Codicologie et histoire des textes : à propos de la “Collection de Lyon” des sermons d’Augustin

À l’invitation des organisateurs du séminaire de « Codicologie quantitative & sociologie du livre médiéval » du LAMOP, j’ai donné le 11 février dernier une communication en ligne intitulée “Travailler : non seulement sur des textes, mais dans des livres”. Cette communication a été enregistrée et est désormais visible via le programme du séminaire :

Ne me sentant ni très codicologue, ni très sociologue, j’ai néanmoins tenté de trouver un terrain à mi-chemin en abordant un sujet qui me tient particulièrement à cœur, la manière dont la matérialité de la transmission influe sur les textes transmis, via les acteurs de la transmission. Et alors que j’avais initialement pensé illustrer cette dimension avec un choix de cas variés, j’ai été amené, en préparant la communication, à me concentrer sur un unique manuscrit, à la fois pour son importance historique et parce qu’il illustre le sujet sur un spectre très large :

Lyon, BM, 604
+ Lyon, BM, 788 f. 49–58
+ Paris, BNF, NAL 1594

Il n’est pas question de refaire ici ma communication ; je me contenterai ici de résumer mes conclusions et de donner une bibliographie.

Ce manuscrit (ou, plutôt, ses restes), que l’on estime du début du VIIe siècle, contient une collection de sermons de saint Augustin unique en son genre, ce qui lui confère dans la transmission des sermons d’Augustin une place singulière. Plusieurs spécialistes ont ainsi pu montrer que ce manuscrit, ce manuscrit et aucun autre, par sa matérialité, a eu un impact lourd et durable sur tout ou partie de la transmission de tel ou tel sermon. Son importance — et les problèmes qu’il pose ! — est donc bien connue, mais j’ai été surpris de constater qu’il n’existe pas d’étude d’ensemble qui fasse, d’une part, la synthèse de ces différents “cas” d’histoire des textes tous dépendants d’un même manuscrit, et qui d’autre part joigne toutes ces conséquences à leur cause commune, la codicologie et surtout l’histoire codicologique du manuscrit. C’est donc à cela que je me suis employé.

La collection de sermons augustiniens transmise par ce codex n’est transmise, comme collection, par aucun autre manuscrit, ni conservé ni attesté ; mais elle a influencé plusieurs autres collections médiévales. Ces deux faits sont connus et, indépendamment l’un de l’autre, ils n’ont rien d’exceptionnel. La transmission des sermons connaît d’une part d’autres “isolats” (la collection de Wolfenbüttel, celle de Mayence), et connaît d’autre part de nombreuses interactions entre collections médiévales. Cela explique peut-être qu’on ne se soit pas avisés à quel point les deux faits, pris ensemble, sont curieux. Voici un manuscrit auquel plusieurs collectionneurs de sermons d’Augustin au fil des siècles ont trouvé un grand intérêt — mais personne ne l’a jamais copié tel quel, chacun s’est contenté d’y prélever quelques morceaux çà et là. Cette bizarrerie s’explique, à mon avis, par l’histoire matérielle du manuscrit. Lorsque l’érudition augustinienne le “redécouvrit”, c’est-à-dire à Lyon au IXe siècle, elle dut le trouver simultanément irremplaçable et inutilisable — comme il est aujourd’hui, en un sens, et pour les mêmes raisons qu’aujourd’hui. Irremplaçable, parce qu’il contient plusieurs textes rarissimes, et que la collection dans son ensemble n’est connue que par lui. Inutilisable, parce que la collection dans son ensemble et certains textes en particulier présentaient déjà des trous béants, en raison de la perte de plusieurs cahiers… eux-mêmes irremplaçables. Ainsi, il était simultanément impossible de la jeter parce qu’inutilisable, et de la copier parce qu’irremplaçable. La seule solution était de la garder précieusement, peut-être avec l’espoir de retrouver un second exemplaire de la collection entière ou de tel ou tel texte accidenté qui permettrait de “combler les vides” — et, en attendant, d’exploiter pour les travaux en cours ce qui pouvait l’être, çà et là.

Jamais copié, mais sans cesse étudié, Lyon 604 a ainsi joué dans l’histoire des sermons d’Augustin un rôle important, tout entier dans cette tension entre problèmes matériels et projets intellectuels.

Bibliographie

Numérisations

Sur le codex comme tel

  • Description de Lyon 604 (alors coté 521) — Léopold Delisle, “Notices sur plusieurs anciens manuscrits de la Bibliothèque de Lyon”, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques 29 (1880), p. 363–403, spéc. p. 369–371 [sur Archive]
  • Rapprochement du fragment Lyon 788 (alors coté 706) — Exupère Caillemer, “Notices et extraits de manuscrits de la bibliothèque de Lyon”, dans Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Classe des Lettres 20 (1881), p. 39–88, spéc. p. 84 [sur Archive]
  • Rapprochement du fragment volé par Libri — Léopold Delisle, “Observations sur très anciens manuscrits du fonds Libri”, dans Idem, Les manuscrits du comte d’Ashburnham, Paris, 1883, p. 27–48, spéc. p. 38–39 [sur Archive]
  • Description du fragment volé par Libri après recouvrement par la bibliothèque Nationale (sous la cote NAL 1594) — Léopold Delisle, Catalogue des manuscrits des fonds Libri et Barrois, Paris, 1888, p. 21–22 (s.n. XIV) [sur Archive]
  • Description de Lyon 604 + Lyon 788 f. 49–85 — Auguste Molinier et Félix Desvernay, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, t. 30 : Lyon, 1e partie, Paris, 1901, spéc. p. 157–158 [sur Archive]
  • Elias Avery Lowe, Codices Lugdunenses Antiquissimi, Lyon, 1924, spéc. p. 25, 36–37, pl. I, XVI–XVII
  • Elias Avery Lowe, Codices Latini Antiquiores, t. 6 : France : Abbeville – Valenciennes, Oxford, 1953, s.n. 783
  • Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), t. 3 : Padua — Zwickau, Wiesbaden, 2014, s.n. 5093a

Sur la collection comme telle

  • Notice synthétique — Cyrille Lambot, “Introduction”, dans Idem (éd.), Aurelii Augustini opera, pars XI, t. 1 : Sermones de Vetere Testamento (serm. 1–50), Turnhout, 1961 (Corpus Christianorum Series Latina, 41), p. VII–XXXV, spéc. p. XV
  • Notice synthétique — Pierre-Patrick Verbraken, Études critiques sur les sermons authentiques de saint Augustin, Turnhout, 1976 (Instrumenta patristica et mediaevalia, 12), spéc. p. 215 [DOI: 10.1484/m.ipm-eb.5.112107]
  • Notice synthétique — Luc De Coninck et al., “Introduction”, dans Pierre-Patrick Verbraken et al. (éds.), Aurelii Augustini opera, pars XI, t. 2 : Sermones in Matthaeum, I (serm. 51–70), Turnhout, 2008 (Corpus Christianorum Series Latina, 41Aa), p. VII–LIII, spéc. p. XXXII–XXXIII

Sur des sermons en particulier

  • s.60, s.389 — Cyrille Lambot, “Les sermons LX et CCCLXXXIX de Saint Augustin sur l’aumône”, dans Revue bénédictine 58 (1948), p. 23–52 [DOI : 10.1484/J.RB.4.00193]
  • s.2, s.9 — Cyrille Lambot, “Le sermon IX de saint Augustin : «De decem chordis»”, dans Augustinus Magister, Paris, 1954, t. 1, p. 169–173 ; éd. Lambot 1961, CCSL 41 (cf. supra), p. 7, p. 100
  • s.341, s.341 augm. = Dolbeau 22 — François Dolbeau, “Nouveaux sermons de saint Augustin pour la conversion des païens et des donatistes (VII)”, dans Revue des études augustiniennes 40 (1994), p. 143–196 [DOI : 10.1484/J.REA.5.104702] ; Idem, Augustin d’Hippone: Vingt-six sermons au peuple d’Afrique retrouvés à Mayence, 2e éd., Paris, 2009

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.