Reims, Bibliothèque Carnegie, Ms. 385 — le dossier d’Hincmar de Reims sur l’adoptianisme

Le manuscrit de Reims, Bibliothèque Carnegie, Ms. 385 est un dossier personnel d’Hincmar de Reims sur l’adoptianisme. Constitué de 160 feuillets, il est désormais consultable en intégralité sur Gallica, assorti d’une notice relativement détaillée que je voudrais compléter et corriger sur quelques points. Je renvoie à elle pour les renseignements que je ne donne pas ici.

Dans cet article, je voudrais détailler la structure du manuscrit afin d’analyser sa composition. On pourra consulter en fin d’article un tableau récapitulatif.

Les ex-dono d’Hincmar de Reims figurent, en capitales rustiques, au f. 1r (partiel : le feuillet est très détérioré) puis, étalés sur le livre ouvert (ils commencent sur le feuillet verso, à gauche, et s’achèvent sur le feuillet recto, à droite) :

  • ff. 24-25[1]
  • ff. 46-47
  • ff. 70-71
  • ff. 94-95
  • ff. 118-119
  • ff. 142-143
  • ff. 156-157

Un certain nombre des signatures, portées au centre dans le pied de page, ont disparu sous le ciseau du relieur. Voici celles qui subsistent :

  • f. 30v : IIII
  • f. 38v : V
  • f. 54v : VII
  • f. 70v : VIIII
  • f. 86v : XI
  • f. 94v : XII
  • f. 110v : XIIII
  • f. 118v : XV
  • f. 126v : XVI
  • f. 134v : XVII
  • f. 142v : XVIII
  • f. 150v : XVIIII
  • f. 156v : XX
  • f. 160v : XXI

La présence d’un grand ex-dono d’Hincmar coïncide toujours, sauf les deux premiers, avec la présence d’une signature : f. 70v, f. 94v, f. 118v, f. 142v, f. 156. Quant aux deux autres, f. 24v et f. 46v, ils se situent tous deux à un endroit où l’on attend une fin de cahier et une signature : f. 46v, parce que cela ferait un quaternion depuis le f. 38v et un quaternion jusqu’au f. 54v ; f. 24v, parce que cela ferait trois quaternions depuis le f. 1. L’aspect de la gouttière sur la numérisation paraît le confirmer mais il faudrait, pour avoir une absolue certitude, voir le manuscrit lui-même.

En somme, et conformément à ce que m’a suggéré Anne-Marie Turcan-Verkerk, les grands ex-dono servent en partie à signaler que les cahiers vont ensemble, à marquer l’unité de l’ensemble du dossier, en s’assurant de loin en loin que les cahiers ne seront pas dispersés. Il est intéressant de remarquer que ces grands ex-dono ont été portés aux dos des cahiers III, VI, VIIII, XII, XV, XVIII — soit tous les trois cahiers — et, finalement, au dos du cahier XX, pénultième cahier.

Leur disposition est donc sans rapport avec le contenu textuel du manuscrit : les grands ex-dono d’Hincmar sont toujours au beau milieu d’un texte, ils ne servent donc pas à rapprocher des cahiers à un endroit où quelqu’un aurait pu avoir l’idée de séparer des textes.[2]

  1. ff.1r-14r : « Incipit epistola Hieronimi, presbiteri, adversus Luciferianum. Proxime accedit quidam Luciferi sectator… novi facilius eos vinci posse quam persuaderi. Explicit adversus Luciferianum » ;
  2. ff. 14v-54v : « Incipit altercatio Athanasii contra Arrium, Sabellium vel Fotinum, hereticos. Cum in manus strenui lectoris… — Incipit qualiter res a principio gesta est. Cum apud Nicheam urbem, a trecentis decem et octo episcopis… ad victoriae palmam pure fidei adsertur valeat pervenire. Explicit altercatio » ;
  3. f. 54v-60v : « Incipit sententia judicis Probi. Probus judex dixit : Amore veritatis et fidei… vere integre que confessionis pre mium indubitata sorte capescant. Amen. Explicit sententia judicis Probi inter Athanasium, episcopum catholicum, et Arrium, Sabellium et Fotinum, hereticos » ;
  4. ff. 61r-67v : « Adrianus, papa, sanctae, catolicae atque apostolicae primaeque pontifex sedis. Dilectissimis fratribus et consacerdotibus nostris Galliciis Spaniisque ecclesiis pre sidentibus in roseo Christi sanguine salutem. Si tamen licet de omnibus fratribus… sicut dignum est recte fidei que est in Christo Jhesu Domino nostro, qui cum Patre et Spiritu sancto vivit et regnat Deus in Trinitate perfecta, per omnia secula seculorum. Amen » ;
  5. f. 68r-77v : Titre en capitale rustique. « Incipit libellus sacrosullabus, catholico salubriter editus stilo, in concilio divino nutu habito in suburbanis Moguntie, metropolitanae civitatis regione (sic) Germaniae, in loco celebri qui dicitur Francono Furo, sub praesentia clementissimi principis domni Caroli gloriosique regis, anno felicissimo regni ejus XXVI et XX. Placuit igitur sancto venerandoque concilio quatenus hic libellus, pro causa fidei, ad provincias Galliciae ac Spaniarum mitti deberet, [ad] noxios resecandos errores, specialiter autem ad Elipandum, Tolitanae sedis episcopum, in quo omnis hujus negotii constat materia questionum. Sancto incitante Spiritu ac zelo fidei catholice … sit omnium Christianorum moderantissimus gubernator, auxiliante Domino nostro Jhesu Christo, qui cum Patre et Spiritu sancto vivit et regnat Deus in Trinitate perfecta, per omnia secula saeculorum. Amen » ;
  6. ff. 77v-90r : « Sancta synodus et venerabiles in Christo Patres, cum omnibus episcopis Germaniae, Galliae et Aequitaniae (sic) et toto catholicae pacis clero, praesulibus Hispaniae et caeteris ibidem christianitatis nomen habentibus, in Domino Deo, Dei filio vero et proprio Jhesu Christo, aeternae beatitudinis salutem. In nomine Domini nostri Jhesu Christi, qui dixit : Ubi sont duo vel tres… in qua est aeterna beatitudo et beata aeternitas et laus et gloria in omnes aeternitates. Amen » ;
  7. ff. 90v-95v : « Carolus, gratia Dei, rex Francorum et Langobardorum ac patricius Romanorum, filius et defensor sanctae Dei ecclesiae, Elepando, Toletanae civitatis metropolitano, et caeteris in partibus Hispaniae consacerdotibus ortodoxae fidei et fraternae caritatis in Christo Deo, Dei filio proprio et vero, optamus salutem. Gaudet pietas christiana divinae scilicet atque fraterne… adimplendam humane salutis » ;
  8. ff. 95v-101r : [1o] « Epistola Alchuini. Venerabili in Christi caritate amabili patri Elipanto, episcopo, ecclesiasticae pacis filius, Albinus, levita, salutem. Perfectio fraternae caritatis… » ;
  9. ff. 101r-108v : [2o] « Epistola Elipanti ad Albinum. Reverentissimo fratri Albino, diacono, non Christi ministro, sed antifrasi beato, fetidissimi discipulo, tempore gloriosi principis in finibus Austrie exorto, novo Arrio, sanctorum venerabilium patrum Ambrosii, Agustini, Isidori, Hieronimi doctrinis contrario, si converterit ab errore viae suae a Domino, aeternam salutem, et si noluerit, aeternam damnationem. Epistolam tuam a recte fidei tramite… » ;
  10. ff. 108v-109r : Ici un scribe maladroit a transcrit comme texte la table du codex qu’il copiait, laquelle nous donne l’ordre des matières qui précèdent et qui vont suivre, et que nous numérotons entre []. « In hoc codice continetur : [1o] Epistola Albini magistri ad Elipantum, Toletanum episcopum, exhortatoria in catholica fide. [2o] Item, epistola ejusdem Elipanti ad Albinum, responsiones retinens prioris epistole. [3o] Item libelli duo ejusdem Albini contra epistolam quam sibi idem Elipantus direxit, evacuans pravas illius adsertiones. [4o] Item, ejusdem Albini libelli duo de Incarnatione Christi et de duabus in eo naturis et de veritate unius personae. [5o] Item, ejusdem Elipanti ad Felicem, episcopum. [6o] Item, ejusdem Felicis epistola, de fide catholica et quomodo conversus fuerit ab errore Hispanie sectae » ;
  11. ff. 109r-110v : « Dominis in Christi caritate venerabilibus atque dilectissimis Laidrado, episcopo Lugdunensi, etc. Scio me debitorem esse in officio…
  12. f. 110v-121v : — [3o] [Adversus Elipantum liber primus]. Paratum cor meum, Deus… liberius incipiamus » ;
  13. f. 121v-131r : « Liber secundus. Olim itaque in populo Dei… cum nova luce novum tertii libelli faciamus exordium » ;
  14. f. 131r-141r : [4o] « Liber tertius. Dum, Spiritu sancto gubernante, orationis nostrae navigium… esse ratum arbitror » ;
  15. ff. 141r-151r : « Liber quartus. Quamvis diverso modo… in saecula sempiterna ». (B. Flacci Albini sive Alchwini, abbatis, opera, col. 960-992) ;
  16. ff. 151r-152r : [5o] « Videbatur mihi condignum preponere opusculo huic nostro epistolam quam caritatis officio patri Elipanto olim direxi… in desiderio perpetuae prosperitatis et salutis.
  17. ff. 152r-152v : — Mirabile testimonium sancti Augustini in psalmo quinquagesimo…
  18. ff. 152v-153r : — In presenti disputatione, si eveniat causa… sola namque Filii persona adsumpsit hominem » ;
  19. ff. 153r-154r : « Epistola Elipanti ad Felicem nuper conversum. Domino, Felice sciente, vos reddo… ut perveniat ad vos » ;
  20. ff. 154r-158r : [6o] « Confessio fidei Felicis, Orgelletanae sedis episcopi, quam ipse spretum errorem suum in conspectu edidit et eis qui in ipso errore ei dudum consentientes fuerant direxit. In Dei nomine, Felix, olim indignus episcopus, dominis in Christo fratribus Emani, presbitero, etc., etc. De caetero ad agnitionem vestram… » ;
  21. ff. 158r-160r : « Filiae in Christo carissimae, devotus in Christo pater, salutem. Sepius vestrae probatissimae caritati… et omnia quae in eis sunt » ;
  22. ff. 160v : Une main à peine postérieure a transcrit des vers

Notons que les frontières entre textes coïncident rarement avec des frontières entre feuillets, ce qui tend à indiquer que les textes étaient bien destinés à figurer ensemble dans un même recueil. En fait, une pareille coïncidence n’arrive que deux fois : entre les ff. 60v et 61r (textes 3 et 4) et entre les ff. 67v et 68r (textes 4 et 5). Deux fois encore, un texte se conclut au bas du recto, et un autre commence au haut du verso : f. 14 (textes 1 et 2) et f. 90 (textes 6 et 7). Partout ailleurs, le contenu « tuile » les frontières matérielles : un texte se finit et un autre commence immédiatement sur la même page.

Enfin, il n’arrive jamais qu’une fin de texte ou un début de texte coïncide avec la limite d’un cahier. On pourrait l’envisager dans un seul cas : le texte 3 s’achève au f. 60v et le texte 4 commence au f. 61r. Nous avons la signature du cahier VII au f. 54v et la signature du cahier VIIII au f. 70v ; mais nous n’avons pas la signature du cahier VIII : nous l’attendons au f. 62v, car cela délimiterait deux quaternions, ce qui est cohérent avec la structure générale du manuscrit. On pourrait à la rigueur imaginer un sénion dans les ff. 54v-60v[3]. Cela permettrait de voir dans la série des 60 premiers feuillets une unité rassemblant des ouvrages patristiques (Jérôme et Athanase), distincte à l’origine des textes suivants, conciliaires puis carolingiens. Mais cela nous contraindrait à supposer dans les ff. 61r-70v un quinion, que rien ne justifie. Il faudrait voir l’original pour être sûr ; mais l’examen des gouttières dans la numérisation semble plaider quand même en faveur d’une limite de cahiers entre les ff. 62v et 63r, donc là où on l’attend entre deux quaternions.

En somme, rien n’indique que le manuscrit tel que nous l’avons serait une collection composite, tardive, de textes initialement séparés. Tout indique au contraire qu’Hincmar a sciemment rassemblé dans une même unité ces textes divers : il a voulu constituer un dossier.

Comme je l’ai glissé incidemment, la construction du dossier elle-même se comprend d’ailleurs assez bien : autorités patristiques (ff. 1-60v, textes 1-3) ; autorités synodales (ff. 61r-90r, textes 4-6) ; documents de la controverse adoptianiste carolingienne (ff. 90v-160r, textes 7-21). Coïncidence ou choix délibéré, ces délimitations s’accordent avec des frontières matérielles dans le manuscrit : fin de texte en bas de page ; début de texte en haut de page.

Un paléographe qui se pencherait sur ce manuscrit aurait du grain à moudre. La couleur des encres change beaucoup (d’un beige très clair jusqu’au noir le plus foncé en passant par toute la gamme), et il est manifeste que plusieurs copistes se sont relayés ; mais il ne me paraît pas impossible que certaines mains soient celles des mêmes personnes, à différents âges. Il y faudrait un œil plus expert que le mien.

Une pièce extrêmement intéressante pour la constitution du dossier est le texte numéro 10 : une table du manuscrit modèle de celui-ci pour tous les textes des ff. 95v-158r (textes 8-20). Il est difficile d’être précis et on peut se demander pour quelle raison la table survenait, dans ce manuscrit, après ses deux premiers items.

On relève un peu partout dans le manuscrit les traces d’un lecteur attentif mais discret : ses « Nota » très caractéristiques apparaissent ff. 2r, 5r, 7r, 8r, 9v, 10r, 11v, 12r, 12v, 13v, 14r, 14v, 15r, 35v, 40v, 42r, 44r, 51v, 53v, 60r, 101v, 102v, 104v, 108v, 109v, 110v, 11v, 112v, 113r, 113v, 115r, 116r, 116v, 117r, 117v, 120v, 121r, 123v, 124r, 126r, 130v, 142r, 144r, 147r, 147v, 148r.

Autres annotations marginales : ff. 53v (tranchée), 58r, 102v (érasée), 104v (tranchée), 156r (partiellement tranchées), 157r.

Ajouts de mains postérieures et modernes : ff. 1r, 160r, 160v.

Enfin, notons que l’éditeur des lettres d’Alcuin (MGH Epp. 4 [Dümmler 1895]) ne cite notre manuscrit que comme la source des éditions humanistiques de ces textes et, le croyant perdu[4], fonde son édition sur un recentior du quatorzième siècle.

  • notre texte 8, à Élipand de Tolède = lettre 166, op. cit. p. 268
  • notre texte 9, d’Élipand de Tolède = lettre 182, op. cit. p. 300
  • notre texte 11, à Leidrade = lettre 200, op. cit. p. 330
  • notre texte 16, à Leidrade = lettre 201, op. cit. p. 333
  • notre texte 19, d’Élipand de Tolède à Félix d’Urgel = lettre 183, op. cit. p. 307
  • notre texte 20, de Félix d’Urgel = lettre 199, op. cit. p. 329
  • notre texte 21, à une vierge = lettre 204 op. cit. p. 337

Notes. —
  1. La notice détaillée sur Gallica l’indique par erreur aux ff. 22-23. []
  2. Je reproduis ci-après le sommaire donné par la notice de Gallica, en rajoutant une numérotation et les références des folios. J’ai également déplacé les sous-item [3o] et [6o], qui étaient manifestement mal placés en face de lettres d’Alcuin. []
  3. Sans raison apparente, et apparemment sans lacune, le cahier IIII (ff. 25r-30v) est lui-même un sénion. []
  4. « Ex codice iam deperdito S. Mariae Remensis », op. cit. p. 268. []

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

More Posts - Website - Twitter

Pierre Chambert-Protat

Membre de l'École française de Rome, section Moyen Âge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.