Charpin et l’Île-Barbe — quelques gazouillis

Depuis plusieurs mois, la nécessité de rédiger un certain nombre de choses (articles, mais aussi projets de recherche) m’a empêché de publier de nouvelles notes sur ce carnet. Je me suis pourtant fait l’écho sur Twitter de quelques recherches hâtives. Comme ce support est fragile et qu’il n’est pas facile d’y retrouver ce qu’on est pourtant certain d’y avoir lu (ou posté soi-même), je reproduis ici ces éléments épars, du moment qu’ils me paraissent utiles pour d’autres recherches futures.

La Vie de Cyprien par Pontius de Carthage : édition d’Étienne Charpin, 1554

La série de tweets dont je reproduis la teneur ici [en date du 4 septembre 2018] commente l’édition de la Vie de Cyprien de Pontius de Carthage qu’a procurée Étienne Charpin en 1554 [consultable sur Google Books].

À l’époque où Charpin publie, il y a deux bibliothèques médiévales particulièrement remarquables à Lyon : à la cathédrale, et à l’abbaye de l’Île-Barbe (hors de la ville, sur la Saône).

Charpin n’a pas l’air de bien connaître la bibliothèque de la cathédrale, mais visiblement il connaît très bien celle de l’Île-Barbe. En 1558 il publie des œuvres d’un grand poète latin, Ausone, qui étaient inconnues jusque-là :

L’Ausone de Charpin (1558)
Consultable sur le site de la bibliothèque nationale d’Autriche []

Il les a trouvées à l’Île-Barbe, dans un manuscrit unique en son genre copié au début du neuvième siècle. Ce manuscrit est désormais en deux morceaux : l’un à Paris, BNF, lat. 8093 ; l’autre à Leyde, Bibl. Univ., VLF 111 (hélas pas en Open Acces).

Paris, BNF, lat. 8093, f. 19v-20r (Image : Gallica)

En 1566, le grand juriste et historien du droit Jacques Cujas publie une monumentale édition du Code Théodosien. Parmi les gens qui l’ont aidé, il remercie en premier lieu Charpin. Il faut dire que celui-ci lui a fourni un manuscrit exceptionnel…

Le Code Théodosien dans l’édition Cujas (1566), consultable sur Gallica
Remerciements de l’éditeur, « en premier lieu à Étienne Charpin, homme admirable d’étude, d’érudition et de probité, par qui ont été découverts et procurés ces fameux livres VI, VII et VIII » (Préface)

Il s’agit d’un exemplaire du code Théodosien copié au sixième siècle, qu’il a sans doute trouvé aussi à l’Île-Barbe. Ce manuscrit est aujourd’hui à Paris, BNF, lat. 9643 :

Le Code Théodosien dans Paris, BNF, lat. 9643, f. 67v-68r (Image : Gallica)

Notons au passage que notre connaissance du droit romain antique ne serait pas la même sans les manuscrits lyonnais du (très) haut Moyen Âge, qui sont étrangement nombreux. Les juristes lyonnais de l’époque carolingienne avaient une belle bibliothèque — et ils savaient s’en servir.

Mais revenons à Charpin et au bouquin de 1554 : une édition de la Vie de Cyprien par le prêtre Pontius, donc un texte écrit au troisième siècle. Je ne suis pas certain mais je pense que le bouquin de Charpin est sa première édition. Sympa, il nous explique un peu sa découverte :

Début de la lettre-préface (sur Google Books)

En fait, y’a trente ans, Érasme lui avait demandé s’il pouvait retrouver ce bouquin. En retournant l’Île-Barbe, Charpin a enfin réussi à remettre la main sur le manuscrit (tout cracra, mais ancien) ! Bon, entretemps, Érasme est mort, mais c’est pas grave, il édite le texte.

Dans sa préface, Charpin dit aussi qu’Érasme avait qualifié la bibliothèque de l’Île-Barbe de μακαρία, « bienheureuse ». Peut-être après l’avoir visitée avec Charpin ? En tout cas, les découvertes qu’elle a permises à cette époque laissent entrevoir un paradis pour humanistes.

Je ne sais pas si le manuscrit de la Vie de Cyprien que Charpin avait découvert est conservé. (J’avoue que je n’ai pas vraiment cherché pour l’instant.)

En attendant, autre détail amusant : après la Vie de Cyprien, Charpin édite un poème, qu’il attribue à Agobard (évêque de Lyon de 816 à 840), sur le transfert des reliques de Cyprien à Lyon à l’époque de Charlemagne.

Début du poème sur le transfert des reliques de Cyprien (sur Google Books)

En fait, c’est l’œuvre d’un diacre d’Agobard, Florus de Lyon. Et à ma connaissance c’est la première fois qu’on imprime un de ses poèmes. Tout un symbole… Mais au-delà de ça, je me demande surtout où Charpin avait déniché ce texte, qui n’est pas courant.

Charpin illustre bien le travail des humanistes, qui fouillent les bibliothèques médiévales, échangent des informations, des textes, voire carrément des manuscrits. Chacun a ses « coins à champignons » où il sait pouvoir trouver des raretés. Pour lui, c’est l’Île-Barbe.

Mais quelques années plus tard tout est bouleversé par les guerres de religion (1562). Des témoignages comme celui de Charpin nous aident aussi à comprendre le contenu et l’état de la bibliothèque de l’Île-Barbe au sortir du Moyen Âge, avant les violences de la période moderne.

Pour conclure, quelques liens sur Charpin :

  • Des livres de sa propre bibliothèque, sur Numelyo
  • Un article sur le manuscrit du Code Théodosien, sur Gallica
  • Un article plus général sur sa vie, son œuvre, également sur Gallica

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.