La « Collection des Douze Pères » de Florus de Lyon: une journée d’études

Jacques Sirmond, S.J. (1559-1651)

Jacques Sirmond, S.J. (1559-1651) (Bibliothèque de l’Université de Bologne. Sous réserve de droits.)

En 1643, le grand érudit jésuite Jacques Sirmond publie une belle trouvaille: plusieurs dizaines de fragments d’oeuvres perdues de deux Pères de l’Eglise, Avit de Vienne et Fulgence de Ruspe. Il les a tous trouvés dans un même manuscrit, un gros volume appartenant à la Grande Chartreuse, et aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon sous la cote 5804.

Lyon, B.M., 5804 dans sa boîte (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Lyon, B.M., 5804 dans sa boîte (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Ce manuscrit du XIIe siècle contient une série de douze ouvrages similaires: douze compilations sur les épîtres de saint Paul, constituées chacune à partir d’un unique corpus patristique bien identifié. Le volume de texte varie beaucoup d’une compilation à l’autre, parce que certains corpus sont très abondants et d’autres beaucoup moins. Mais c’est douze fois le même plan et la même méthode: on prend saint Paul au début (Epître aux Romains, chapitre premier, verset premier), pour le suivre jusqu’à la fin (Epître aux Hébreux, dernier chapitre, dernier verset); et verset après verset, le cas échéant, on cite mot pour mot ce qu’en a dit le Père de l’Eglise en question. Il y a donc, parmi les douze, une compilation tirée d’Avit de Vienne et une autre tirée de Fulgence de Ruspe: et c’est de là que Sirmond a tiré ses fragments inconnus de ces deux Pères.

Lyon, B.M., 5804, f. 155v,b: titre de la compilation tirée de Fulgence de Ruspe (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Lyon, B.M., 5804, f. 155v,b: titre de la compilation de Florus sur saint Paul tirée de Fulgence de Ruspe (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Cette espèce d’encyclopédie (près de quatre cents pages dans ce manuscrit, mille quatre-vingts-sept extraits patristiques en tout) a été composée au IXe siècle par un érudit bien identifié, Florus de Lyon. Cette attribution est très sûre, parce qu’on connaît la méthode et la main du compilateur, à travers les traces qu’il a laissées dans les manuscrits des Pères de l’Eglise qui lui ont servi à composer ses compilations.

Paris, B.N.F., lat. 152, f. 14r,a: texte préparé par Florus pour sa compilation sur saint Paul tirée d'Hilaire de Poitiers (extrait 129, sur les Hébreux XIII) (cliquer sur l'image pour afficher la page originale sur Gallica)

Paris, B.N.F., lat. 152, f. 14r,a: texte préparé par Florus pour sa compilation sur saint Paul tirée d’Hilaire de Poitiers (extrait 129, sur les Hébreux XIII) (cliquer sur l’image pour afficher la page originale sur Gallica)

Celui-ci n’a d’ailleurs pas produit que ces douze compilations-là: on connaît deux autres compilations exactement similaires, qui lui sont aussi attribuées (l’une tirée de Jérôme et l’autre de Grégoire le Grand, inachevée); et des traces prouvent qu’il en a au moins projeté et commencé une quinzième, à partir d’Eucher de Lyon, même s’il ne l’a peut-être jamais achevée. Surtout, il a composé de la même façon l’un des best-sellers du moyen âge central: une grande Expositio tirée d’Augustin sur les épîtres de Paul, dont on connaît encore aujourd’hui plus de quatre-vingts exemplaires manuscrits médiévaux — dont une partie du manuscrit original.

Lyon, B.M., 484, f. 113r: extrait de saint Augustin ajouté par Florus en personne, dans la marge du manuscrit original de son Expositio sur saint Paul tirée d'Augustin (cliquer pour afficher l'image en haute définition sur le site Florus de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Lyon, B.M., 484, f. 113r: extrait de saint Augustin ajouté par Florus en personne, dans la marge du manuscrit original de son Expositio sur saint Paul tirée d’Augustin (cliquer pour afficher l’image en haute définition sur le site Florus de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Mais ces douze compilations-là n’ont pas rencontré le même succès, loin de là. Entre 1643 et 1890, on n’en connaissait qu’un seul manuscrit, justement celui de la Grande Chartreuse. En 1890, on en découvrit un second, un peu plus tardif, et provenant de l’abbaye cistercienne des Trois-Fontaines. Conservé à la Bibliothèque municipale de Vitry-le-François sous la cote 2, il disparut dans les bombardements alliés du 27 juin 1944. Heureusement, un érudit romain qui s’y était intéressé en avait fait faire une reproduction photographique intégrale: le manuscrit put donc « survivre » à travers ces vieux clichés en noir et blanc.

Vitry-le-François, B.M., 2, f. 87r,b: titre de la compilation de Florus sur saint Paul tirée d'Avit de Vienne

Vitry-le-François, B.M., 2, f. 87r,b: titre de la compilation de Florus sur saint Paul tirée d’Avit de Vienne

Deux manuscrits médiévaux en tout et pour tout: ce n’est pas grand chose. Quelques années après Sirmond, pourtant, un autre érudit jésuite souhaite diffuser largement l’ouvrage. En quête de manuscrits intéressants pour ses propres recherches, Pierre-François Chifflet s’est rendu à la Grande-Chartreuse au début des années 1650, alors que Sirmond vient de mourir. En découvrant le manuscrit, il se prend de passion pour les douze compilations qu’il contient. Il en fait bientôt prendre une copie intégrale, pour disposer de son propre exemplaire, tandis qu’il laisse l’original à la Grande Chartreuse, qui semble y tenir.

Lyon, B.M., 5804, f. 152r,b: titre ajouté par Chifflet (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Lyon, B.M., 5804, f. 152r,b: titre ajouté par Chifflet (cliché Pierre Chambert-Protat, avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque municipale de Lyon)

Pendant les vingt-cinq à trente années qui suivent, presque jusqu’à sa mort en fait, Chifflet exploite les informations contenues dans les compilations, tout en essayant de les faire imprimer in extenso. Les imprimeurs de Dijon, où il habite jusqu’en 1675, n’ont pas les capacités d’entreprendre l’impression d’un si gros volume: il écrit donc à des érudits parisiens pour plaider auprès d’eux la cause des Douze Compilations de Florus. A ses yeux, c’est un bon ouvrage, une saine lecture (pour des religieux, par exemple), et surtout c’est une mine de renseignements sur la transmission des oeuvres des Pères de l’Eglise.

En recopiant, mot pour mot, des centaines de passages trouvés dans des dizaines de manuscrits patristiques différents, Florus a « fixé » dans son propre ouvrage des milliers de détails caractéristiques de « ses » manuscrits. Des manuscrits extrêmement anciens, qui dataient tous du milieu du IXe siècle au plus tard, mais pouvaient parfois remonter à la fin de l’Antiquité même. Des manuscrits qui, aujourd’hui, sont presque tous perdus, ne nous laissant accéder au texte original du Père de l’Eglise qu’à travers des copies plus récentes — qui ne sont pas forcément mauvaises pour autant, mais dont la fiabilité doit être évaluée par comparaison avec d’autres exemplaires. La Collection des Douze Pères de Florus permet ces comparaisons, sur de petites portions de texte certes, mais pour des dizaines de textes patristiques différents, et à travers douze corpus patristiques différents.

Paris, B.N.F., fr. 17683, f. 32r: lettre autographe de Chifflet à Luc d'Achery, à propos des compilations de Florus (cliquer sur l'image pour afficher la page entière sur Gallica)

Paris, B.N.F., fr. 17683, f. 32r: lettre autographe de Chifflet à Luc d’Achery, à propos des compilations de Florus sur saint Paul dans le manuscrit (« MS. ») de la Grande Chartreuse (cliquer sur l’image pour afficher la page entière sur Gallica)

Malheureusement, le projet de Chifflet de publier cet ensemble tout au long ne s’est jamais réalisé. La copie que Chifflet avait prise disparut rapidement; le manuscrit de la Grande Chartreuse restait loin des centres d’érudition, et personne n’avait remarqué le manuscrit des Trois-Fontaines: la Collection des Douze Pères s’endormit donc loin des regards des érudits, qui ne la connaissaient que par ouï-dire et, sauf quelques cas isolés, n’avaient aucun moyen de reconnaître sa valeur de témoin des textes patristiques au IXe siècle, ni d’en tirer parti pour leurs propres études.

Ce retard n’a été vraiment rattrapé qu’au début du XXIe siècle. Les recherches de dom Célestin Charlier, moine de l’abbaye bénédictine de Maredsous, avaient donné dans les années 1940-1950 une impulsion nouvelle aux recherches sur Florus de Lyon. Dès lors, la Collection des Douze Pères était forcément placée très haut sur la liste des chantiers à reprendre de fond en comble. C’est à quoi s’attela dom Paul-Irénée Fransen, également moine de Maredsous, formé par Célestin Charlier lui-même. Tout en poursuivant d’autres recherches, il reprit de manière systématique les deux manuscrits de la Collection, dont il donna plusieurs études: tantôt sur un ensemble bien défini d’extraits qui présentait un intérêt particulier, tantôt sur les sources et manuscrits auxquels Florus a puisé ses extraits, tantôt sur l’attention dont Chifflet entourait l’ouvrage et son unique manuscrit connu, celui de la Grande Chartreuse.

Dom Paul-Irénée Fransen en 2008 (photo tirée du site de la Cathédrale de Strasbourg, sous réserve de droits)

Dom Paul-Irénée Fransen en 2008 (photo tirée du site de la Cathédrale de Strasbourg, sous réserve de droits)

Ce long travail fut enfin couronné par la toute première édition de la Collection, édition à la fois princeps et critique, avec laquelle dom Fransen réalisait le voeu formé par Chifflet quelque trois siècles et demi plus tôt — mais avec les avantages acquis entretemps: le deuxième manuscrit bien sûr, et l’océan des travaux critiques sur les Pères de l’Eglise, leurs ouvrages et leur transmission manuscrite au moyen âge.

Les trois tomes de l'édition Fransen

Les trois tomes de l’édition Fransen

Cette première édition a véritablement réalisé tout le fruit que Chifflet en attendait lui-même, puisqu’elle permet enfin aux spécialistes de tous les Pères impliqués dans la Collection de se pencher sur la version de « leur » corpus dont Florus disposait. On peut enfin tester véritablement, sur pièce, l’hypothèse de la grande fiabilité de Florus. Etait-il réellement fidèle à ses manuscrits ? Jusqu’à quel point respectait-il la lettre et le mot-à-mot de ses exemplaires de travail ? Comment se comportait-il lorsque son exemplaire du texte patristique était manifestement fautif ? Bref: jusqu’à quel point peut-on voir, dans les mille quatre-vingts-sept extraits de la Collection, autant de vignettes « photographiques » de la bibliothèque patristique de Lyon au milieu du IXe siècle ?

L’enchevêtrement des tenants et aboutissants, des enjeux et des problématiques, est tel dans ce vaste carrefour des traditions patristiques, qu’il est impossible d’en venir seul à bout. Une collaboration s’impose nécessairement entre spécialistes de chacun des auteurs impliqués dans la Collection.

C’est la raison pour laquelle Franz Dolveck, en tant que spécialiste de Paulin de Nole, Camille Gerzaguet, d’Ambroise de Milan, et moi-même co-organisons deux journées d’études sur la Collection des Douze Pères de Florus de Lyon. Elles se tiendront à Rome, lundi et mardi 26 et 27 octobre 2015, sous le haut patronage de la Biblioteca Apostolica Vaticana, grâce au soutien de l’Ecole française de Rome, du Dipartimento di Studi Umanistici (Università di Udine), et de l’équipe d’accueil SAPRAT de l’EPHE.

Tous les renseignements, l’affiche et le programme se trouvent (entre autres) sur Calenda.

Références

  • Jacques Sirmond (éd.), S. Aviti archiepiscopi Viennensis Opera, Paris, 1643 [sur Google Books]
  • Jacques Sirmond (éd.), Sancti Fulgentii episcopi Librorum contra Fabianum excerpta, Paris, 1643 [sur Google Books]
  • Paul-Irénée Fransen, « Les extraits d’Éphrem latin dans la compilation des XII Pères de Florus de Lyon », dans Revue bénédictine vol. 87 (1977) p. 349-371
  • Paul-Irénée Fransen, « Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’apôtre », dans Revue bénédictine vol. 94 (1984) p. 195-228
  • Paul-Irénée Fransen, « Description de la collection grégorienne de Florus de Lyon sur l’apôtre », dans Revue bénédictine vol. 98 (1988) p. 278-317
  • Paul-Irénée Fransen, « Une lettre « dédicatoire » du jésuite Pierre-François Chifflet au Prieur général de la Grande Chartreuse », dans Analecta Cartusiana n.s. 2/1 (1989) p. 135-142
  • Paul-Irénée Fransen, « Notes marginales de Florus dans un manuscrit de Cluny », dans Revue bénédictine vol. 109 (1999) p. 148-153
  • Paul-Irénée Fransen et Bertrand Coppieters ‘t Wallant (éds.), Flori Lugdunensis Collectio ex dictis XII Patrum, t. I: Cyprianus, Hilarius, Turnhout: Brepols, 2002 (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, 193)
  • Paul-Irénée Fransen, Bertrand Coppieters ‘t Wallant et Roland Demeulenaere (éds.), Flori Lugdunensis Collectio ex dictis XII Patrum, t. II: Ambrosius, Turnhout: Brepols, 2006 (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, 193A)
  • Paul-Irénée Fransen, Bertrand Coppieters ‘t Wallant et Roland Demeulenaere (éds.), Flori Lugdunensis Collectio ex dictis XII Patrum, t. III: Pacianus, Theophilus, Gregorius Nazianzenus, Ephrem, Leo, Cyrillus Alexandrinus, Fulgentius, Paulinus Nolanus, Avitus, Turnhout: Brepols, 2007 (Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, 193B)
  • Ici-même:

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *