Lyon en 1562: pillage et sauvetage des manuscrits

Depuis quelques mois, j’entretiens sur ce carnet une « veille » autour des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France mis en ligne par Gallica. Mais voilà un inconvénient de restreindre cette veille aux fonds « latin » et « NAL » : je découvre[1] avec presque un an de retard que le manuscrit Baluze 270 a été numérisé et mis en ligne (). Cette numérisation de l’original remplace ainsi avantageusement la numérisation de son microfilm : cette dernière a été mise en ligne dès 2010 (), mais elle était elle-même difficile à trouver parce que cotée par erreur « 270-271 ».

La reliure de Paris, BNF, Baluze 270 d'après le microfilm numérisé...

La reliure de Paris, BNF, Baluze 270 d’après le microfilm numérisé…

... et la même reliure, cette fois numérisée elle-même.

… et la même reliure, cette fois numérisée elle-même.

L’intérêt particulier de ce manuscrit réside dans le fait qu’il s’agit d’un recueil, moderne, de divers fragments de manuscrits médiévaux. Or, un certain nombre de ces fragments proviennent en fait de manuscrits aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Municipale (B.M.) de Lyon. Comment cela a-t-il pu se produire ?

Le fonds des manuscrits médiévaux de la B.M. de Lyon a pour noyau les manuscrits confisqués, à la Révolution, à la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Lyon. Avant cette confiscation, et malgré des siècles d’existence, cette bibliothèque ne semble avoir connu qu’un seul accident majeur, lors de la prise et de l’occupation de Lyon par les calvinistes au printemps 1562[2].

Le quartier Saint-Jean. Détail du plan scénographique de la Ville de Lyon au XVIe siècle, pl. IX

Le quartier Saint-Jean. Détail du plan scénographique de la Ville de Lyon au XVIe siècle, pl. IX

Sur le plan scénographique de la ville de Lyon au XVIe siècle (planche IX), on voit bien une muraille crénelée autour de la cathédrale gothique qui existe encore, du cloître des chanoines attenant au Sud, des églises Saint-Étienne et Sainte-Croix attenantes au Nord, et de plusieurs autres bâtiments. Quelque part dans cette enceinte se trouvait certainement la bibliothèque. Lorsque les calvinistes s’emparent de la ville sans coup férir, dans la nuit du 29 au 30 avril 1562, c’est dans ce « quartier Saint-Jean » que quelques chanoines se retranchent pour tenter de résister. Mais en s’emparant de l’hôtel de ville, les calvinistes ont fait main basse sur les canons de la cité, et bombardent le quartier Saint-Jean. Il tombe dans la nuit du 30 avril au 1er mai.

Quelques jours plus tard et pour assurer leur mainmise sur la ville, les calvinistes font appel à l’armée du baron des Adrets, resté dans la mémoire locale comme une espèce d’aventurier sans foi ni loi, et le responsable des massacres et des destructions. En réalité, la confiscation des biens ecclésiastiques, la destruction des objets du culte, de la statuaire et généralement des images religieuses, s’inscrit tout-à-fait dans le programme calviniste. En tout état de cause, le 5 mai, les trois églises du quartier Saint-Jean (la cathédrale Saint-Jean, l’église Saint-Étienne et l’église Sainte-Croix) sont pillées et mutilées ; plusieurs bâtiments des chanoines et les murs de leur cloître sont abattus. Ultérieurement, on perce la muraille du quartier Saint-Jean (c’est l’actuelle rue de la Brèche), et on démolit Saint-Étienne et Sainte-Croix. Une peinture anonyme exposée au musée Gadagne montre bien l’enlèvement des images, au premier plan ; l’inventaire des objets du culte, au deuxième plan à droite ; et même, au fond, au centre, devant le parvis de l’église, un autodafé où brûlent un crucifix et quelques objets dont je me demande si ce ne sont pas des livres.

Image empruntée à "l'Atelier numérique de l'histoire" de l'ENS de Lyon, qui en donne une analyse (cliquer sur le tableau).

Le Sac de Lyon par les Calvinistes en 1562. Image empruntée à «l’Atelier numérique de l’histoire» de l’ENS de Lyon, qui en donne une analyse (cliquer sur le tableau).

Je n’ai pas encore rencontré de source qui dise explicitement ce qui est arrivé à la bibliothèque et aux livres des chanoines de la cathédrale, mais plusieurs indices concordants laissent à penser que la bibliothèque a été partiellement incendiée et pillée. L’ancien propriétaire d’un manuscrit aujourd’hui conservé à la Biblioteca Vallicelliana de Rome raconte ainsi, dans une petite note, qu’il a acheté ce manuscrit à « un hérétique » (c’est-à-dire un protestant) après le pillage perpétré à Lyon. Un exemple similaire, et particulièrement célèbre, est celui du « Codex de Bèze » (intégralement numérisé ici) : ce monument unique pour l’histoire du texte biblique en Occident, un des plus anciens manuscrits du Nouveau Testament conservé au monde, était à Lyon encore en 1546, lorsque le Concile de Trente l’a fait venir spécialement pour le consulter. Or, quelques décennies plus tard, il arrive à Genève entre les mains de Théodore de Bèze, successeur de Calvin. Autre indice, un certain nombre des manuscrits désormais conservés à la B.M. de Lyon ont brûlé en plus ou moins grande partie (par exemple ici, ou , et on peut tourner les pages pour constater l’étendue des dégâts).

On pourrait aussi tirer argument de la fragmentation des manuscrits, qui frappe particulièrement cette collection[3]. Les manuscrits de l’ancienne collection lyonnaise sont assez souvent coupés en deux voire trois morceaux ; ou bien la plus grande partie, conservée ensemble, doit être complétée par des petits fragments conservés ici ou là. La B.M. de Lyon elle-même possède un recueil de ce genre, le manuscrit 788 : on y avait rassemblé des feuilles dispersées, alors même que, parfois, elles auraient pu être remises à leur bonne place, dans le livre mutilé mais conservé. Pour que le phénomène atteigne l’ampleur qu’il a dans la collection lyonnaise, il faut supposer un épisode particulièrement violent : un certain nombre de reliures ont été très endommagées en même temps, si bien qu’elles ont laissé échapper des pages et des morceaux entiers, qui se sont éparpillés, et qu’on ne savait plus ensuite comment trier ni où ranger. Par chance, à cette époque-là, les humanistes et les érudits avaient déjà commencé à traquer et collectionner les manuscrits médiévaux, surtout lorsqu’ils présentaient un certain intérêt à cause de leur décoration, de leur ancienneté, ou encore des textes rares et inédits qu’ils contenaient. Des gens qui le savaient avaient donc tout intérêt à récupérer ce genre de fragments, pour les revendre à des érudits.

Étienne Baluze était l’un de ces érudits. Un siècle après la prise de Lyon par les calvinistes, en 1667, il devient le bibliothécaire de Colbert, qui amasse une des plus impressionnantes collections de manuscrits de l’époque. Dans le cadre de ses activités tant personnelles que professionnelles, Baluze se voyait forcément présenter des fragments de manuscrits médiévaux, et s’il ne les achetait peut-être pas systématiquement, du moins il en a acheté un certain nombre. Par la suite, la bibliothèque de Colbert aussi bien que les papiers de Baluze ont été acquis par la Bibliothèque du roi, dont la Bibliothèque nationale de France est l’héritière en ligne directe.

Parmi les recueils de fragments qu’on doit à Baluze, deux sont particulièrement liés à l’ancienne bibliothèque de la cathédrale de Lyon : Paris, BNF, latin 152 (numérisé ici) et Paris, BNF, Baluze 270 (ici). Ainsi :

  • dans Paris latin 152 :
    • les feuillets 17–20 complètent le manuscrit Lyon 466(a) ;
    • les feuillets 21–25 complètent le manuscrit Lyon 466(b) ;
    • les feuillets 26–30 complètent le manuscrit Lyon 448(a) ;
    • les feuillets 9–16 sont tout ce qui reste d’un manuscrit très proche de Lyon 452 ;
  • et dans Baluze 270 :
    • les feuillets 72bis–73 complètent le manuscrit Lyon 484 ;
    • les feuillets 74–75 complètent le manuscrit Lyon 336 (complété également par un fragment tiré du recueil Lyon 788) ;
    • les feuillets 105,112–113,106 complètent le fragment Lyon 788, f. 59–66,41–48 ;
    • les feuillets 107–108,132–158 complètent le fragment Lyon 788, f. 87–88 ;
    • les feuillets 177–178 complètent le fragment Lyon 788, f. 100–101 ;
    • et enfin les feuillets 68–69, 72, et 124–131 proviennent très probablement de manuscrits lyonnais complètement perdus par ailleurs.

Huit fragments de manuscrits conservés, et quatre fragments de manuscrits disparus : c’est un beau palmarès à l’actif de Baluze.

En particulier, plusieurs de ces fragments proviennent de manuscrits de travail de Florus. Par exemple on reconnaît bien ses notes marginales sur cette page d’un manuscrit dont on ne conserve plus que huit feuillets :

Paris, BNF, latin 152, f. 14r

Paris, BNF, latin 152, f. 14r (cliquez pour afficher sur Gallica)

Et on en trouve encore dans le recueil Baluze 270, par exemple ici :

Paris, BNF, Baluze 270, f. 138r - microfilm numérisé

Paris, BNF, Baluze 270, f. 138r – microfilm numérisé

Paris, BNF, Baluze 270, f. 138r - original numérisé

Paris, BNF, Baluze 270, f. 138r – original numérisé

Il est désormais très facile de montrer la ressemblance de ce fragment, recueilli dans Baluze 270, avec le fragment Lyon 788, f. 87-88, puisque ce dernier a aussi été numérisé par la B.M. de Lyon :

Lyon, BM, 788, f. 87v

Lyon, BM, 788, f. 87v (cliquez pour afficher sur le site Florus de la B.M. de Lyon)

D’un côté comme de l’autre, on reconnaît le même texte, la même mise en page, le même style d’écriture… et les mêmes petites notes de Florus. En numérisant chacune le fragment qu’elle en possède, la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque municipale de Lyon permettent de réunir enfin, après quatre siècles et demi de séparation, tout ce qui reste de ce « manuscrit personnel de Florus de Lyon ».

Notes. —
  1. Merci à Hanno Wijsman (CNRS – IRHT) de me l’avoir signalé ! []
  2. Sur ces événements, cf. Yves Krumenacker (dir.), Lyon 1562, capitale protestante. Une histoire religieuse de Lyon à la Renaissance, Lyon : Éditions Olivétan, 2009, en particulier le chapitre d’Eulalie Sarles, « Une capitale protestante. Coup de force, grands travaux, crise et reflux », p. 155-205. []
  3. Comme on peut le voir sur ma « liste de Charlier ». []

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Ariane Godbout dit :

    Bonjour,

    Je me demandais de quelle manière il fallait procéder pour demander des droits de reproduction afin d’utiliser une de vos images dans un cadre académique.

    L’image qui m’intéresse est celle du quartier Saint-Jean (Détail du plan scénographique de la Ville de Lyon au XVIe siècle, pl. IX). Je l’utiliserais pour une séance d’affiches dans le cadre d’un séminaire d’études supérieures.

    Merci,

    Ariane Godbout
    Étudiante à la maîtrise en histoire à l’Université Laval

    • Bonjour,
      Le plan scénographique de la ville de Lyon dans son ensemble se trouve sur le site patrimonial de la Bibliothèque municipale de Lyon. J’ai utilisé la planche IX accessible ici. Elle est sous license Créative Commons BY-NC-ND, c’est-à-dire que vous pouvez l’utiliser dans un cadre académique, sans en demander l’autorisation, comme je l’ai fait moi-même ici. Il est d’usage bien sûr de renvoyer vers la source, donc le site de la BM de Lyon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *