À propos de la liste de J. Heil (II)

Je terminais une précédente note en annonçant des vérifications complémentaires sur certains des manuscrits désignés par J. Heil comme des témoins de l’Expositio augustinienne de Florus. C’est l’objet de la présente note.

Sur le manuscrit Brescia, Queriniana, G.III.2

Heil signale dans sa liste ce témoin qu’il date du neuvième siècle. Je faisais remarquer que si l’information se vérifiait, elle serait importante, puisque cela ferait un nouveau témoin particulièrement proche des origines de l’œuvre.

Or il semble bien que l’information soit tout-à-fait juste. Bernhard Bischoff a en effet recensé dans son Katalog (I,683) ce manuscrit qu’il décrit ainsi:

Ms. G.III.2 (s. XIII Brescia, Kathedrale, vgl. Titel 1r). Florus, Collectanea in epistulas Pauli.

415 Bl. (…); 47×36,5 cm <35×26,8 cm>; 2 Sp. zu 39 Z. (…)

Oberitalien (wahrscheinlich Mailand), IX. Jh., 3. Drittel

Il arrive souvent que l’Expositio de Florus soit confondue avec d’autres ouvrages, en particulier la Collectio de Bède, mais ici ce n’est certainement pas le cas: le format monumental du volume ne convient qu’au format monumental de l’ouvrage de Florus, dont je suppose qu’il est ici complet. Or, si les exemplaires carolingiens de l’Expositio sont rares, les exemplaires en un seul volume le sont également.

Une autre précision donnée par Bischoff, «Quellenangaben klein in viereckigen Rahmen», évoque très fortement l’aspect de l’archétype de l’Expositio, Lyon 484. À l’inverse Mannon de Saint-Oyend, dans sa propre copie de l’ouvrage (Troyes 96), n’a pas tant soigné la présentation des références marginales. Tout semble donc indiquer qu’on a dans ce manuscrit un témoin assez précieux de l’Expositio, et l’on peut savoir gré à J. Heil de l’avoir signalé.

Autres témoins confirmés

Bologna, Bib. Comunale dell’Archiginnasio, A.960

Albano Sorbelli, Inventari dei Manoscritti delle Biblioteche d’Italia, Volume XXXII: Bologna [Archiginnasio, A. 563–1292], Firenze: Leo S. Olschki, 1925, p. 113–114

Deux prol. sur saint Paul: l’un de Jérôme (praef. in epist. Pauli, PL 153, 11–14) et l’autre de Damase (carm. VII de s. Paulo, PL 13, 379); puis Expositio de Florus, depuis le début jusqu’à mutilation in fine cap. XII epis. ad Hebr: Legitur caelum et terra transibunt. Sed puto…

Parchemin, 360×220 mm, s. XII, 359 ff., 45 cahiers, 2 col. de 44 à 50 lignes, initiales polychrome «alla maniere cassinese». Provenance: couvent des dominicains de Bologne.

Cambridge, Sidney Sussex College, 32

(et non «C. 32» comme indiqué par J. Heil)

Montague Rhodes James, A descriptive catalogue of the manuscripts in the library of Sidney Sussex college, Cambridge, Cambridge: University Press, 1895, p. 15 (sur archive.org)

Parchemin, 13 5/8 × 9 [346× 228 mm], 2 cols. de 36 lignes. S. XII/XIII. Provenance: Durham; complète le suivant.

Durham, Cathedral, B. II. 34

Thomas Rud, Codicum manuscriptorum Ecclesiae Cathedralis Dunelmensis catalogus classicus, Durham, 1825, p. 140 (sur archive.org)

Rud donne cinq cents ans à ce volume. À part le format (in-fol.), peu d’informations sur la composition matérielle. Contient toute l’Expositio sauf les Romains et la plus grande partie des Galates (jusqu’à Ga 4,16). Se complète du ms. Cambridge, Sidney Sussex College, 32 (voir ci-dessus).

Provenance: un ex-libris indique qu’il a appartenu aux Monachi Dunelmenses et une note précise: «Iste liber fuit quondam pro lecturâ in Refectorio, et jacuit in Armariolo juxta introitum Infirmarie». Elle est intéressante puisqu’elle indique que l’Expositio a servi pour la Lectio divina.

Rud renvoie pour comparaison à un autre manuscrit du même ouvrage, Bodl. 5070, mais je ne vois pas quel manuscrit il désigne par là.

Oxford, Lincoln College, CVIII

Henry O. Coxe, Catalogus codicum MSS. qui in collegiis aulisque Oxoniensibus hodie adservantur, t. I, Oxford, 1852, «Codices Mss. Collegii Lincolnensis», p. 50 (sur archive.org)

À en juger non seulement par l’incipit, mais aussi par l’explicit, il s’agit bien de l’Expositio de Florus (et non du commentaire de Hraban Maur comme l’indique Coxe). II Cor – Hebr.

Parchemin, grand in-fol., 205 ff., s. XV.

Padova, Bib. Antoniana, 111

G. Abate et G. Luisetto, Codici e manoscritti della Biblioteca Antoniana, col catalogo delle miniature a cura di F. Avril, F. d’Arcais e G. Mariani Canova, Vicenza 1975 (numérisé sur la NBM), p. 145–146

Parchemin, s. XII, 425×310 mm, 151 ff., 2 col. Contient Rom. – Eph.

Encore un nouveau témoin: Wisbech, Town Lib., 4

Tout en procédant à ces vérifications, je suis tombé sur un témoin partiel de l’Expositio qui avait échappé aux recherches antérieures. Dans le catalogue:

N.R. Ker et A.J. Piper, Medieval Manuscripts in British Libraries, t. IV: Paisley–York, Oxford: Clarendon Press, 1992, p. 654

est décrit le manuscrit n°4 de la bibliothèque de la ville de Wisbech: Angleterre, s. XII med. ff. i + 223 + i. Parchemin. 340×228 mm <252×ca. 158 mm>, 2 col. de 41 lignes jusqu’au f. 94v (fin du cahier 12), puis 38 lignes. Contient Rom. (f. 1r–130v) et I Cor. (f. 131r–223v), mutilé de la fin: s’interrompt sur «per caput nostrum recon… (I Cor 12,6).

J’ai ajouté ce témoin à ma liste des témoins de l’Expositio.

Témoin probable: Arras, Bib. municipale, 178

D’après la description du catalogue, il doit s’agir d’un fragment de l’Expositio, commençant au début de II Cor.

Parchemin, in-folio, 69 ff., 2 col.

Le catalogue précise que c’est l’article n°50 dans le catalogue de 1390 du «monasterium sancti Eligii», c’est-à-dire l’abbaye du Mont-Saint-Éloi (nord-ouest d’Arras).

Témoin douteux: Valence, UB, 392

Le manuscrit 392 de la Biblioteca Historica de l’Universitat de València n’est pas un volume de l’Expositio, comme on peut s’en assurer en consultant sa numérisation.

Le catalogue des manuscrits de la bibliothèque de l’Universitat de València, qui re-numérote les manuscrits sans en indiquer les cotes, décrit sous le numéro 392 un volume absolument sans rapport avec Florus (p. 151).

Je n’ai pas pu y trouver une notice qui corresponde à l’Expositio, ni sous le nom d’Augustin, ni sous celui de Bède. Florus n’est pas mentionné.

Témoin rejeté: Paris, Bib. Mazarine, 646

D’après le catalogue, ce manuscrit est un recueil de fragments. C’est sans doute le deuxième fragment (f. 37–78: catalogue en ligne) qui a retenu l’attention de Heil: il décrit en termes très vagues une compilation d’extraits d’Augustin qu’il attribue à Bède.

1°) Ce n’est certainement pas l’Expositio de Florus, ni la Collectio de Bède, parce que le catalogue mentionne à la fois un prologue et une préface: l’ouvrage de Florus comme celui de Bède en sont dépourvus.

2°) Pour l’attribution à Bède, il renvoie au manuscrit 76 de l’Oriel College d’Oxford, dans le catalogue de Coxe (p. 26) : la pièce n°7 a en effet le même incipit (en vers) que le manuscrit de la Mazarine : «Prologus in verbis exhaustis fonte beato».

Une rapide recherche sur les incipit mentionnés par le catalogue de la Mazarine renvoie plusieurs réponses, et en particulier la description beaucoup plus détaillée (et étayée sur une bibliographie) du ms. B 27 de l’université de Düsseldorf: le catalogue, paru en 2005, attribue l’ouvrage à Guillaume de Tournai.

[Note ajoutée le 15.10.2015. — Jérémy Delmulle me signale à ce propos l’article de Thomas Falmagne, «Le Liber Florigerus: Recherches sur l’attribution d’un florilège augustinien du XIIIe siècle (avant 1260)», dans Revue d’Études Augustiniennes et Patristiques 45 (1999), p. 139–181 [sur i-Revues]. Le manuscrit Paris, Mazarine, 646, f. 37–78 est effectivement compté parmi les nombreux témoins du Liber Florigerus (n. 20 p. 147–148). L’auteur montre que le compilateur du Florigerus est le même que celui d’un autre florilège dit «Bernardinum», et qu’il ne s’agit pas de Guillaume de Saint-Martin de Tournai, mais d’un autre Guillaume, chanoine de la collégiale de Courtrai dans les années 1227–1234, et «ami» de Saint-Martin de Tournai. Pour l’anecdote, au moins deux passages du Liber Florigerus, marqués In Floro, sont empruntés à l’Expositio de Florus (passages 70 et 72: Falmagne, p. 163, avec la n. 74).]

Cotes de la liste de Heil qui restent encore à vérifier:

  • Berlin, SBPK, Theol. lat. fol. 732
  • Firenze, B.N.C., Conv. Sopp. 305
  • Firenze, B.N.C., Conv. Sopp. 567
  • Schaffhausen, Stadtsbib., Min. 37
  • Schaffhausen, Stadtsbib., Min. 38
  • Schlägl, Stiftsbib., Cpl. 48/445a
  • Venedig, Marciana z29

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *