840–841, une page d’histoire de Lyon

On fête aujourd’hui, 16 janvier 2016, le 1175e anniversaire de l’ordination d’Amolon, successeur d’Agobard sur le siège épiscopal de Lyon (841–852). C’est un bon prétexte pour présenter la source de cette information, un document contemporain exceptionnel, qu’on appelle couramment Annales Lugdunenses — les Annales de Lyon. Elles ont été écrites sur un manuscrit du début du IXe siècle, originaire de la cathédrale de Lyon, et aujourd’hui conservé à Rome, Biblioteca Vallicelliana, E 26. Sa numérisation intégrale peut être consultée sur Internet (ici !), depuis quelques mois seulement, grâce à la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT).

Un Lyonnais en exil

Comme beaucoup de manuscrits présents à Lyon dès le IXe siècle, ce livre n’a pas quitté la ville de tout le Moyen Âge. Mais en 1562, lors de la prise de Lyon par les protestants, la bibliothèque est incendiée. Un protestant sauve le manuscrit, et le vend à un moine célestin nommé Jean du Bois. C’est ce que raconte ce dernier, dans une note qu’il a portée sur la première page du manuscrit :

Ex Bibliotheca Lugdunensi / ab hereticis combusta / exemptus ab heretico codex / venditusque / emptus est a Joanne a Bosco / Celestino (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 1r : cliquer sur l’image pour afficher la page entière)

Une partie du manuscrit, néanmoins, était tombée : cette partie manquante n’a été retrouvée qu’au début des années 2000, par Anne-Marie Turcan-Verkerk[1] : c’est aujourd’hui le manuscrit PARIS, BNF, lat. 8680. C’est un fragment de quelques pages mais, malheureusement, il n’a pas encore été numérisé sur Gallica.

Un manuel et un usuel très utilisé

Ce livre est un recueil de textes et d’instruments de calcul, destinés à établir le calendrier sous toutes ses formes : astronomie, astrologie, méthodes de calcul, fêtes religieuses à date fixe ou à date mobile — en particulier Pâques, dont la date a été très débattue dans l’Antiquité tardive.

Il y a, par exemple, un calendrier des saints à fêter, dont voici le mois de janvier :

Sanctoral du mois de janvier : noter les additions de plusieurs personnes différentes. (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 3r)

Des tables de multiplication, où l’on a utilisé une encre bleue typique de Lyon à cette époque :

Roma, Bibl. Vallic., E 26, f. 43r

Tables de multiplication par 59, par 60, par 30 ; valeur numérique des lettres grecques ; table de multiplication par 15 (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 43r)

Ou encore cette liste des papes, depuis saint Pierre jusqu’à Adrien Ier (772–795) :

Roma, Bibl. Vallic., f. 153r

Liste des pontifes romains : ici, les 22 premiers papes. (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 153r)

Outre ces instruments (qui font les plus jolies images pour une note de blog !), le manuscrit contient aussi beaucoup de textes qui expliquent les unités de mesure, les phénomènes astronomiques, etc.

Parmi les annotateurs, Florus de Lyon

Dans les décennies qui ont suivi la confection du manuscrit, plusieurs personnes l’ont utilisé et annoté, comme on l’a vu plus haut pour le sanctoral. Le seul dont on connaisse le nom et dont on identifie l’écriture avec certitude, c’est Florus de Lyon († vers 855–860) :

Titre initialement manquant, rajouté par Florus (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 38r)

SUPPUTATIO PRIMI FESTI PASCHALIS, IUXTA CURSU(m) ANNORUM MUNDI. — Titre initialement manquant, rajouté par Florus (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 38r)

Florus a surtout utilisé ce manuscrit pour rassembler des matériaux sur une question difficile, le calcul de la date de Pâques. Il a ensuite rassemblé tous ces documents dans un nouveau recueil consacré spécialement à cette question, dont nous ne possédons plus l’exemplaire original, mais seulement une copie prise par un proche de Florus, Mannon de Saint-Oyend († 893). Tout cela a été établi par Anne-Marie Turcan-Verkerk, qui a comparé les textes copiés par Mannon avec les notes du manuscrit ROMA, Bibl. Vallic., E 26. Par exemple, Florus avait sélectionné un texte à recopier, en lui donnant le numéro XII :

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 45v

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 45v

Ensuite, un autre texte avec le numéro X :

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 46r

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 46r

Puis un autre avec le numéro XI :

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 47r

ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 47r

Et encore un peu plus loin, un autre avec le numéro II :

numeroII

Roma, Bibl. Vallic., E 26, f. 48r

Et dans le manuscrit copié par Mannon d’après l’exemplaire original de Florus, on trouve exactement les mêmes textes, dans l’ordre et sous les numéros que Florus leur donne ici !

Notes en marge d’un calendrier

Mais ce qui nous intéresse particulièrement dans ce manuscrit, ce sont les cycles décemnovaux. Il faut dix-neuf années (decem novem) pour que la lune soit de nouveau dans la même phase au même jour de l’année solaire : par exemple, entre une pleine lune le 1er janvier et la fois suivante où la pleine lune tombe un 1er janvier. Si on veut que ce soit non seulement la même phase de la lune et la même date de l’année solaire, mais aussi le même jour de la semaine (par exemple un lundi), alors il faut attendre 532 ans… Une période de 532 ans est donc appelée annus magnus, littéralement «Grande Année», quelque chose comme une «année majeure».

Le manuscrit contient ainsi un tableau des deux premières «années majeures» à partir de la naissance du Christ : depuis l’année [0] (il y a en effet une ligne non numérotée avant l’année numérotée I !) jusqu’à l’année 531, puis de 532 jusqu’à 1063 (c’est-à-dire jusqu’à la fin de l’année majeure en cours au moment de la confection du manuscrit au début du IXe siècle). Chaque page représente un cycle décemnoval, et pour chaque année le tableau donne entre autres le numéro de l’année depuis la naissance du Christ, et la date où Pâques doit tomber cette année-là. Cela signifie qu’on était capables, à l’époque, sans ordinateurs, de calculer les phases de la lune et les jours de la semaine pour une année située dans un lointain passé ou dans un lointain avenir.

Premier cycle décemnoval: de l'an [0] à l'an 18 de notre ère. (ROMA, Bibl. Vallic., f. 10r)

Premier cycle décemnoval : de l’an [0] à l’an 18 de notre ère. (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 10r)

Dans la première année majeure, le tableau a servi à rassembler des informations sur la chronologie antique. Par exemple, à l’année 69, on a noté la prise de Jérusalem sous Vespasien :

"In isto anno hierosolimorum / subuersio sub uespasiano" (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 11v)

In isto anno hierosolimorum / subuersio sub uespasiano (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 11v)

La liste des années de l’ère chrétienne pouvait donc servir à noter, rétrospectivement, des dates historiques importantes.

On trouve aussi des notes dans la seconde année majeure (532–1063), c’est-à-dire l’année majeure en cours au moment où le manuscrit a été confectionné et utilisé, mais elles sont très différentes. L’érudition moderne leur a vite porté intérêt, puisque Jean Mabillon les remarqua et imprima dès 1687 :

Jean Mabillon, Iter Italicum, t. 1, Luteciae Parisiorum, 1687, p. 68 (cliquer pour consulter sur Gallica)

Il estimait en effet qu’elles parlaient «indubitablement d’Agobard», évêque de Lyon et un important acteur de la première moitié du IXe siècle: son long pontificat (816–840) coïncide d’ailleurs avec le règne de Louis le Pieux (814–840). Ces Annales Lugdunenses désormais célèbres ont été rééditées par G.H. Pertz en 1826, avec quelques modifications :

MGH SS 1 (G.H. Pertz éd., 1826), p. 110 (cliquer pour consulter sur dMGH)

MGH SS 1 (G.H. Pertz éd., 1826), p. 110 (cliquer pour consulter sur dMGH)

On voit du premier coup d’œil que les premières notes sont très courtes, et les deux dernières beaucoup plus longues. Ce n’est pas un hasard, puisqu’on peut distinguer en fait deux groupes de notes.

Les notes brèves (769–816)

Les cinq premières notes sont essentiellement autobiographiques : c’est une personne en particulier qui note les événements marquants de sa propre existence. À l’année 769, d’abord :

Hoc anno natu[s sum.] ("Je suis né cette année-là." ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 30r)

Hoc anno natu[s sum.] — «Je suis né cette année-là.» (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 30r)

Cet homme connaît son année de naissance ; il est donc probablement bien né. Puis à l’année 782 :

note782

Hoc \anno/ ab hispaniis in gallia(m) narbonensem ueni. — «Cette année-là, je suis venu d’Espagne en Gaule Narbonnaise.» (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 30v)

L’annotateur nous apprend qu’il est Espagnol. Dix ans plus tard, en 792 :

[Hoc] anno [lug]dunu(m) ago[…] primum — «[Cette] année-là […] à Lyon pour la première fois.» (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 30v)

On est très heureux de savoir qu’il s’est passé, en 792, quelque chose à Lyon pour la première fois, mais on est un peu frustré de ne pas savoir quoi, puisque c’est devenu illisible. Mabillon reconstituait a go[this], c’est-à-dire «de chez les Goths». Mais Pertz pensait qu’il fallait plutôt lire ago[bardus], «Agobard». Si aucune des deux phrases n’est vraiment satisfaisante, celle de Mabillon donne quand même un peu plus de sens : «Cette année-là, [je vins] à Lyon pour la première fois, venant de chez les Goths» est quand même plus satisfaisant que «Cette année-là Agobard pour la première fois». En outre, c’est un problème de place : comme on le voit bien sur l’image, l’espace dont on dispose peut bien accueillir quatre lettres, surtout avec un t et un i, mais certainement pas six avec b, a, d et u.

La note suivante, à l’année 804, est plus claire :

(ROMA)

Benedictionem indignus suscepi. — «(Bien qu’)indigne, j’ai reçu la bénédiction.» (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 31r)

On a donc affaire à une personne consacrée. Finalement, cette première série de notes se conclut sur une nouvelle difficulté, à l’année 816 :

ROMA

Ist[.] catedr[.] potit[..] m[en]se oc[t]auo. ». (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 31r)


Mabillon proposait : Iste cathedra potitur anno octauo, «À la huitième année, celui-ci s’empare de la cathèdre.» La lecture anno est certainement un lapsus de Mabillon, car on lit assez clairement mense : il s’agit du mois d’août de cette année 816, non d’une huitième année. Pertz a lu : Isto [anno] [c]a[thed]ra [potitur] mense octauo, «Cette année-là, la cathèdre est prise au mois d’août.»

Pour approfondir la question, il faut bien comprendre le contexte. Suite à l’édition de Mabillon, on a pensé que ces notes étaient d’Agobard ; que c’était Agobard qui racontait lui-même sa vie. C’est sous cette influence que Pertz a voulu lire Ago[bardus] dans la note de 792. C’est sans doute aussi sous cette influence qu’il a relu la note de 816 : il fallait lire ist[o] [anno], parce que des notes autobiographiques n’ont pas besoin d’un sujet à la troisième personne (iste). En réalité Mabillon n’a pas dit qu’elles étaient de la main d’Agobard, il a dit qu’elles concernaient Agobard (de Agobardo interpretanda). Il lit iste parce que, pour lui, l’annotateur parle de celui qui a pris la cathèdre, Agobard, à la troisième personne : c’est quelqu’un d’autre.

Actuellement, on a plutôt tendance à penser qu’Agobard n’est pas l’annotateur. Par conséquent on n’a, je crois, plus aucune indication sur la date de naissance d’Agobard, et plus rien ne dit qu’il était Espagnol, comme on le lit souvent. C’était peut-être le cas, car les Hispani étaient nombreux à Lyon — mais alors c’est une coïncidence, et on ne peut prétendre le prouver sur la base de ces notes. Agobard faisant défaut, on a parfois voulu que les notes soient de Florus ; et donc, qu’il soit né en 769, et Espagnol. Cette fois, on peut être certain que c’est absolument faux, la main de l’annotateur qui s’exprime à la première personne n’ayant rien à voir avec celle de Florus. Il faut tout de même se rappeler qu’il n’y avait pas alors, à la cathédrale de Lyon, seulement les quatre ou cinq personnes dont les noms sont illustres…

Enfin, tout le monde semble partir du principe que ces cinq notes sont de la même personne et concernent la même personne, mais ça ne me paraît pas du tout certain. La note de 769 me paraît d’une main très différente des trois suivantes. Ce n’est donc peut-être même pas la même personne qui est née en 769 et qui est venue d’Espagne en 782. Les notes de 782, 792 et 804 me paraissent être de la même main : voilà une personne qui a beaucoup voyagé, avant de se fixer dans le clergé lyonnais. Mais la main de 816, pour autant qu’on en puisse juger, est encore très différente. Justement, sa note est d’un caractère très différent : elle enregistre un événement d’envergure «publique», la «grande histoire» plutôt que la «petite», puisqu’il s’agit de l’accession définitive d’Agobard à l’épiscopat de Lyon (il avait été nommé par son prédécesseur dès 814 mais, comme cette procédure n’est pas canonique, il lui fallut attendre 816 avant d’être reconnu dans sa charge). C’est pourquoi je lirais assez volontiers, avec Mabillon : Iste catedra potitur mense octauo, «Au mois d’août, celui-ci a pris la cathèdre.» La question est plutôt de savoir pourquoi on n’a qu’un pronom, et pas une désignation plus explicite.

Enfin des Annales de Lyon

On en arrive donc aux deux notes plus longues, et qui correspondent beaucoup plus à un projet annalistique :

ROMA , Bibl. Vallic., E 26, f. 32r

ROMA , Bibl. Vallic., E 26, f. 32r

En réalité elles ne concernent que deux années, 840 et 841. On trouve à leur hauteur deux signes de renvoi étranges, constitués de grappes de points :

Les années dcccxl et dcccxli, avec signes de renvois... (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 32r)

Les années dcccxl et dcccxli, avec signes de renvois… (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 32r)

Et ces signes de renvois correspondent chacun à une longue note marginale. Pour l’année 840 :

(ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 32r)

Note pour l’année 840. (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 32r)

Eclypsis solis accidit in diebus laetaniarum .III. Ns. Mai. IIII Fr. circa horam diei octauam, et permansit fere hora dimidia. adeo obscura, ut stelle in caelo clarissime apparerent. Hoc anno sancte memoriae agobardus lugdunensis episcopus obiit .VIII. Id. Iun. Ludouichus quoque imperator defunctus est .XII. K. Iul. Et memorabile atque insigne opus quod forum uetus uocabatur, \lugduni/ corruit, ipso die intrantis autumni. quod steterat a tempore traiani imperatoris, per annos fere DCCtos.

«Une éclipse de soleil s’est produite pendant les jours des litanies, le 3 des nones de mai, un mercredi, vers la huitième heure du jour, et a perduré peut-être une demie-heure. En outre elle était obscure, à tel point que les étoiles apparaissaient très clairement dans le ciel. Cette année-là, Agobard évêque de Lyon mourut, le 8 des ides de juin. L’empereur Louis décéda aussi, le 12 des calendes de juillet. Et le mémorable et célèbre monument qu’on appelait «le vieux forum» (forum vetus), à Lyon, s’est effondré, le jour même de l’entrée en automne. Il était resté debout depuis le temps de l’empereur Trajan, pendant peut-être sept cents ans.»

Voilà bien une année digne de mémoire. L’éclipse de soleil du 5 mai 840 fut, en effet, totale à Lyon :

Trajet de l'éclipse de soleil du 5 mai 840 (image provenant du site de la NASA)

Trajet de l’éclipse de soleil du 5 mai 840. L’éclipse est partielle dans l’encadré vert, totale dans l’encadré bleu. (image provenant du site de la NASA)

La carte Google Maps dessinée par la NASA (ici) permet de déterminer qu’au niveau de la cathédrale de Lyon, l’éclipse partielle commença à 11h25 et se termina presque à 14h ; et l’éclipse totale proprement dite dura de 12h40 à 12h45. Était-ce un signe pour les Lyonnais ? Agobard, leur évêque depuis un demi-siècle, mourut un mois plus tard, le 6 juin ; et l’empereur Louis le Pieux ne lui survécut que deux semaines, puisqu’il mourut le 20 juin. Enfin, les Lyonnais ne pourront qu’être sensibles à la dernière entrée, l’effondrement du forum vetus, qu’on situe traditionnellement sur la colline de Fourvière à laquelle il aurait donné son nom (je renvoie à deux réponses du Guichet du savoir, ici et ). S’il était là, il surplombait directement la cathédrale : le bruit de l’effondrement dut attirer tout le monde a l’extérieur, le nez en l’air pour constater le phénomène, comme avait fait l’éclipse quelques mois plus tôt.

Toute cette note de l’année 840 est d’une même main. Anne-Marie Turcan-Verkerk a proposé de reconnaître là Florus lui-même ; mais à la réflexion, nous en doutons tous les deux. La main n’est pas aussi régulière que celle de Florus, qu’on reconnaît habituellement très bien tant elle est particulière — et on va la reconnaître tout de suite. En effet la note sur l’année 841 est, elle, de plusieurs mains, comme si on s’y était repris à plusieurs fois :

(ROMA)

Note pour l’année 840. (ROMA, Bibl. Vallic., E 26, f. 32r)

Amolo praefati episcopi diaconus ordinatus episcopus ludduni .XVII. Kl. Febr. # Et lacrimabile bellum inter filios imperatoris hludouuici haud procul ab urbe autisiodorensium, in quo christianus utrimque populus mutua se cede prostrauit .VII° Kl. Iul. # Cuius etiam anni principio nocturnis horis lux ingens a parte aquilonis emissa et longe lateque diffusa, ferali portento noctem paene in diem uertisse uisa est. # [13 à 14 lignes illisibles]

«Amolon, diacre de l’évêque précité, ordonné évêque de Lyon le 17 des calendes de février. # Et déplorable bataille entre les fils de l’empereur Louis, non loin d’Auxerre, où le peuple chrétien de part et d’autre se prostra dans un massacre mutuel, le 7 des calendes de juillet. # En outre au début de cette année, pendant les heures de la nuit, une immense lumière émise du côté de l’Aquilon et diffuse longtemps et largement, a été vue changeant presque la nuit en jour dans un funeste présage.» # [13 à 14 lignes illisibles]

La main qui parle de l’ordination épiscopale d’Amolon, le 16 janvier 841, puis de cet étrange phénomène lumineux, n’est pas celle de Florus, mais d’un de ces nombreux inconnus qui gravitaient dans son entourage immédiat.

En revanche la main qui écrit à l’encre si foncée et d’une écriture plus large (transcrite en gras ci-dessus) est indéniablement celle de Florus lui-même : on reconnaît son écriture si personnelle, sa manie d’écrire la désinence d’un nombre ordinal au-dessus du nombre (VII° pour septimo), ce que ne font pas les autres mains des Annales. Son orthographe du nom de Louis le Pieux, Hludouuicus, est aussi bien différente et bien meilleure que celle du premier annotateur, qui écrivait Ludouichus. C’est Florus qui parle ici ; et il parle de la bataille de Fontenoy qui, le 25 juin 841, marqua profondément les esprits. Outre la violence des combats, elle consacrait la ruine définitive de l’unité carolingienne, un rêve hérité de Charlemagne auquel Agobard et Florus furent personnellement très attachés.

De quoi parlaient les dernières lignes, qu’on a si soigneusement grattées ensuite ? Jusqu’à présent, personne n’a pu les déchiffrer. Elles ont été effacées peu de temps avoir été écrites, car une chronique médiévale qui a eu connaissance des notes de 840 et 841 n’a pas transcrit ce passage non plus. Il nous reste donc inaccessible, et c’est bien regrettable, étant donnée la manne d’informations que représentent les étroites lignes qui précèdent !

Conclusion

On a donc avec les «Annales de Lyon» pour les années 840–841 un document exceptionnel. Le Moyen Âge nous a laissé beaucoup de récits de témoins, mais il est rare qu’on possède la première rédaction, le premier manuscrit de ces témoignages. Avec le manuscrit Rome, Bibl. Vallicelliana, E 26 + Paris, BNF, lat. 8680, un manuscrit confectionné à la cathédrale de Lyon au début du IXe siècle, on surprend plusieurs personnes à l’ouvrage, reconnaissant dans la liste des années leur propre histoire, la grande et la petite. Florus n’est que l’un d’entre eux. Le manuscrit en a-t-il moins de valeur ? Bien au contraire. Florus n’était pas seul, à Lyon, à l’époque. Il n’était pas non plus le seul lettré, ni même le seul érudit. Dans ce manuscrit, c’est un peu de la vie ordinaire des clercs lyonnais et de leur ville qu’on saisit, un peu de leurs joies et de leurs peurs. Florus avait les siennes, tout comme ceux dont l’histoire n’a pas retenu les noms.

Notes. —
  1. «Florus de Lyon et le ms. Roma, Bibl. Vallicelliana, E 26. Notes marginales…», dans La tradition vive. Mélanges d’histoire des textes en l’honneur de Louis Holtz, Turnhout, 2003 (Bibliologia, 20), p. 307–316, avec 2 pl. []

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de première année à l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *