Un nouveau témoin, moderne, de l’Expositio augustinienne de Florus de Lyon

Émilie Nadal, historienne de l’art qui travaille sur les manuscrits des dominicains à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse, a eu l’amabilité de me signaler un témoin de l’Expositio augustinienne de Florus de Lyon sur saint Paul, passé inaperçu jusqu’ici. Je l’en remercie beaucoup, ainsi que pour les indications et les photos qu’elle m’a fournies.

Il s’agit du manuscrit Toulouse, BM, 53. Le Catalogue général des manuscrits (in-4° 7 [Molinier, 1885], p. 24 ; cf. CCFR) le décrit effectivement comme une “Explicatio omnium epistolarum beati Pauli apostoli, ex divo Augustino, Ecclesiae doctore, excerpta”, mais ne propose pas d’attribution :

Notice du manuscrit Toulouse 53 dans le Catalogue général
Notice descriptive du manuscrit en question, dans le CGM 4° 7 (Molinier, 1885), p. 24 (cliquer sur l’image pour consulter le volume sur Archive.org)

On pouvait en outre être détourné de cette notice par la date qu’elle indique, “1693”, sans plus d’indications. Le texte étant en réalité celui de Florus, cette date doit être celle à laquelle cet exemplaire a été copié :

Photo de la page de titre du manuscrit
Page de titre du manuscrit Toulouse 53, f. A(2) (photo E. Nadal)

Sous la date de 1693 figure un ex-libris manuscrit de Pierre-Joseph Dufour, dominicain et provincial de Toulouse en 1779-1780, qu’Emilie Nadal a retrouvé dans quelques autres imprimés anciens de la BM de Toulouse (Bibale). Dufour est connu des bases d’autorités bibliographiques pour quelques ouvrages de théologie essentiellement politique (Data BNF ; IdRef ; VIAF). Il est intéressant de le voir en possession de ce manuscrit, mais la date de 1693 est trop haute pour qu’il puisse en être le copiste ou le commanditaire. Comment identifier ce dernier personnage ?

Il faut d’abord remarquer que cette date de 1693, si elle est trop haute pour Dufour, est en revanche remarquablement basse pour un témoin manuscrit de l’Expositio de Florus.

L’Expositio est un commentaire, élaboré par Florus de Lyon au milieu du 9e siècle, des quatorze lettres du Nouveau Testament que la tradition attribue à saint Paul : commentaire linéaire, continu, et qui commente passage après passage la quasi-intégralité du texte de l’Apôtre ; mais commentaire intégralement et exclusivement agencé à partir d’emprunts littéraux aux œuvres de saint Augustin. Ce monument virtuose (Florus, en agençant plus de deux mille deux cents extraits d’Augustin, a composé un texte continu d’un demi-million de mots[1]) nous renseigne éloquemment sur la personnalité, l’époque, la culture, et même les moyens de son auteur. Et ce d’autant plus que les siècles nous ont conservé une quantité rare de matériaux de première main : quelques-uns des tous premiers exemplaires “publics” de l’œuvre achevée ; la moitié du manuscrit original, sur lequel Florus en personne a apporté toutes les mises au point ; mais aussi plusieurs des livres dans lesquels lui-même a lu les œuvres d’Augustin et préparé les extraits qu’il destinait à son chef-d’œuvre. Mais c’est aussi un excellent cas d’étude pour l’histoire culturelle du long moyen âge. L’Expositio expliquait un des corpus d’autorité les plus difficiles (Paul) par les propres mots d’un des théologiens les plus prestigieux (Augustin) : elle ne pouvait que trouver son public. Plus de quatre-vingt exemplaires manuscrits médiévaux conservés et une dizaine d’éditions attestent du succès ininterrompu qu’elle a connu depuis son “décollage” au 11e siècle jusqu’au 17e inclus [liste].

Ces exemplaires ne peuvent pas nous apporter, comme font les “matériaux de première main” évoqués plus haut, des renseignements sur la conception et la naissance de l’Expositio. En revanche, ils illustrent la vie de l’œuvre, ce qu’elle est devenue avec le temps et au fil du temps. Sauf exception, les textes ne traversent pas les siècles “tout seuls”, comme un vestige archéologique qui reste enfoui sous terre jusqu’à ce qu’une fouille l’exhume, mais grâce à des personnes qui les lisent et prennent la peine de les reproduire. Une telle opération demande des efforts et des moyens, mais ces personnes-là ont estimé que ce texte-là “valait la peine”. Cependant, l’intérêt qu’elles trouvaient à cette œuvre n’est pas nécessairement celui que son auteur ou autrice avait prévu : elles peuvent donc, en la reproduisant, la transformer consciemment ou non, en la conformant à l’idée qu’elles s’en font ou pour la conformer à l’usage qu’elles comptent en faire. Ces transformations, même implicites, même inconscientes, trahissent la motivation, l’intérêt, les intentions particulières non plus de qui a produit l’œuvre, mais de qui l’a reproduite.

La tâche de reproduire l’Expositio demande une motivation d’autant plus importante que l’ouvrage est volumineux. Or, en 1693, il en existe plusieurs éditions bien connues des milieux intellectuels. Pourquoi, donc, ne pas en avoir simplement acheté un exemplaire en librairie ? La copier à la main demandait un temps et des efforts incommensurablement plus importants. Il faut que cette personne ait préféré consacrer à cet ouvrage une quantité énorme de temps et d’efforts, plutôt qu’un peu d’argent. Comment l’expliquer ?

Une première hypothèse pourrait être que cette personne n’avait pas de fonds disponibles à suffisance, ou bien qu’elle avait du temps et des efforts disponibles en quantité — le temps et les efforts lui coûtaient moins qu’une dépense sonnante et trébuchante. C’est certainement ce qui explique, par exemple, la copie du manuscrit Holkham Hall, Earl’s Libr., 133, copié d’après l’édition princeps de Geoffroy Boussard (Paris, 1499), vers 1505, pour Raphaël Mercatellis [Wikipédia][2]. A cette époque en effet un livre imprimé se distingue encore peu d’un livre manuscrit, dans les mentalités d’abord, mais aussi dans la balance des coûts : d’une part un imprimé reste très cher, et d’autre part les structures de production du livre manuscrit sont encore bien vivantes — et un commanditaire comme celui-là pouvait libéralement les employer à son service. En 1693, cependant, la situation est désormais très différente, et beaucoup, beaucoup plus favorable à l’achat d’un imprimé.

Une seconde hypothèse est que cette personne, pour l’usage qu’elle voulait faire de l’ouvrage, ne pouvait se contenter de la solution la moins coûteuse (acheter un imprimé), mais estimait nécessaire de consacrer à son exemplaire un temps et des efforts beaucoup plus considérables. Or, l’examen de Toulouse 53 (via les indications et photos communiquées par Emilie Nadal) confirme largement cette hypothèse, car le temps et les efforts qui y ont été consacrés vont très au-delà de la simple copie.

Après la page de titre, le manuscrit s’ouvre sur une table des matières qui ne se contente pas de renvoyer aux débuts de chaque épître, mais au début de chaque chapitre :

Début de la table des matières du manuscrit
Début de la table des matières du manuscrit Toulouse 53, f. Br (photo Emilie Nadal)

Il n’était ni très long ni très difficile de compiler cette table, mais aucune des éditions imprimées n’a pris ce soin. Le propriétaire de ce manuscrit souhaitait, semble-t-il, pouvoir rapidement trouver et retrouver son chemin dans l’œuvre.

Beaucoup plus impressionnante est l’annexe suivante : deux index de passages scripturaires qui sont expliqués dans l’Expositio, non pas des passages de Paul mais au contraire des Psaumes et du reste de l’Ancien Testament.

Début de l’index des passages des Psaumes, dans Toulouse 53, f. Cr (photo Emilie Nadal)

L’Expositio est par définition consacrée à expliquer le corpus paulin, et elle le fait dans l’ordre du corpus : il était donc inutile d’indexer ces passages. Mais Augustin, tout en expliquant saint Paul, est souvent amené à commenter des passages d’autres livres bibliques. En outre, Paul lui-même cite la Bible, et Florus n’a pas hésité à collecter des passages où Augustin n’explique pas Paul à proprement parler, mais où il explique des passages bibliques que Paul cite par ailleurs. Ces deux formes d’intertextualité sont intéressantes pour l’exégète médiéval (Florus) ou moderne (le ou la commanditaire de Toulouse 53) : l’Expositio sur saint Paul déborde de son corpus explicite et fournit donc des éléments potentiellement intéressants sur d’autres lieux bibliques. Encore faut-il savoir lesquels, et où : d’où l’intérêt de compiler des index scripturaires non paulins d’une compilation sur saint Paul… Mais, là encore, aucune des éditions antérieures n’avait eu l’idée de procurer un index de ce genre : c’est une initiative de la personne qui a conçu Toulouse 53. Elle implique de sa part une lecture attentive de l’œuvre intégrale, et un gros travail concret pour repérer les lieux pertinents, les lister, reporter les numéros de page, etc.

Suit enfin un troisième index impliquant également un gros investissement personnel du ou de la commanditaire, puisqu’il s’agit d’un index thématique :

Début de l’index thématique, dans Toulouse 53, f. Hv (photo Emilie Nadal)

Cette fois, pourtant, il existe un précédent : certaines des éditions de l’Expositio comportent elles aussi un index thématique… mais ce n’est pas le même.

Début de l’index thématique dans l’édition princeps de l’Expositio (Paris, 1499), dans l’exemplaire numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek München (cliquer sur l’image pour consulter la numérisation)

Là encore, on peut s’interroger. Pourquoi avoir pris la peine de compiler à grand peine un nouvel index thématique ? N’était-il pas plus simple de reprendre celui qui existait, même au prix d’une fastidieuse mise à jour des numéros de page ? Notre commanditaire ignorait donc peut-être qu’il en existait déjà un, ce qui pourrait signifier que son édition de référence (de base ?) était l’une des éditions allemandes des œuvres complètes de Bède (Bâle, 1563 ; Cologne, 1612 ; Cologne, 1688). En tout cas, il est intéressant que cette personne ait trouvé qu’un travail si fastidieux “valait la peine” d’être entrepris, comme d’autres avant elle l’avaient également pensé pour leur propre édition de la même œuvre.

Toulouse 53 n’est donc pas une simple copie de l’Expositio : l’existence même d’une telle copie à une telle date est en soi significative. Mais elle représente par-dessus le marché un énorme travail sur l’Expositio, visant à en faciliter et démultiplier les usages. On peut toujours la lire de bout en bout, pour dérouler le commentaire augustinien de Florus sur l’Apôtre tel que Florus l’a composé. Mais on peut aussi l’exploiter, aller y puiser ponctuellement des matériaux sur des sujets ou des lieux bibliques particuliers, de plus de façons qu’on ne pouvait le faire dans les éditions existantes. J’ignore encore qui a accompli ce formidable travail (quarante ans plus tôt, j’aurais immédiatement songé à Pierre-François Chifflet, mais il est mort au printemps 1682), mais, à mon sens, cette personne n’a pu entreprendre un pareil labeur qu’avec l’intention de procurer une nouvelle édition de l’Expositio, plus ambitieuse que les précédentes — et qui n’a jamais vu le jour.

Notes. —
  1. Il n’existe à ce jour aucune transcription numérique du texte dont on pourrait compter les mots ; on ne peut donc procéder que par comparaison et approximation. Dans l’édition de 1688 des œuvres de Bède le Vénérable, où elle est attribuée à ce dernier, l’Expositio de Florus occupe 793 colonnes (t. 6, col. 31–823). C’est presque autant que la totalité du t. 5 contenant, dans 816 colonnes, les commentaires sur Matthieu, Marc, Luc, Jean, les Actes des Apôtres, les sept épîtres dites catholiques, et l’Apocalypse. Je déduis sept colonnes consacrées au De nominibus locorum Actuum Apostolorum, pour arriver à 799 colonnes. Ces mêmes commentaires, comparables par leur forme à l’Expositio, représentent dans la Patrologie latine de Migne un total de 511.210 mots (données Corpus corporum). []
  2. S. De Ricci, A Handlist of Manuscripts in the Library of the Earl of Leicester at Holkham Hall, Oxford, 1932, p. 12 s.n. 133 ; A. Derolez, The library of Raphael de Marcatellis, Ghent, 1979, p. 252–5 s.n. 50. []

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.