En ligne : la meilleure édition existante du “rapport” de Leidrat à Charlemagne (v. 813)

En 798 meurt l’évêque Adon de Lyon, qui occupait ce siège depuis au moins une trentaine d’années. Charlemagne nomme pour lui succéder un de ses propres intimes, proche de son principal conseiller Alcuin, le bavarois Leidrat (Leidrade). Une quinzaine d’années plus tard, Leidrat adresse à l’Empereur une lettre dans laquelle il détaille les mesures et les résultats de son administration. Formes institutionnelles, immobilier, mobilier : tout est passé en revue. C’est une source de premier ordre d’abord pour l’histoire lyonnaise, mais aussi plus largement pour l’histoire carolingienne, puisqu’elle nous donne une vision intérieure de la manière dont l’administration carolingienne agissait et voyait son action.

La transmission manuscrite de ce texte pose cependant quelques problèmes : il nous parvient par les copies médiévales de plusieurs établissements ecclésiastiques lyonnais, qui n’ont pas hésité, au passage, à se rajouter dans le texte, pour faire la preuve de leur ancienneté.

Or, l’édition la plus couramment citée, parce que la plus facile d’accès, n’est pas la meilleure disponible. C’est celle qu’a procurée Ernst Dümmler, dans les Monumenta Germaniae Historica : Epistolae 4 (= Epistolae Karolini Aevi 2), Berlin, 1895, p. 542-544 [dMGH]. Cette édition de Dümmler repose sur la collation, par son collègue Wilhelm Arndt, d’une copie, par Pierre-François Chifflet (1592-1681), de deux manuscrits lyonnais non conservés et de date inconnue.

Une édition beaucoup plus sûre, assortie d’un exposé détaillé de la tradition (manuscrite et éditoriale) et d’une analyse historique, a été procurée depuis par Alfred Coville, dans ses Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 266-296 (le texte lui-même occupant les p. 283-287).

Malgré cela, la lettre de Leidrat est encore couramment citée d’après l’édition obsolète de Dümmler, comme je le disais, pour la seule raison que les MGH sont une collection de référence beaucoup plus connue et beaucoup plus répandue que l’ouvrage de Coville. Cependant, Coville étant mort en 1942 [Wikipédia], son ouvrage est dans le domaine public depuis le 1er janvier 2013, si je ne m’abuse [Wikipédia]. L’obstacle concret que constitue sa rareté (relative) pourrait donc être levé par la numérisation. Mais je n’en ai pas trouvé d’exemplaire numérisé à ce jour. En attendant une numérisation digne de ce nom, intégrale et de qualité, je mets donc en ligne mes vilaines photos de mon propre exemplaire (pour ces pages seulement) :

https://archive.org/details/Coville_ed_Leidrade

[Ajout du même jour] Sur une suggestion de Charles West, j’ajoute quelques indications sur les principales différences entre le texte de Dümmler et celui de Coville.

Un dépouillement rapide des notes de bas de page de Coville (où le texte de Dümmler est siglé E) montre au début du texte des différences mineures ; l’une d’elles cependant me paraît importante à signaler : Leidrat n’est plus “archiepiscopus” (Dümmler p. 542, 7) mais “episcopus”.

Les choses se gâtent gravement dans le passage où Leidrat parle des travaux qu’il a fait faire dans les différents établissements ecclésiastiques de Lyon, puisque Coville rejette comme interpolés deux passages à la gloire de Saint-Pierre-les-Nonnains, et deux autres à la gloire de l’Île-Barbe… Voici, en gros, les passages incriminés du texte de Dümmler :

Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 543
Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 544

Notons enfin que le paragraphe suivant, concernant Saint-Rambert, est absent d’une bonne partie de la tradition (même si Coville le conserve, cf. sa note 13 p. 286) ; et que le dernier paragraphe, que Dümmler avait signalé par une astérisque, est analysé par Coville comme un fragment d’un tout autre document, collé là par erreur. Il l’édite et l’analyse à part, p. 287-8.

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.