Manuscrits du Lyon carolingien: définir les relations de proximité

Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend (Troyes, B.M., 96, f. 1r)

VOTO BONAE MEMORIAE MANNONIS LIBER AD SEPULCHRUM SANCTI AUGENDI OBLATUS
Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend
(Troyes, B.M., 96, f. 1r)

Dans mon dernier billet, je revenais sur l’impossible définition des « manuscrits personnels de Florus de Lyon » en proposant une approche moins catégorielle du problème : il s’agissait d’attribuer à chaque manuscrit un ou plusieurs « traits », significatifs d’une relation à Florus de Lyon, ou plus largement à son entourage.

D’une certaine façon, la liste établie par Charlier des « manuscrits qui se trouvaient certainement à Lyon au neuvième siècle » revenait à un inventaire des manuscrits qui possèdent précisément ce trait. Mais le trait est trop vague, tant en amont qu’en aval. En amont, il ne rend pas compte de la diversité des arguments qui conduisent à penser que tel ou tel manuscrit « se trouvait certainement à Lyon au neuvième siècle », ni du plus ou moins de solidité de ces arguments. En aval, il place sur une même ligne des manuscrits qui, en réalité, ont pu être plus ou moins proches de Florus ou de telle ou telle autre personnalité : Charlier a tenté de pallier ce problème en distinguant par un biais typographique les manuscrits qu’il reliait directement à Florus, mais cela n’introduisait qu’un trait secondaire et finalement tout aussi peu différencié.

En définissant une diversité de traits, on précise aussi bien la relation plus ou moins étroite du manuscrit à la personne de Florus et au Lyon carolingien, que la preuve plus ou moins solide de cette relation.

Voici donc une première liste de traits qui marquent la relation d’un manuscrit avec des personnalités clairement identifiées du Lyon carolingien :

  • Offert par Leidrat à la cathédrale de Lyon
  • Annoté de la main de Leidrat
  • Offert par Agobard à la cathédrale de Lyon
  • Offert par Amolon à la cathédrale de Lyon
  • Offert par Remi à la cathédrale de Lyon
  • Copié de la main de Mannon
  • Offert par Mannon à l’Abbaye de Saint-Oyend
  • Mentionné dans le testament de Mannon
  • Exemplaire d’auteur de Florus
  • Dossier personnel de Florus
  • Copié de la main de Florus
  • Annoté de la main de Florus
  • Excerpté selon la méthode de Florus

D’autres manuscrits entretiennent avec le Lyon carolingien des liens plus lâches et qu’il importe de définir secondairement. Ici, la chronologie peut représenter un facteur important dans l’évaluation de la proximité — on rejoint là des questions de stemmatique :

  • Copie d’un manuscrit annoté par Florus
  • Témoin d’œuvres carolingiennes lyonnaises

Comme je l’expliquais, ces traits ne sont pas exclusifs les uns des autres. On peut prendre ces exemples parmi les plus remarquables :

  • Lyon 608
    • « Offert par Leidrat à la cathédrale de Lyon »
    • « Annoté de la main de Florus »
    • « Excerpté selon la méthode de Florus »
  • Lyon 484
    • « Exemplaire d’auteur de Florus »
    • « Copié de la main de Florus »
    • « Annoté de la main de Florus »
  • Troyes 96
    • « Offert par Mannon à l’Abbaye de Saint-Oyend »
    • « Copié de la main de Mannon »
    • « Témoin d’œuvres carolingiennes lyonnaises »
    • « Copie d’un manuscrit annoté par Florus »

Enfin, tous ces traits sont relativement clairs et peu sujets à interprétations, dans la mesure où ils s’appuient sur des témoignages généralement peu ambigus — présence d’un ex-dono ou d’une main particulièrement reconnaissable, liens directs avec la production intellectuelle lyonnaise. Il faut leur ajouter l’expertise paléographique et codicologique de chercheurs qui ont reconnu la « facture » ou la « patte » lyonnaise dans des manuscrits qu’ils datent de cette période. Les brèves indications du Katalog de B. Bischoff, par exemple, prennent souvent la forme de diagnostics de proximité par rapport à des pôles : « Gegend von Lyon… », « Lyon oder Saint-Oyan… ». Ces indications permettent elles aussi de disperser, autour des pôles bien identifiés, des manuscrits qui n’entretiennent pas avec eux un rapport autrement visible.


Pierre Chambert-Protat

Membre de l’École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l’École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *