Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire

En décembre 2019, j’ai voulu relever sur Twitter un défi qui me tentait depuis plusieurs années : un “calendrier de l’Avent” des manuscrits de travail de Florus de Lyon ().

Je n’ai malheureusement réussi à tenir que les 18 premiers jours, mais l’expérience a été intéressante. Le modèle du calendrier de l’Avent offre un prétexte pour présenter chaque jour un nouveau manuscrit ; Twitter oblige à la concision tout en permettant d’illustrer le propos avec des images ; et on procure ainsi dans un intervalle de temps réduit un panorama de la question, fût-il sommaire, avec un “album paléographique” minimal.

Outre la volonté de diffuser mes recherches, de donner au public l’occasion de voir ces manuscrits avec toute leur richesse et tous les problèmes qu’ils posent, c’était aussi pour moi l’occasion d’entamer un état des lieux qui manque à la recherche sur Florus de Lyon. Car depuis que j’ai commencé à travailler sur Florus il y a une dizaine d’années, on m’a plusieurs fois demandé combien au juste on conserve de manuscrits de travail de Florus… et j’ai toujours été bien embarrassé pour répondre.

La question est compliquée d’abord parce qu’elle se nourrit d’un malentendu fréquent autour de la “liste de Charlier” : en 1945, en annexe de son article présentant “les manuscrits personnels de Florus”, Célestin Charlier avait dressé une liste de cent manuscrits conservés, et de nombreux lecteurs en gardent l’idée qu’on aurait conservé cent manuscrits personnels de Florus… Chiffre proprement hallucinant, compte tenu des conditions de conservation habituelles des bibliothèques carolingiennes. En réalité, les cent manuscrits listés par Charlier étaient ceux qui “se trouvaient certainement à Lyon à l’époque de Florus” : seulement certains d’entre eux sont présentés, par Charlier, comme “portant des traces de la main de Florus”.

Je mets de côté la question des manuscrits qui “se trouvaient à Lyon à l’époque de Florus” : elle pose elle-même un certain nombre de problèmes difficiles, qui ne correspondent qu’en partie aux questions concernant les “manuscrits portant des traces de la main de Florus”. Nous nous concentrerons donc ici sur ces derniers.

Il faut d’abord remarquer que Charlier a élaboré cette liste au tout début de ses publications sur Florus. Lui-même a ensuite creusé la question durant une quinzaine d’années, et plusieurs autres chercheurs ont approfondi et étendu le champ d’investigation ; mais personne n’a publié de nouvelle liste remplaçant celle de Charlier.

La recherche postérieure a ainsi ramené dans ses filets des manuscrits pertinents que Charlier ne connaissait pas. Mais surtout, la question même de ce qu’est un “manuscrit personnel de Florus” s’est beaucoup compliquée depuis 1945, et même très vite après 1945. Par exemple, le Charlier de 1945 n’était pas encore conscient du phénomène très spécial que constituent les manuscrits postérieurs, copiés d’après des manuscrits annotés par Florus : mais il s’en est aperçu assez vite, peut-être dès 1947 et en tout cas en 1952.

L’identification de la main de Florus a aussi fait beaucoup de progrès, surtout avec la grande et exemplaire étude de Louis Holtz (2009) sur le manuscrit Lyon 484 : il a montré que plusieurs collaborateurs de Florus avaient des mains extrêmement proches de la sienne. Ce fait seul invite à beaucoup de prudence, lorsqu’on veut identifier la main d’un annotateur avec celle de Florus.

Mais il faut aussi compter avec un autre facteur, historiographique celui-là : Charlier, découvrant Florus et l’annotation carolingienne en générale, a lourdement sous-estimé la part des autres lecteurs lyonnais, anonymes pour nous, qui ont annoté les mêmes manuscrits que Florus à peu près dans la même époque. Par conséquent, il avait tendance à restituer à Florus à peu près toutes les activités paratextuelles du IXe siècle observables dans les manuscrits lyonnais.

L’analyse plus poussée et plus prolongée des manuscrits, grâce notamment aux numérisations, montre que ces anonymes sont responsables d’une part parfois très importantes des annotations portées sur certains manuscrits… Elle montre que Florus n’a pas été le seul à préparer des extraits de textes dans ces manuscrits, et qu’il n’a pas même été le seul à utiliser, pour ce faire, les crochets en forme de Γ affrontés. Même si les méthodes de Florus gardent leurs caractéristiques distinctives propres, cela brouille évidemment la frontière entre les activités personnelles de Florus et celles de “son milieu” : des personnes qui travaillaient dans la même bibliothèque et sur les mêmes livres, mais avec des idées en tête qui étaient bien les leurs.

De la bibliothèque carolingienne de la cathédrale de Lyon nous n’avons gardé que certains livres : nous savons peu de ce qui est perdu, nous ne savons rien des lieux, de la manière dont les livres étaient rangés, des conditions dans lesquelles on pouvait y accéder. Nous savons même très, très peu de la structure hiérarchique de ce milieu intellectuel, et nous ne savons pas dans quelle mesure et de quelle manière cette structure hiérarchique conditionnait l’accès aux livres. Nous savons très peu des individus les plus en vue, et à peu près rien des autres personnes, qui ont pourtant bien existé et travaillé elles aussi ; nous ne savons généralement pas quels âges elles avaient les unes par rapport aux autres, lesquelles étaient amies ou non, qui se parlait et qui ne se parlait pas, nous ne savons guère qui a influencé qui et comment.

Cela ne signifie pas que nous ne pouvons rien savoir. Au contraire : des réponses, ou des indices, se trouvent dans les annotations des manuscrits lyonnais, pourvu qu’on distingue bien les différents annotateurs et les relations, sinon qu’ils entretiennent entre eux, du moins qu’entretiennent leurs annotations, comme j’ai essayé de le montrer notamment à propos de Roma, Vallicelliana, E26, un manuscrit où les annotations et, surtout, l’identité des annotateurs restent très controversés (2019). Dans la lignée des travaux de Zechiel-Eckes, Turcan-Verkerk et Holtz, Florus doit être replacé dans un contexte, un milieu, qu’il explique et qui l’explique.

Toutes ces considérations m’amènent à deux lignes de conduite un peu contradictoires. D’une part, il est indispensable de ne pas se concentrer exclusivement sur Florus, mais de faire droit aux anonymes qui travaillent autour de lui, même si cela conduit, dans certains cas, à remettre en question la responsabilité personnelle de Florus ; au nom de ce principe fondamental : Ce n’est pas grave si ce n’est pas Florus. D’autre part, il reste tout à fait possible, et plus que jamais sans doute, d’affirmer avec certitude que Florus en personne est l’auteur de telles et telles annotations dans tel et tel manuscrit : il faut seulement être plus prudent, plus conscient des problèmes susdits, plus systématique que ne l’était Charlier.

Il faut tendre à voir au-delà de Florus : ses prédécesseurs, ses confrères, sa bibliothèque, y compris dans tout ce qu’il n’a pas touché personnellement. Mais pour y parvenir, Florus présente le grand avantage de constituer un “noyau” bien identifié et bien identifiable, connaissable et bien connu. Il constitue donc un bon point de départ pour élargir les recherches, et c’est pourquoi je ne crois pas inutile de dresser cette liste (ces listes) actualisée des manuscrits “de Florus” conservés : il faut seulement se souvenir que ses manuscrits ne témoignent pas seulement de ses activités, mais aussi de celles d’autres personnes ; et que ses activités ne sont pas attestées seulement par les manuscrits conservés auxquels il a personnellement mis la main.

Cette note de blog constitue donc, après le “calendrier de l’Avent”, une seconde étape vers la rédaction d’un article scientifique qui récapitulera plus en détail et plus formellement les données et les problèmes qu’apportent chacun de ces manuscrits. J’ajoute que j’ai pu oublier tel ou tel cas, tel ou tel manuscrit, que la bibliographie dit (à tort ou à raison) porteur de traces autographes de Florus : je remercie d’avance de me les signaler.

Les manuscrits que Charlier, dans sa liste de 1945, signale comme “portant des traces de la main de Florus”, sont signalés par un [CC].

Manuscrits certains

Manuscrits où l’intervention personnelle et autographe de Florus, comme copiste et/ou comme annotateur, est certaine.

  • Berlin, SBB, Phill. 1761 [CC]
  • Cambridge, UL, NN. II. 41 (“Codex Bezae”) [CC]
  • Città del Vaticano, BAV, Reg. lat. 331 [CC]
  • Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 3852
  • Firenze, BML, Plut. XIV. 21 (cf. aussi “Manuscrits indirects”)
  • Lyon, BM, 475 [CC]
  • Lyon, BM, 478 [CC]
  • Lyon, BM, 484 + Paris, BNF, Baluze 270 f. 72bis–73 [CC]
  • Lyon, BM, 599 [CC]
  • Lyon, BM, 603 + Lyon, BM, 788 f. 67–74 [CC]
  • Lyon, BM, 604 + Lyon, BM, 788 f. 48–58 + Paris, BNF, NAL 1594 [CC]
  • Lyon, BM, 607 [CC]
  • Lyon, BM, 608 [CC]
  • Lyon, BM, 610 [CC]
  • Lyon, BM, 788 f. 87–88 + Paris, BNF, Baluze 270 f. 107–108.132–158 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 152 f. 9–16 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 2859 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 9550 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 10592 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 11641 + Saint-Pétersbourg, BNR, F.p.I.1 + Genève, BGE, lat. 16 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 11709 [CC]
  • Paris, BNF, NAL 1443 [CC]
  • Roma, B. Vallicell., E26 + Paris, BNF, lat. 8680 [CC]
  • Saint-Pétersbourg, BNR, F.v.II.3 + Berlin, SBB, Phill. 1745 [CC]

Manuscrits probables

Manuscrits porteurs de traces très floriennes, mais dont je ne suis pas certain que Florus en personne soit l’auteur (soit que j’en doute, soit que je réserve mon jugement en attendant un examen plus complet).

(N.B. Certains des manuscrits cités dans la “liste restreinte” peuvent également présenter des notes de ce genre !)

  • Lyon, BM, 443 + Paris, BNF, NAL 1591 [CC]
  • Lyon, BM, 448 f. 1–149 + Paris, BNF, lat. 152 f. 26–29 [CC]
  • Lyon, BM, 466 + Paris, BNF, lat. 17–25 [CC]
  • Lyon, BM, 473 [CC]
  • Lyon, BM, 483 + Lyon, BM, 788 f. 77–82 [CC]
  • Lyon, BM, 601 f. 1–27 + Lyon, BM, 788 f. 98–99 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 1622 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 8913 [CC]

Manuscrits douteux

Manuscrits qu’on a dit porteurs de traces autographes de Florus, très probablement à tort.

  • Lyon, BM, 375 [CC]
  • Lyon, BM, 431 [CC]
  • Lyon, BM, 468 + Paris, BNF, NAL 602 [CC]
  • Lyon, BM, 600 + Paris, BNF, NAL 446 [CC]
  • Lyon, BM, 611 [CC]

Manuscrits rejetés

Manuscrits qu’on a dit porteurs de traces autographes de Florus, certainement à tort.

  • Città del Vaticano, BAV, Reg. lat. 598 f. 42–57
  • Lyon, BM, 465 [CC]
  • Lyon, BM, 467 [CC]
  • Lyon, BM, 601 f. 28–35 [CC]
  • Lyon, BM, 601 f. 36–44 [CC]
  • Lyon, BM, 605 [CC] (cf. Manuscrits indirects)
  • Lyon, BM, 606 [CC] (cf. Manuscrits indirects)
  • Lyon, BM, 788 f. 41–48.59–66 + Paris, BNF, Baluze 270 f. 105–106.112–113 [CC]
  • Paris, BNF, Baluze 270 f. 68–69 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 2832 [CC]
  • Paris, BNF, lat. 8093 + Leiden, UB, Voss. lat. F. 111

Manuscrits indirects

Manuscrits copiés sur des manuscrits de travail de Florus et reproduisant tout ou partie de ses annotations.

  • Cambridge, UL, Add. 3479
  • Firenze, BML, Plut. XIV. 21 (cf. aussi “Manuscrits certains”)
  • Lyon, BM, 605 [CC] (cf. “Manuscrits rejetés”)
  • Lyon, BM, 606 [CC] (cf. “Manuscrits rejetés”)
  • Montpellier, BU Méd., 308
  • Paris, BNF, lat. 1452 f. 1–152
  • Paris, BNF, lat. 1750 f. 1–5
  • Paris, BNF, lat. 2017
  • Paris, BNF, NAL 1437
  • Paris, BNF, NAL 1446
  • Paris, BNF, NAL 1454

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


3 réflexions sur « Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire »

  1. Dear Pierre, It is a long time since we met in Rome. I read this blog this morning and wanted to say thankyou for the clarity with which you have exposed the problems of these identifications, as well as for the list! And wishing you all the best in difficult times.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.