Florus, Jérôme et Paul

Je profite de cette saint Jérôme pour ajouter deux liens à mon précédent billet () saluant une vague de nouveaux manuscrits carolingiens lyonnais sur Gallica.

Suivant un projet qu’il s’était donné sur toute une série de Pères de l’Église, Florus de Lyon a en effet réalisé une compilation d’extraits de saint Jérôme commentant les épîtres de saint Paul. Les deux cent soixante-cinq extraits de saint Jérôme ont été classés dans l’ordre des épîtres de Paul.

Dom P.-I. Fransen, de Maredsous, a publié une «Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre», dans Revue bénédictine 94 (1984), pp. 195–228. À ce jour toutefois, il n’existe pas d’édition de cette compilation. Celle-ci serait pourtant fort utile, car Florus possédait d’excellents manuscrits anciens, dont il respectait scrupuleusement les leçons, et qui sont aujourd’hui en grande partie perdus. Les extraits patristiques de Florus de Lyon sont autant de fenêtres ouvertes sur l’état des textes au neuvième siècle.

Point d’édition donc ; mais grâce au partenariat de Biblissima et de la BnF, deux des trois manuscrits sont d’ores et déjà consultables en ligne :

  • Paris, BnF, lat. 1764, ff. 28r–59v
  • Paris, BnF, n. acq. lat. 1460, ff. 82r–122r

Le troisième manuscrit devrait être également consultable en ligne dans les prochains mois, grâce à une collaboration que j’ai engagée avec le site e-codices.

Colloque « La controverse carolingienne sur la prédestination »

J’interviens le 12 octobre prochain au colloque « La controverse carolingienne sur la prédestination » co-organisé par Jérémy Delmulle, Warren Pezé, Jeremy C. Thompson et votre serviteur. Retrouvez le programme sur Calenda, ou bien téléchargez ici :

Mon intervention aura pour but de dresser un état de la documentation de travail conservée de Florus de Lyon sur la prédestination, d’apporter quelques petites pièces au dossier, et de montrer comment Florus formait, utilisait et ré-utilisait sa documentation personnelle.

Nouveaux manuscrits carolingiens lyonnais en ligne sur Gallica

Suite à un partenariat entre Biblissima et la BnF, l’été a vu arriver sur Gallica une magnifique vague de manuscrits ayant un lien avec la cathédrale de Lyon au IXe siècle et, dans certains cas, avec Florus de Lyon en personne. Trois d’entre eux méritent d’être particulièrement signalés, parce qu’ils complètent des manuscrits déjà numérisés par la Bibliothèque municipale de Lyon sur son site florus :

  • Paris, BnF, lat. 5288, ff. 1–12 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 788, f. 27–34 (sur florus). La BnF possède un troisième morceau dans le recueil Paris, BnF, Baluze 270, dont le microfilm est également visible (sur Gallica). Il s’agit d’un recueil liturgique datable de l’année 779.
  • Paris, BnF, n.acq.lat. 446 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 600 (sur florus). Il s’agit d’un exemplaire des VIe–VIIIe siècles des Lettres de saint Jérôme.
  • Paris, BnF, n.acq.lat. 602 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 468 (sur florus). Il s’agit d’un exemplaire du VIIe siècle du Commentaire sur Jérémie de saint Jérôme.

Signalons également l’arrivée de deux manuscrits importants liés à Agobard de Lyon :

  • Le « codex Agobardinus », Paris, BnF, lat. 1622 (sur Gallica), important exemplaire des œuvres de Tertullien, légué par Agobard à la cathédrale de Lyon, et sur lequel Florus a travaillé
  • Le manuscrit Paris, BnF, lat. 2853 (sur Gallica), exemplaire unique de la plupart des œuvres d’Agobard

Enfin, un manuscrit dont j’ai déjà parlé dans un billet précédent : Paris, BnF, lat. 11709 (sur Gallica), un exemplaire de la collection canonique « Hispana systematica », exemplaire ayant appartenu à Leidrat, et sur lequel est copié l’abrégé lyonnais Lyon, BM, 336, déjà accessible (sur florus).

Une vingtaine d’autres, liés moins étroitement au scriptorium lyonnais, ont été heureusement mis en ligne cet été. En attendant d’autres !

Florus au Vatican et sur la Toile

La Bibliothèque Apostolique Vaticane a commencé la numérisation de ses quelque quatre-vingt mille manuscrits, comme je l’avais signalé incidemment dans un précédent article . J’y renvoyais à un article où l’on pouvait consulter cette vidéo :

On peut désormais consulter sur le site de la Biblioteca Apostolica Vaticana la liste des manoscritti digitalizzati . Ce sont surtout, pour l’instant, des manuscrits du fonds Palatin ; mais on relèvera avec bonheur la présence du très beau manuscrit Vat. lat. 3852 , un dossier patristique rassemblé par Florus et intégralement copié de sa main, et dont voici le f. 1r (© Biblioteca Apostolica Vaticana) :

Ces numérisations permettront une démultiplication des travaux sur l’immensité du fonds du Vatican et constituent autant d’excellentes nouvelles. Gageons qu’il s’ensuivra de nombreuses et fructueuses études.

Reims, Bibliothèque Carnegie, Ms. 385 — le dossier d’Hincmar de Reims sur l’adoptianisme

Le manuscrit de Reims, Bibliothèque Carnegie, Ms. 385 est un dossier personnel d’Hincmar de Reims sur l’adoptianisme. Constitué de 160 feuillets, il est désormais consultable en intégralité sur Gallica, assorti d’une notice relativement détaillée que je voudrais compléter et corriger sur quelques points. Je renvoie à elle pour les renseignements que je ne donne pas ici.

Dans cet article, je voudrais détailler la structure du manuscrit afin d’analyser sa composition. On pourra consulter en fin d’article un tableau récapitulatif.

Les ex-dono d’Hincmar de Reims figurent, en capitales rustiques, au f. 1r (partiel : le feuillet est très détérioré) puis, étalés sur le livre ouvert (ils commencent sur le feuillet verso, à gauche, et s’achèvent sur le feuillet recto, à droite) :

  • ff. 24-25
  • ff. 46-47
  • ff. 70-71
  • ff. 94-95
  • ff. 118-119
  • ff. 142-143
  • ff. 156-157

Un certain nombre des signatures, portées au centre dans le pied de page, ont disparu sous le ciseau du relieur. Voici celles qui subsistent :

  • f. 30v : IIII
  • f. 38v : V
  • f. 54v : VII
  • f. 70v : VIIII
  • f. 86v : XI
  • f. 94v : XII
  • f. 110v : XIIII
  • f. 118v : XV
  • f. 126v : XVI
  • f. 134v : XVII
  • f. 142v : XVIII
  • f. 150v : XVIIII
  • f. 156v : XX
  • f. 160v : XXI

La présence d’un grand ex-dono d’Hincmar coïncide toujours, sauf les deux premiers, avec la présence d’une signature : f. 70v, f. 94v, f. 118v, f. 142v, f. 156. Quant aux deux autres, f. 24v et f. 46v, ils se situent tous deux à un endroit où l’on attend une fin de cahier et une signature : f. 46v, parce que cela ferait un quaternion depuis le f. 38v et un quaternion jusqu’au f. 54v ; f. 24v, parce que cela ferait trois quaternions depuis le f. 1. L’aspect de la gouttière sur la numérisation paraît le confirmer mais il faudrait, pour avoir une absolue certitude, voir le manuscrit lui-même.

En somme, et conformément à ce que m’a suggéré Anne-Marie Turcan-Verkerk, les grands ex-dono servent en partie à signaler que les cahiers vont ensemble, à marquer l’unité de l’ensemble du dossier, en s’assurant de loin en loin que les cahiers ne seront pas dispersés. Il est intéressant de remarquer que ces grands ex-dono ont été portés aux dos des cahiers III, VI, VIIII, XII, XV, XVIII — soit tous les trois cahiers — et, finalement, au dos du cahier XX, pénultième cahier.

Leur disposition est donc sans rapport avec le contenu textuel du manuscrit : les grands ex-dono d’Hincmar sont toujours au beau milieu d’un texte, ils ne servent donc pas à rapprocher des cahiers à un endroit où quelqu’un aurait pu avoir l’idée de séparer des textes.

  1. ff.1r-14r : « Incipit epistola Hieronimi, presbiteri, adversus Luciferianum. Proxime accedit quidam Luciferi sectator… novi facilius eos vinci posse quam persuaderi. Explicit adversus Luciferianum » ;
  2. ff. 14v-54v : « Incipit altercatio Athanasii contra Arrium, Sabellium vel Fotinum, hereticos. Cum in manus strenui lectoris… — Incipit qualiter res a principio gesta est. Cum apud Nicheam urbem, a trecentis decem et octo episcopis… ad victoriae palmam pure fidei adsertur valeat pervenire. Explicit altercatio » ;
  3. f. 54v-60v : « Incipit sententia judicis Probi. Probus judex dixit : Amore veritatis et fidei… vere integre que confessionis pre mium indubitata sorte capescant. Amen. Explicit sententia judicis Probi inter Athanasium, episcopum catholicum, et Arrium, Sabellium et Fotinum, hereticos » ;
  4. ff. 61r-67v : « Adrianus, papa, sanctae, catolicae atque apostolicae primaeque pontifex sedis. Dilectissimis fratribus et consacerdotibus nostris Galliciis Spaniisque ecclesiis pre sidentibus in roseo Christi sanguine salutem. Si tamen licet de omnibus fratribus… sicut dignum est recte fidei que est in Christo Jhesu Domino nostro, qui cum Patre et Spiritu sancto vivit et regnat Deus in Trinitate perfecta, per omnia secula seculorum. Amen » ;
  5. f. 68r-77v : Titre en capitale rustique. « Incipit libellus sacrosullabus, catholico salubriter editus stilo, in concilio divino nutu habito in suburbanis Moguntie, metropolitanae civitatis regione (sic) Germaniae, in loco celebri qui dicitur Francono Furo, sub praesentia clementissimi principis domni Caroli gloriosique regis, anno felicissimo regni ejus XXVI et XX. Placuit igitur sancto venerandoque concilio quatenus hic libellus, pro causa fidei, ad provincias Galliciae ac Spaniarum mitti deberet, [ad] noxios resecandos errores, specialiter autem ad Elipandum, Tolitanae sedis episcopum, in quo omnis hujus negotii constat materia questionum. Sancto incitante Spiritu ac zelo fidei catholice … sit omnium Christianorum moderantissimus gubernator, auxiliante Domino nostro Jhesu Christo, qui cum Patre et Spiritu sancto vivit et regnat Deus in Trinitate perfecta, per omnia secula saeculorum. Amen » ;
  6. ff. 77v-90r : « Sancta synodus et venerabiles in Christo Patres, cum omnibus episcopis Germaniae, Galliae et Aequitaniae (sic) et toto catholicae pacis clero, praesulibus Hispaniae et caeteris ibidem christianitatis nomen habentibus, in Domino Deo, Dei filio vero et proprio Jhesu Christo, aeternae beatitudinis salutem. In nomine Domini nostri Jhesu Christi, qui dixit : Ubi sont duo vel tres… in qua est aeterna beatitudo et beata aeternitas et laus et gloria in omnes aeternitates. Amen » ;
  7. ff. 90v-95v : « Carolus, gratia Dei, rex Francorum et Langobardorum ac patricius Romanorum, filius et defensor sanctae Dei ecclesiae, Elepando, Toletanae civitatis metropolitano, et caeteris in partibus Hispaniae consacerdotibus ortodoxae fidei et fraternae caritatis in Christo Deo, Dei filio proprio et vero, optamus salutem. Gaudet pietas christiana divinae scilicet atque fraterne… adimplendam humane salutis » ;
  8. ff. 95v-101r : [1o] « Epistola Alchuini. Venerabili in Christi caritate amabili patri Elipanto, episcopo, ecclesiasticae pacis filius, Albinus, levita, salutem. Perfectio fraternae caritatis… » ;
  9. ff. 101r-108v : [2o] « Epistola Elipanti ad Albinum. Reverentissimo fratri Albino, diacono, non Christi ministro, sed antifrasi beato, fetidissimi discipulo, tempore gloriosi principis in finibus Austrie exorto, novo Arrio, sanctorum venerabilium patrum Ambrosii, Agustini, Isidori, Hieronimi doctrinis contrario, si converterit ab errore viae suae a Domino, aeternam salutem, et si noluerit, aeternam damnationem. Epistolam tuam a recte fidei tramite… » ;
  10. ff. 108v-109r : Ici un scribe maladroit a transcrit comme texte la table du codex qu’il copiait, laquelle nous donne l’ordre des matières qui précèdent et qui vont suivre, et que nous numérotons entre []. « In hoc codice continetur : [1o] Epistola Albini magistri ad Elipantum, Toletanum episcopum, exhortatoria in catholica fide. [2o] Item, epistola ejusdem Elipanti ad Albinum, responsiones retinens prioris epistole. [3o] Item libelli duo ejusdem Albini contra epistolam quam sibi idem Elipantus direxit, evacuans pravas illius adsertiones. [4o] Item, ejusdem Albini libelli duo de Incarnatione Christi et de duabus in eo naturis et de veritate unius personae. [5o] Item, ejusdem Elipanti ad Felicem, episcopum. [6o] Item, ejusdem Felicis epistola, de fide catholica et quomodo conversus fuerit ab errore Hispanie sectae » ;
  11. ff. 109r-110v : « Dominis in Christi caritate venerabilibus atque dilectissimis Laidrado, episcopo Lugdunensi, etc. Scio me debitorem esse in officio…
  12. f. 110v-121v : — [3o] [Adversus Elipantum liber primus]. Paratum cor meum, Deus… liberius incipiamus » ;
  13. f. 121v-131r : « Liber secundus. Olim itaque in populo Dei… cum nova luce novum tertii libelli faciamus exordium » ;
  14. f. 131r-141r : [4o] « Liber tertius. Dum, Spiritu sancto gubernante, orationis nostrae navigium… esse ratum arbitror » ;
  15. ff. 141r-151r : « Liber quartus. Quamvis diverso modo… in saecula sempiterna ». (B. Flacci Albini sive Alchwini, abbatis, opera, col. 960-992) ;
  16. ff. 151r-152r : [5o] « Videbatur mihi condignum preponere opusculo huic nostro epistolam quam caritatis officio patri Elipanto olim direxi… in desiderio perpetuae prosperitatis et salutis.
  17. ff. 152r-152v : — Mirabile testimonium sancti Augustini in psalmo quinquagesimo…
  18. ff. 152v-153r : — In presenti disputatione, si eveniat causa… sola namque Filii persona adsumpsit hominem » ;
  19. ff. 153r-154r : « Epistola Elipanti ad Felicem nuper conversum. Domino, Felice sciente, vos reddo… ut perveniat ad vos » ;
  20. ff. 154r-158r : [6o] « Confessio fidei Felicis, Orgelletanae sedis episcopi, quam ipse spretum errorem suum in conspectu edidit et eis qui in ipso errore ei dudum consentientes fuerant direxit. In Dei nomine, Felix, olim indignus episcopus, dominis in Christo fratribus Emani, presbitero, etc., etc. De caetero ad agnitionem vestram… » ;
  21. ff. 158r-160r : « Filiae in Christo carissimae, devotus in Christo pater, salutem. Sepius vestrae probatissimae caritati… et omnia quae in eis sunt » ;
  22. ff. 160v : Une main à peine postérieure a transcrit des vers

Notons que les frontières entre textes coïncident rarement avec des frontières entre feuillets, ce qui tend à indiquer que les textes étaient bien destinés à figurer ensemble dans un même recueil. En fait, une pareille coïncidence n’arrive que deux fois : entre les ff. 60v et 61r (textes 3 et 4) et entre les ff. 67v et 68r (textes 4 et 5). Deux fois encore, un texte se conclut au bas du recto, et un autre commence au haut du verso : f. 14 (textes 1 et 2) et f. 90 (textes 6 et 7). Partout ailleurs, le contenu « tuile » les frontières matérielles : un texte se finit et un autre commence immédiatement sur la même page.

Enfin, il n’arrive jamais qu’une fin de texte ou un début de texte coïncide avec la limite d’un cahier. On pourrait l’envisager dans un seul cas : le texte 3 s’achève au f. 60v et le texte 4 commence au f. 61r. Nous avons la signature du cahier VII au f. 54v et la signature du cahier VIIII au f. 70v ; mais nous n’avons pas la signature du cahier VIII : nous l’attendons au f. 62v, car cela délimiterait deux quaternions, ce qui est cohérent avec la structure générale du manuscrit. On pourrait à la rigueur imaginer un sénion dans les ff. 54v-60v. Cela permettrait de voir dans la série des 60 premiers feuillets une unité rassemblant des ouvrages patristiques (Jérôme et Athanase), distincte à l’origine des textes suivants, conciliaires puis carolingiens. Mais cela nous contraindrait à supposer dans les ff. 61r-70v un quinion, que rien ne justifie. Il faudrait voir l’original pour être sûr ; mais l’examen des gouttières dans la numérisation semble plaider quand même en faveur d’une limite de cahiers entre les ff. 62v et 63r, donc là où on l’attend entre deux quaternions.

En somme, rien n’indique que le manuscrit tel que nous l’avons serait une collection composite, tardive, de textes initialement séparés. Tout indique au contraire qu’Hincmar a sciemment rassemblé dans une même unité ces textes divers : il a voulu constituer un dossier.

Comme je l’ai glissé incidemment, la construction du dossier elle-même se comprend d’ailleurs assez bien : autorités patristiques (ff. 1-60v, textes 1-3) ; autorités synodales (ff. 61r-90r, textes 4-6) ; documents de la controverse adoptianiste carolingienne (ff. 90v-160r, textes 7-21). Coïncidence ou choix délibéré, ces délimitations s’accordent avec des frontières matérielles dans le manuscrit : fin de texte en bas de page ; début de texte en haut de page.

Un paléographe qui se pencherait sur ce manuscrit aurait du grain à moudre. La couleur des encres change beaucoup (d’un beige très clair jusqu’au noir le plus foncé en passant par toute la gamme), et il est manifeste que plusieurs copistes se sont relayés ; mais il ne me paraît pas impossible que certaines mains soient celles des mêmes personnes, à différents âges. Il y faudrait un œil plus expert que le mien.

Une pièce extrêmement intéressante pour la constitution du dossier est le texte numéro 10 : une table du manuscrit modèle de celui-ci pour tous les textes des ff. 95v-158r (textes 8-20). Il est difficile d’être précis et on peut se demander pour quelle raison la table survenait, dans ce manuscrit, après ses deux premiers items.

On relève un peu partout dans le manuscrit les traces d’un lecteur attentif mais discret : ses « Nota » très caractéristiques apparaissent ff. 2r, 5r, 7r, 8r, 9v, 10r, 11v, 12r, 12v, 13v, 14r, 14v, 15r, 35v, 40v, 42r, 44r, 51v, 53v, 60r, 101v, 102v, 104v, 108v, 109v, 110v, 11v, 112v, 113r, 113v, 115r, 116r, 116v, 117r, 117v, 120v, 121r, 123v, 124r, 126r, 130v, 142r, 144r, 147r, 147v, 148r.

Autres annotations marginales : ff. 53v (tranchée), 58r, 102v (érasée), 104v (tranchée), 156r (partiellement tranchées), 157r.

Ajouts de mains postérieures et modernes : ff. 1r, 160r, 160v.

Enfin, notons que l’éditeur des lettres d’Alcuin (MGH Epp. 4 [Dümmler 1895]) ne cite notre manuscrit que comme la source des éditions humanistiques de ces textes et, le croyant perdu, fonde son édition sur un recentior du quatorzième siècle.

  • notre texte 8, à Élipand de Tolède = lettre 166, op. cit. p. 268
  • notre texte 9, d’Élipand de Tolède = lettre 182, op. cit. p. 300
  • notre texte 11, à Leidrade = lettre 200, op. cit. p. 330
  • notre texte 16, à Leidrade = lettre 201, op. cit. p. 333
  • notre texte 19, d’Élipand de Tolède à Félix d’Urgel = lettre 183, op. cit. p. 307
  • notre texte 20, de Félix d’Urgel = lettre 199, op. cit. p. 329
  • notre texte 21, à une vierge = lettre 204 op. cit. p. 337

Collectio “Hispana systematica” — l’abrégé lyonnais

[16/01/2013 : Mise à jour et additions. — De nouvelles informations m’ont conduit à actualiser cet article. Dans la brève analyse ci-dessous, les passages nouveaux ont été signalés entre astérisques, tandis que les passages qu’ils remplacent ont été barrés et placés entre crochets droits ; en revanche, dans la table complète page suivante, les informations ont simplement été actualisées, sans signalement.]

Dans la jungle des collections canoniques, la collection dite Hispana — parce qu’elle puise nombre de ses canons dans les conciles espagnols —se présente habituellement sous une forme chronologique : les documents sont cités ex integro l’un après l’autre par ordre chronologique.

Quelqu’un s’est employé à en élaborer une refonte dite « systématique » : les documents ont été dépouillés, et leurs mille six cent trente canons classés par ordre logique, en dix livres subdivisés en « titres ». Nous conservons de cette « Hispana systématique » trois manuscrits

  1. Paris, B.n.F., lat. 11709 — manuscrit ayant appartenu à Leidrade, évêque de Lyon († v. 816), dont l’ex-libris apparaît au f. 256r.
  2. Lyon, B.M., 336 — exemplaire dont je vais parler plus longuement ici.
  3. Paris, B.n.F., lat. 1565, du onzième siècle.

Seul le troisième nous est parvenu complet, et permet de combler les quelques lacunes des deux premiers.

Il paraît établi que le manuscrit aujourd’hui lyonnais est copié sur le 11709. *Le manuscrit lyonnais représente en effet une sorte d’abrégé du parisien, dans la mesure où un certain nombre de chapitres n’ont pas été transcrits.* Ses caractères paléographiques étranges et, probablement, l’ignoble qualité de son latin l’avaient fait dater de la seconde moitié du huitième siècle, mais l’hypothèse, par conséquent, ne peut être soutenue. Il doit remonter au début du neuvième, peut-être sous l’épiscopat de Leidrade, venu à Lyon pour y mettre en œuvre la renovatio carolingienne. Nous ne savons pas comment le ms. 1565 se rattache à ces deux exemplaires anciens — d’autant qu’on ignore le lieu précis de sa copie, en se bornant à évoquer un centre français méridional.

Ce n’est pas pour faire l’histoire de la collection que je publie ce billet, car les collections canoniques sont un monde dans lequel je suis sinon un profane, du moins un novice. Quelques sentiments, néanmoins, sur la façon dont cette collection précise pourrait se rattacher au Lyon carolingien.

Dom Wilmart remarquait déjà que la tradition manuscrite tendait vers Lyon (notre indice de provenance le plus haut étant l’ex-libris de Leidrade) et émettait l’hypothèse que la collection venait de là. Cette hypothèse paraît peu probable, pour plusieurs raisons.

  1. Bien entendu, le seul fait que nous n’ayons pas de manuscrit plus ancien qu’un lyonnais, ne prouve pas que l’œuvre soit lyonnaise, pas plus qu’il ne prouve qu’elle ne le soit pas.
  2. La composition de cette œuvre nécessitait d’avoir sous la main un exemplaire complet de l’Hispana chronologique, et rien ne dit que Lyon en avait un — il est vrai que rien ne dit non plus qu’il n’en avait pas.
  3. La composition de cette œuvre nécessitait un très important travail s’apparentant à ce que nous appellerions de l’indexation, du fichage, du classement ; il y fallait du temps et des moyens intellectuels puissants. Dom Wilmart pense à Lyon sans doute parce qu’il pense aux travaux de grande ampleur entrepris par Florus de Lyon, qui procèdent des mêmes méthodes et dans lesquels on s’accorde à reconnaître de véritables tours de force. Mais la chronologie, moins assurée au temps de dom Wilmart où les études floriennes étaient balbutiantes, nous montre désormais que Florus œuvra de dix à quarante ans plus tard ; et qu’il y a un monde entre la situation intellectuelle de Lyon à l’arrivée de Leidrade et après son œuvre de renovatio. Ce qui fut possible à Florus dans les années 820-860 (né sans doute vers 805 et élevé par l’Église de Lyon, donc bercé et baigné dès la petite enfance dans l’ambiance de la renovatio, il était par ailleurs doué d’une intelligence manifestement hors du commun) n’était sans doute pas possible à n’importe qui, et sans doute pas possible aux clercs adultes que Leidrade trouva à Lyon à son arrivée. Quant à Leidrade lui-même, nous le savons extrêmement accaparé par des missions concrètes à Lyon et hors de Lyon : il n’eut sans doute jamais le loisir nécessaire pour se lancer dans pareille entreprise.
  4. Enfin, l’existence d’une traduction arabe de l’Hispana systématique, conservée dans deux manuscrits et que dom Wilmart semble ignorer, achève de rendre peu probable une origine lyonnaise: il faudrait, en effet, imaginer que la collection serait repartie de Lyon vers l’Espagne, via un manuscrit que nous aurions perdu. Quitte à supposer l’existence d’un manuscrit perdu en Espagne, il paraît bien plus économique de faire l’hypothèse que l’Hispana systématique a originellement été composée en Espagne même, et qu’à partir de cet archétype perdu elle a rayonné, d’un côté dans sa version arabe, de l’autre vers Lyon.

Quoique nous manquions de l’étude globale que mériterait ce sujet, les liens du Lyon carolingien avec l’Espagne sont bien attestés. Pour notre propos présent, je me contenterai de rappeler les deux missions effectuées par Leidrade en Septimanie. Lors de la seconde en particulier, il fut chargé d’appréhender Félix d’Urgel qui, traduit et condamné pour adoptianisme, fut consigné à Lyon sous la garde du même Leidrade. C’est à Lyon qu’il mourut peu après son gardien, et qu’Agobard retrouva dans ses papiers un écrit qui le révélait impénitent. D’Agobard lui-même, de cet homme probablement originaire de Septimanie, parvenu à l’épiscopat à Lyon à la suite de Leidrade, on a suggéré que Leidrade l’avait rencontré lors de ses missions et, en quête de puissants esprits pour mener à Lyon la renovatio, lui avait proposé de venir s’établir à Lyon.

En connaissance de tous ces points, il paraît probable que Leidrade s’était procuré lors des mêmes missions un exemplaire de ce code de lois. On avait dû le lui montrer là-bas — il se renseignait peut-être sur les ouvrages utiles à son travail de réforme intellectuelle — et il a pu en apprécier la démarche systématique, qui rend bien plus aisée la consultation de tous les canons statuant sur telle ou telle question précise, et qui présente sur la disposition chronologique un avantage pédagogique qui pouvait intéresser un homme chargé de former des clercs de qualité dans une ville en déshérence.

Paul Séjourné et Friedrich Maassen l’attribuent à Julien de Tolède. Je ne vais pas discuter leurs arguments, en particulier parce qu’il apparaît clairement que Paul Séjourné confond deux choses et tire argument de l’un pour définir l’autre. Il pense — ce qui tend à montrer qu’il ne les a pas vus — que nos trois manuscrits contiennent une table systématique de l’Hispana chronologique ; table qu’il intitule Excerpta canonum, comme celle qui ouvre le volume 84 de la Patrologie Latine de Migne dans les colonnes 25 et suivantes. Or, d’une part nos manuscrits ne contiennent pas une table vide de canons, mais bien les canons eux-mêmes in extenso classés selon un ordre systématique ; et d’autre part cette table Excerpta canonum ne correspond pas à l’ordre des canons dans le manuscrit de Lyon, comme j’ai pu m’en apercevoir en tâchant d’identifier les passages conservés dans un fragment du manuscrit. Il est donc impossible de statuer sur notre Hispana systématique en la confondant avec cette table.

*Martínez-Diéz quant à lui, après avoir mené un examen exhaustif des divergences et convergences textuelles entre les différences collections Hispana et dérivées, peut écrire: «Lo primo que resalta dentro de este elenco es la exclusiva hispanidad de las fuentes de la Sistemática que viene a confirmar el indudable origen español de la colección.» Il se fonde sur la présence de certains textes pour placer un terminus a quo en 675 (onzième concile de Tolède), mais est plus hésitant sur le terminus ad quem faute de pouvoir s’appuyer sur un argument a silentio : l’absence du douzième concile de Tolède (année 681) n’est terminus ad quem que pour le manuscrit à partir duquel fut élaborée la Systematica, et non pour la composition même de cette dernière. En peu de mots, il ne peut se prononcer avec certitude ni sur la date précise, ni sur le lieu précis (il incline pour Tolède, mais reconnaît que rien ne le prouve), ni surtout sur l’auteur dont nous n’avons aucun indice.*

Je ne m’aventurerai pas plus loin dans la discussion de l’origine de la compilation, et j’en reviendrai à mon propos : celui d’une description de l’état et du contenu du manuscrit de Lyon.

Cet article est motivé essentiellement par une circonstance : la mise en ligne, il y a quelques années, du noyau des manuscrits carolingiens et antérieurs de la Bibliothèque Municipale de Lyon, sur le site florus.bm-lyon.fr. J’avais contribué à la préparation de ce travail par la rédaction d’un certain nombre de notices, l’un des objectifs étant surtout de dresser une table des matières de chaque manuscrit afin que l’on puisse, sur le site, mettre des liens vers les feuillets correspondants. Malheureusement, je n’avais pas disposé d’assez de temps pour traiter tout le fonds, et plusieurs manuscrits gardent une « Notice détaillée »… qui ne l’est pas beaucoup. Comme, par ailleurs, l’Hispana systématique m’intéressait au fil de mon propre travail sur Florus de Lyon, je me suis lancé dans la table du ms. 336.

Ceci prouve une fois de plus, si besoin en était, la justesse des idées de Will Noel sur la nécessité et l’opportunité que représente l’Open Data pour les fonds de manuscrits. « You don’t create open data to help people, lançait-il récemment dans un tweet vigoureux, you create open data so that people can help you. » *L’idée, d’ailleurs, si elle échappe encore à certains bibliothécaires, fait son chemin puisque c’est par exemple la raison invoquée par la Biblioteca Apostolica Vaticana pour la numérisation de l’intégralité de son fonds.*

Le manuscrit Lyon, B.M. 336 est un volume de deux cent trente-huit feuillets. Il s’agit de trente quaternions, le premier ayant perdu son bifeuillet extérieur. Les signatures nous révèlent un manuscrit originellement composé de trente-trois cahiers (peut-être trente-quatre) dont nous avons perdu les deux premiers et le dernier (ou les derniers). La numérotation allait de I à XVIIII puis de A à O ou P. Il nous manque les signatures des cahiers I, II, III, O et peut-être P puisqu’elles devaient se trouver sur des feuillets aujourd’hui perdus. La seule anomalie est l’absence de la signature N au folio 229v où on l’attend.

Le manuscrit a été un peu chahuté : il fut un temps où le cahier VI se trouvait en tête, comme le prouve la présence, dans la marge supérieure de son premier recto, d’un titre récent comparable en tous points à ce que l’on trouve dans d’autres manuscrits lyonnais, toujours sur le premier recto, et d’une admonestation générale à qui transgresserait ces canons. Il a ensuite été ramené à l’intérieur du manuscrit, mais au mauvais endroit, puisqu’il se trouve désormais (ff. 133-140) entre les cahiers B et C. Le cahier V, en revanche, qui était mal placé dans le manuscrit, a été remis à sa place derrière le cahier IV, soit entre le f. 14 et le f. 15, mais cela s’est produit postérieurement à la foliotation, et il a donc reçu une foliotation subsidiaire, de 14(2) à 14(9). Enfin, on a oublié le 186 au cours de la foliotation. En somme, la foliotation matérielle du manuscrit en l’état se déroule comme suit : 1-14, 14(2)-14(9), 15-185, 187-229; tandis qu’il doit être lu dans l’ordre suivant : 1-14, 14(2)-14(9), 133-140, 15-132, 141-185, 187-229.

Il faut ajouter à cela deux fragments qui ont été distraits de ce volume.

L’un se trouve toujours à Lyon, dans un manuscrit composite : il s’agit de Lyon, B.M. 788, ff. 75-76. En même temps que d’autres fragments du même ensemble, que la critique avait comme lui rendu à tel ou tel manuscrit du même fonds, il a été réuni à son volume d’origine par le conservateur, Pierre Guinard, le 5 février 2006. Le fragment est donc numérisé avec le volume Lyon 336, après le f. 229. L’examen de son contenu montre qu’il s’agit du bifeuillet central du cahier I. Bifeuillet central, car son texte est continu ; du cahier I, car il s’agit d’une suite de canons qui apparaît, dans le même ordre, au Livre 1 dans la table de l’Hispana systématique dressée par Martínez-Diéz d’après les manuscrits complets (table ci-après siglée MD) — et plus précisément, des canons MD 1, 1, 45 – 1, 3, 6.

Le second se trouve à Paris, dans un autre recueil de fragments qui fait précisément l’objet de l’article de dom Wilmart : Paris, B.n.F., Baluze 270, ff. 74-75. [Je n’ai pas pu l’examiner, mais d’après l’examen et la description de Wilmart, il s’agit du troisième bifeuillet du cahier II, puisqu’il nous conserve (f. 74) une portion de MD 1, 13 et (f. 75) la fin de MD 1, 15, la totalité de MD 1, 16, et le début de MD 1, 17.] *Le microfilm seul en a été numérisé sur Gallica. Ce bifeuillet, très abîmé par ce qui paraît être les traces d’un incendie — traces quasi omniprésentes dans l’ancien fonds lyonnais —, nous transmet deux portions de texte : il s’agit de MD 1, 13, 15–29 (f. 74) puis MD 1, 15, 1 – 1, 17, 2 (f. 75). Il y a donc bien entre les deux feuillets une lacune qui correspond à la fin du titre 13 et la totalité du titre 14. Dom Wilmart estimait que cette lacune devait correspondre au bifeuillet central du quaternion, et que le bifeuillet conservé était donc le troisième.*

L’apport des deux fragments porte le nombre de feuillets conservés à deux cent quarante-deux, sur probablement deux cent soixante-quatre dans son état original (deux cent soixante-douze s’il nous manque deux cahiers à la fin). Pour récapituler nos pertes, elles représentent : trois bifeuillets du cahier I ; trois bifeuillets du cahier II ; un bifeuillet du cahier III ; le cahier O ; peut-être le cahier P s’il a jamais existé.

Pour l’établissement de cette table des contenus, j’avais le choix de suivre feuillet après feuillet le volume matériel dans son état actuel ; mais j’ai préféré suivre l’ordre logique (donc en ramenant le cahier VI en son lieu, entre les cahiers V et VII, *et les fragments en leur lieu d’origine également*), et intégrer cette liste des feuillets dans la succession des cahiers, unité pertinente majeure à l’intérieur de cet ensemble.

Pour consulter cette table, merci de vous rendre à la page suivante de l’article.

Bibliographie.

  • Wilmart, André, « Fragments carolingiens du fonds Baluze », Revue Bénédictine 43 (1931), pp. 106-115; ici en particulier pp. 107-108 (item n°II).
  • Kéry, Lotte, Canonical collections of the early Middle ages, ca. 400-1140 : a bibliographical guide to the manuscripts and literature, 1999. Consultable par extraits sur Google Books.
  • Martínez-Diéz, Gonzalo, La Colección Canonica Hispana, 2 : Colecciónes derivadas 1 (Monumenta Hispaniae Sacra, Ser. can. 1), Madrid, 1976. Consultable par extraits sur Google Books.

Florus de Lyon

Ce carnet se veut premièrement un bloc-notes rassemblant des informations concrètes et des réflexions utiles que j’aurai été amené à rassembler dans le cadre de mon travail de thèse.

Le sujet de la thèse est le suivant: Les traités de Florus de Lyon dans la querelle sur la prédestination du milieu du neuvième siècle.

Il pourra s’agir de répertorier des sources accessibles en ligne, aussi bien que de réfléchir aux outils informatiques propres à faire progresser ce genre de travaux de recherches dans ses problématiques spécifiques. Enfin, le carnet pourra se faire l’écho d’autres sites, blogs et articles parus sur les sujets qui touchent directement au sujet de thèse.

Les sujets concernés sont principalement: — codicologie — philologie — neuvième siècle — histoire des querelles sur la grâce et la prédestination en Occident

Une bibliothèque et un auteur au milieu du neuvième siècle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search