Bibliographie en ligne: les Patrologies avant Migne

La numérisation des documents anciens bouleverse rapidement notre rapport aux sources. C’est éminemment valable pour les manuscrits médiévaux, certes, mais aussi pour la bibliographie imprimée d’une question donnée: par exemple, pour un philologue, les éditions et études antérieures d’un texte dont il se propose de refaire l’édition critique.

Un exemple

Prenons un petit exemple. Pour sa thèse de théologie publiée en 1937, l’abbé Paul Duc entreprit de donner la première édition critique du De actione missarum de Florus de Lyon[1]. Cette expositio missae a eu une riche histoire éditoriale puisque, entre 1548 et 1733, elle a été imprimée à cinq reprises indépendamment. Comme la nature de son travail l’oblige à présenter celui de ses prédécesseurs, Paul Duc nous dit à propos de la troisième édition:

Luidamus, évêque de Ruremonde, publia le même traité, à Anvers, en 1589, ex antiquissimo codice, avec le prologue et le titre: De actione missarum, mais sans savoir qu’il était de Florus: il eut soin d’avertir que six feuillets manquaient au manuscrit qui avait servi à cette édition. L’édition de Luidamus est peu commune.[2]

Les détails apparemment précis que donne Paul Duc peuvent laisser croire qu’il a vu l’édition dont il parle. En réalité, il tire ces détails d’une source qu’il cite un peu plus tôt, une étude de Pierre Le Brun (1661-1729): c’est ce dernier qui, pour ses dissertations sur l’histoire de la liturgie, a débrouillé les diverses éditions du traité de Florus. Paul Duc renvoie à une réédition de Le Brun datée de 1778, t. 8, p. 302: on peut la lire ici mais, puisque Google Books nous le permet, reportons-nous plutôt à la première édition: Pierre Le Brun, Explication de la Messe contenant les dissertations historiques et dogmatiques sur les liturgies de toutes les Églises du monde chrétien, tome 4, Paris, 1726, p. 316.

Donc, Paul Duc a lu Le Brun; mais quid de l’édition de «Luidamus» proprement dite? Quand il la dit «peu commune», il s’exprime par euphémisme: en fait, il ne l’a pas trouvée. Il n’était sans doute pas facile, en 1937, de retrouver un livre de 1589 — et encore moins facile d’en examiner un exemplaire. Pour ma part, comme j’ai la chance de vivre aujourd’hui, cela m’a pris quelques secondes. L’édition du traité de Florus est comprise dans le traité de Wilhelmus Lindanus [Willem Damaszoon van der Lindt], Missa Apostolica, sive ἡ θεῖα λειτουργία τοῦ ἀποστόλου Πέτρου, divinum sacrificium sancti apostoli Petri, Antverpiae [Anvers], 1589, p. 115-215. Rien que sur Google Books, j’en ai trouvé sept exemplaires différents: par exemple un des deux que conserve la Bibliothèque municipale de Lyon (catalogue en ligne). Si l’on est allergique à Google, on peut aussi aller consulter l’exemplaire de la Bayerische Staatsbibliothek de Münich dans sa propre bibliothèque numérique (il est aussi sur Google Books, ).

Donc quelqu’un qui voudrait, aujourd’hui, améliorer l’édition critique du De actione missarum pourrait très facilement exploiter cette édition ancienne, dont le dernier éditeur n’a pas tiré parti, et qui reproduit peut-être un manuscrit désormais disparu («antiquissimus codex Wilhelmi Lindani», dit la note liminaire de l’édition de 1589, p. 115).

L’aiguille dans le foin

Tout anecdotique qu’il soit, cet exemple montre bien comment les numérisations massives (et non pas ciblées sur des livres dont on connaît déjà l’intérêt) peut servir la recherche historique. Mais parfois chercher un texte ancien bien précis dans cette immense masse, c’est chercher une aiguille dans une pleine grange de foin; ainsi en particulier:

  • Lorsque le livre est bel et bien rare. Les numérisations de livres anciens ont été nombreuses ces dernières années grâce à l’implication massive de quelques acteurs majeurs, mais aussi riches que puissent être leurs collections, ces bibliothèques n’ont pas tout. Au point où nous en sommes, comme beaucoup de choses sont déjà rendues accessibles en de multiples exemplaires, il faudrait que les bibliothèques possédant de véritables raretés se concentrent sur leur numérisation — comme semble faire, par exemple, la Bibliothèque Sainte-Geneviève sur Archive [lien].
  • Lorsque le livre porte un titre en latin démesurément long, avec un nom d’auteur ou d’éditeur latinisé (surtout s’il est au génitif ou à l’ablatif) — et surtout lorsque le titre principal d’une publication en plusieurs tomes est formulé au génitif, parce que c’est le complément du nom d’un «tomus I, tomus II» qui n’intervient que beaucoup plus loin sur la page… Les usages catalographiques n’étant guère unifiés, une publication de ce genre pourra apparaître sous des intitulés très différents d’un catalogue à l’autre et d’un moteur de recherche à l’autre. Dans ces cas-là, l’utilisation des bornes chronologiques rend de fiers services. Par exemple si l’on cherche l’édition des sermons de saint Augustin par Johannes Vlimmerius (D. Aurelii Augustini Hipponensis episcopi, sermonum pars una, hactenus partim mutila… [etc., etc., etc.], opera et studio Ioannis Vlimmerij [etc., etc., etc.], Lovanii, apud Hieronymum VVellæum [etc., etc., etc.], M.D.LXIIII), il est plus efficace de chercher toutes les publications dont le titre contient le mot «Augustini» en 1564, que de chercher «Augustini sermonum Vlimmerii» dans toutes les publications existantes.
  • Lorsque le livre s’inscrit dans une grande collection hérissée de sous-collections et de sous-sous-collections, avec des tomes, des sous-tomes et des sous-sous-tomes, chacun de ces niveaux portant un titre bien à lui… Un site comme dMGH est particulièrement bien fait en ce qu’il met à disposition tous les volumes des Monumenta Germaniae Historica en reproduisant de manière intuitive l’arborescence particulièrement riche de cette collection. Mais dans bien des cas il n’existe pas de répertoire aussi centralisé et concerté: on est heureux, alors, de tomber sur des personnes qui ont pris l’initiative de compiler elles-mêmes des listes. Par exemple, pour le Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, celles de Roger Pearse (ici) ou du Monastic Manuscript Project (); ou bien cette liste des volumes du Catalogue général des manuscrits visibles sur Archive.org, qui permet de compléter par les images le texte océrisé du CCfr.

Avant Migne, les «Bibliothèques des Pères»

Dans le domaine de la littérature latine chrétienne, une série de publications importantes a le malheur de combiner parfois plusieurs de ces problèmes: les «Patrologies avant Migne», pour reprendre le mot de Pierre Petitmengin[3]. Ces grandes collections, qui s’efforçaient de réunir la littérature patristique disponible, n’ont cessé de s’amplifier, depuis la première «Bibliothèque des Pères» publiée par Marguerin de la Bigne à Paris en 1575, jusqu’au monument en 27 volumes publiée par les frères Anisson, à Lyon, en 1677. Après celle-ci on publia encore des collections, parfois importantes, mais l’exhaustivité devint une utopie — jusqu’au projet fou de l’abbé Migne, au milieu du XIXe siècle.

La place de ces grands recueils dans l’histoire des textes est ambivalente. «Une grande quantité d’inédits ont été publiés dans les premières éditions[4]», et l’on en trouve encore dans l’édition de 1677, mais le plus souvent on réimprime des éditions parues auparavant dans des volumes distincts. Parfois, alors, on corrige à bon droit une erreur de l’édition originale, parfois on tient compte des judicieuses remarques faites par un commentateur — et parfois, bien sûr, des erreurs s’introduisent. Se copiant les unes les autres, les publications créent ipso facto une «tradition éditoriale» comparable à la «tradition manuscrite»: l’édition que vous avez entre les mains n’est pas forcément identique en tous points à celle qu’elle prétend reproduire…

De nos jours, on cite souvent d’après la patrologie de Migne un texte de saint Augustin qui remonte en réalité à l’édition des Mauristes, antérieure de presque deux siècles: de la même façon, c’est surtout dans les grandes collections que l’on a lu les principaux auteurs ecclésiastiques, depuis le XVIe siècle jusqu’à Migne. Illustrant et alimentant la vie culturelle de leur époque, ces «patrologies avant Migne» sont donc aussi susceptibles de nous renseigner sur elle:

Malgré leurs faiblesses, les Bibliothèques ont connu une immense popularité et c’est dans leurs colonnes que les clercs et | les laïcs cultivés lisaient les œuvres de ceux qu’on appelait alors les «petits Pères». Une étude de leur diffusion permettrait sans doute d’intéressantes remarques sur la vie intellectuelle et religieuse à la fin du XVIe et au XVIIe siècle.[5]

Utiliser les «Bibliothèques des Pères» aujourd’hui

Si l’«on n’a pas encore étudié systématiquement l’apport philologique des Bibliothèques et de leurs divers Auctaria[6]», c’est en partie parce que ces grands corpus ne sont pas faciles d’accès. Les bibliothèques ne possèdent généralement pas toutes les éditions, ce qui ne facilite pas les comparaisons. Les premières éditions sont devenues rares: la Bibliothèque nationale de France elle-même ne possède aucun exemplaire des éditions de 1575‑1579 et 1589. Les bibliothèques qui possèdent certaines de ces éditions ont rangé Migne parmi les usuels en libre accès dans les salles de lecture, et remisé les patrologies antérieures dans leurs magasins, où les conditions de conservation sont mieux adaptées à leur grand âge. Dès lors, si l’on veut les consulter pour un texte précis, on a intérêt à savoir d’abord dans quel volume il se trouve.

Or — et cela aussi les rend difficiles d’accès — la distribution des textes dans ces collections n’est pas toujours évidente à appréhender. Circonstance aggravante, le système de classement a changé au cours du XVIIe siècle: les premières éditions suivent un cadre systématique (thématique), et l’ordre chronologique (que conservera Migne) n’a été adopté que progressivement. Bien sûr, il existe des index, des tables, des listes, mais il faut savoir où les trouver: lorsqu’elles font partie intégrante de l’édition, elles ne sont pas forcément bien signalées dans les catalogues de bibliothèques, et lorsqu’elles sont publiées à part, on ne peut pas deviner la relation entre deux publications dont les titres, auteurs, lieux et années de publication sont tout à fait différents. Et pour ne rien arranger, il n’est pas facile de se repérer dans les différentes éditions elles-mêmes : par exemple la Magna Bibliotheca veterum Patrum publiée à Cologne en 1622 est très différente de la Bibliotheca veterum Patrum publiée à Paris en 1624, et toutes deux sont différentes de la Magna Bibliotheca veterum Patrum imprimée à Paris en 1644 — par contre celle de Paris, 1654, n’est qu’une réimpression à l’identique de la troisième…

Je consacrerai donc une série de notes (à intervalles irréguliers!) à recenser les volumes des «Bibliothèques des Pères» successives qu’on peut consulter sur Internet. Je suivrai pour cela la liste établie par Pierre Petitmengin en annexe de son article[7]. Pour distinguer les différentes Bibliothèques et leurs suppléments, il introduit une numérotation continue suivant l’ordre chronologique des publications, que je reproduirai sous cette forme: BP1, BP2, etc. Sans prétendre recenser tous les exemplaires disponibles en ligne, j’essaierai de trouver deux ou trois exemplaires numérisés de chaque volume paru (certaines numérisations sont défectueuses ou reproduisent un exemplaire matériellement déficitaire) — et dans la mesure du possible, j’essaierai de rassembler les volumes appartenant à un même exemplaire de la collection complète.

Pour ce qui regarde la distribution des textes, on examinera les volumes d’index (signalés comme tels par leurs titres) et les tables généralement imprimées en tête de chaque volume. Je recense ici seulement des exemplaires de deux répertoires «hors-série» que signale Petitmengin:

Et bien entendu, si vous constatez un problème avec un lien, un fichier, ou si vous connaissez un exemplaire numérisé qu’il serait intéressant de porter sur la liste, signalez-le-moi !

Notes. —
  1. Paul Duc, Étude sur l’Expositio missae de Florus de Lyon, suivie d’une édition critique du texte, Belley, 1937. []
  2. P. Duc, Étude, p. 44-45. []
  3. Pierre Petitmengin, «Les patrologies avant Migne», dans Migne et le renouveau patristique: actes du colloque de Saint-Flour, 7-8 juillet 1975, Beauchesne, 1975, p. 15-38. Je regrette vivement que cet article ne soit pas disponible en ligne, à moins d’acheter le PDF du volume complet au déplorable prix de 52€. []
  4. P. Petitmengin, «Les patrologies avant Migne»p. 24. []
  5. P. Petitmengin, «Les patrologies avant Migne», p. 26-27. []
  6. P. Petitmengin, «Les patrologies avant Migne», n. 45 p. 24. []
  7. P. Petitmengin, «Les patrologies avant Migne», p. 32-38. []

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *