l’Open Data pour les fonds de manuscrits. « You don’t create open data to help people, lançait-il récemment dans un tweet vigoureux, you create open data so that people can help you. » *L’idée, d’ailleurs, si elle échappe encore à certains bibliothécaires, fait son chemin puisque c’est par exemple la raison invoquée par la Biblioteca Apostolica Vaticana pour la numérisation de l’intégralité de son fonds.*

Le manuscrit Lyon, B.M. 336 est un volume de deux cent trente-huit feuillets. Il s’agit de trente quaternions, le premier ayant perdu son bifeuillet extérieur. Les signatures nous révèlent un manuscrit originellement composé de trente-trois cahiers (peut-être trente-quatre) dont nous avons perdu les deux premiers et le dernier (ou les derniers). La numérotation allait de I à XVIIII puis de A à O ou P. Il nous manque les signatures des cahiers I, II, III, O et peut-être P puisqu’elles devaient se trouver sur des feuillets aujourd’hui perdus. La seule anomalie est l’absence de la signature N au folio 229v où on l’attend.

Le manuscrit a été un peu chahuté : il fut un temps où le cahier VI se trouvait en tête, comme le prouve la présence, dans la marge supérieure de son premier recto, d’un titre récent comparable en tous points à ce que l’on trouve dans d’autres manuscrits lyonnais, toujours sur le premier recto, et d’une admonestation générale à qui transgresserait ces canons. Il a ensuite été ramené à l’intérieur du manuscrit, mais au mauvais endroit, puisqu’il se trouve désormais (ff. 133-140) entre les cahiers B et C. Le cahier V, en revanche, qui était mal placé dans le manuscrit, a été remis à sa place derrière le cahier IV, soit entre le f. 14 et le f. 15, mais cela s’est produit postérieurement à la foliotation, et il a donc reçu une foliotation subsidiaire, de 14(2) à 14(9). Enfin, on a oublié le 186 au cours de la foliotation. En somme, la foliotation matérielle du manuscrit en l’état se déroule comme suit : 1-14, 14(2)-14(9), 15-185, 187-229; tandis qu’il doit être lu dans l’ordre suivant : 1-14, 14(2)-14(9), 133-140, 15-132, 141-185, 187-229.

Il faut ajouter à cela deux fragments qui ont été distraits de ce volume.

L’un se trouve toujours à Lyon, dans un manuscrit composite : il s’agit de Lyon, B.M. 788, ff. 75-76. En même temps que d’autres fragments du même ensemble, que la critique avait comme lui rendu à tel ou tel manuscrit du même fonds, il a été réuni à son volume d’origine par le conservateur, Pierre Guinard, le 5 février 2006. Le fragment est donc numérisé avec le volume Lyon 336, après le f. 229. L’examen de son contenu montre qu’il s’agit du bifeuillet central du cahier I. Bifeuillet central, car son texte est continu ; du cahier I, car il s’agit d’une suite de canons qui apparaît, dans le même ordre, au Livre 1 dans la table de l’Hispana systématique dressée par Martínez-Diéz d’après les manuscrits complets[10] (table ci-après siglée MD) — et plus précisément, des canons MD 1, 1, 45 – 1, 3, 6.

Le second se trouve à Paris, dans un autre recueil de fragments qui fait précisément l’objet de l’article de dom Wilmart : Paris, B.n.F., Baluze 270, ff. 74-75. [Je n’ai pas pu l’examiner, mais d’après l’examen et la description de Wilmart, il s’agit du troisième bifeuillet du cahier II, puisqu’il nous conserve (f. 74) une portion de MD 1, 13 et (f. 75) la fin de MD 1, 15, la totalité de MD 1, 16, et le début de MD 1, 17.] *Le microfilm seul en a été numérisé sur Gallica[11]. Ce bifeuillet, très abîmé par ce qui paraît être les traces d’un incendie — traces quasi omniprésentes dans l’ancien fonds lyonnais —, nous transmet deux portions de texte : il s’agit de MD 1, 13, 15–29 (f. 74) puis MD 1, 15, 1 – 1, 17, 2 (f. 75). Il y a donc bien entre les deux feuillets une lacune qui correspond à la fin du titre 13 et la totalité du titre 14. Dom Wilmart estimait que cette lacune devait correspondre au bifeuillet central du quaternion, et que le bifeuillet conservé était donc le troisième.*

L’apport des deux fragments porte le nombre de feuillets conservés à deux cent quarante-deux, sur probablement deux cent soixante-quatre dans son état original (deux cent soixante-douze s’il nous manque deux cahiers à la fin). Pour récapituler nos pertes, elles représentent : trois bifeuillets du cahier I ; trois bifeuillets du cahier II ; un bifeuillet du cahier III ; le cahier O ; peut-être le cahier P s’il a jamais existé.

Pour l’établissement de cette table des contenus, j’avais le choix de suivre feuillet après feuillet le volume matériel dans son état actuel ; mais j’ai préféré suivre l’ordre logique (donc en ramenant le cahier VI en son lieu, entre les cahiers V et VII, *et les fragments en leur lieu d’origine également*), et intégrer cette liste des feuillets dans la succession des cahiers, unité pertinente majeure à l’intérieur de cet ensemble.

Pour consulter cette table, merci de vous rendre à la page suivante de l’article.

Bibliographie.

  • Wilmart, André, « Fragments carolingiens du fonds Baluze », Revue Bénédictine 43 (1931), pp. 106-115; ici en particulier pp. 107-108 (item n°II).
  • Kéry, Lotte, Canonical collections of the early Middle ages, ca. 400-1140 : a bibliographical guide to the manuscripts and literature, 1999. Consultable par extraits sur Google Books.
  • Martínez-Diéz, Gonzalo, La Colección Canonica Hispana, 2 : Colecciónes derivadas 1 (Monumenta Hispaniae Sacra, Ser. can. 1), Madrid, 1976. Consultable par extraits sur Google Books.
Notes. —
  1. Dom Wilmart en formulait l’hypothèse («Fragments carolingiens… », 1931: cf. Bibliographie) et Martínez-Diéz le confirme dans son édition (Colección Canonica Hispana 2,1, 1976, p. 254: cf. Bibliographie). []
  2. À ma connaissance, personne à ce jour n’a entrepris de dresser la liste des chapitres omis, afin d’essayer de comprendre les critères de sélection qui ont guidé la copie du manuscrit lyonnais. []
  3. El Escorial, Real Bibliotheca de San Lorenzo, ms. arab. 1623 (olim Madrid, Biblioteca Nacional, 4879) ; et Lisboa, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Sé de Coimbra, 2a. incorporaçao 45, Doc. 1806. Cf. dans ma Bibliographie Lotte Kéry, Canonical Collections…, p. 72. []
  4. Et de renvoyer à la synthèse et l’analyse de Michel Rubellin, « Lyon aux temps carolingiens », dans son recueil d’articles Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès, Lyon, 2003, pp. 133-177. []
  5. Pour une synthèse de ces événements, cf. M. Rubellin, « Hérésie et parenté en Occident (fin VIIIe – début IXe siècle) », op. cit., pp. 69-102, en particulier pp. 84-87. []
  6. Lotte Kéry: Canonical collections…, pp. 71-72 (cf. Bibliographie). Paul Séjourné: Le dernier père de l’Église: Saint Isidore de Séville. Son rôle dans l’histoire du droit canonique, Paris, 1929. Consultable sur PLGO. Friedrich Maassen: Geschichte der Quellen und der Literatur des canonischen Rechts im Abendlande bis zum Ausgange des Mittelalters, Gratz, 1870. Consultable sur Google Books. []
  7. Dans le Livre I, les titres II et III du manuscrit correspondent respectivement aux titres IX et II des Excerpta canonum ; l’ordre des canons à l’intérieur de ces titres est plus bouleversé encore. []
  8. *Martínez-Diéz a étudié et édité cette table des Excerpta canonum (op. cit., pp. 1–243). Il a montré que l’Hispana systématique descend des Excerpta, mais on ne saurait les confondre.* []
  9. Colección Canonica Hispana 2,1, 1976, p. 266. []
  10. Martínez-Diéz, Colección Canonica Hispana 2,1, 1976, pp. 277–426. []
  11. Il est regrettable qu’il ne s’agisse que du microfilm et que, de surcroît, il soit si mal référencé, puisqu’on ne peut le trouver en cherchant «Baluze 270» dans le moteur de recherche. []

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *