Transmettre et éditer : autour de l’exhortation d’Irénée aux copistes

Ces réflexions ont commencé par des remarques faites un peu à la volée sur Twitter, les 9 et 11 mai 2022 [lien], et nourries par les judicieuses remarques de @ellebore_noir, @LeCheikh et @mahaut_h, que je remercie beaucoup. J'ai synthétisé, prolongé un peu et formalisé ici ces quelques réflexions, mais ne prétends aucunement que la question soit très originale ; je présume au contraire qu'elle aura déjà été soulevée et traitée bien mieux qu'ici dans l'abondante bibliographie relative à Irénée.

Érasme, en tête de son édition princeps du Contre les hérésies d’Irénée (1526), met à l’honneur une exhortation du même Irénée aux futurs copistes de ses œuvres :

Image de l'exhortation d'Irénée aux copistes dans l'édition princeps du Contre les hérésies (Erasme, 1526)
L’exhortation d’Irénée aux copistes telle qu’Érasme l’imprime en 1526 en exergue du Contre les hérésies (cliquer pour voir sur Google Books)

Toi qui copies ce livre, je t’en conjure par Jésus Christ le Seigneur, et par sa glorieuse venue où il doit juger vivants et morts : quand tu l’auras copié, collationne-le et corrige-le d’après l’exemplaire dont tu as pris copie, très soigneusement ; et cette exhortation aussi, copie-la comme tu l’as trouvée dans ton modèle.

Mais cette exhortation ne vient pas du Contre les hérésies ; en fait, assez ironiquement, elle vient d’une œuvre d’Irénée qui n’a pas été assez copiée pour survivre… Érasme l’a trouvée dans une de nos rares sources d’informations antiques sur Irénée : la notice que lui consacre Jérôme dans ses Hommes illustres. Voici le passage dans l’édition de référence de cet ouvrage, procurée par Ernest C. Richardson en 1896 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, n°14/1) :

Image du passage
L’exhortation d’Irénée aux copistes (lignes 20-25) telle que la rapporte Jérôme, Hommes illustres, 35 ; ici dans l’édition de Richardson, 1896 (cliquer pour voir sur Archive.org)

Érasme reprend le passage d’Irénée à Jérôme ; mais Jérôme ne le tient certainement pas de première main de l’ouvrage d’Irénée qu’il aurait lu lui-même. Il le reprend en fait à Eusèbe de Césarée, qui le cite dans l’Histoire ecclésiastique, livre 5, chapitre 20 : ici dans l’édition d’Eduard Schwartz, 1903 (Die Griechischen Christlichen Schriftsteller, n°9/1) :

L’exhortation d’Irénée aux copistes telle que la rapporte Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 5, 20 ; ici dans l’édition de Schwartz, 1903 (cliquer pour voir sur Archive.org)

Cette fois il s’agit probablement du texte original d’Irénée : il écrivait en grec, et Eusèbe a pu consulter de première main cet ouvrage d’Irénée parmi d’autres qu’il évoque, cite, et que nous n’avons plus.

Ajoutons que la traduction latine de l’exhortation qu’on lit dans les Hommes illustres de Jérôme a sans doute été produite ad hoc par Jérôme lui-même. Il ne l’a pas empruntée, en effet, à la traduction latine de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe procurée par Rufin d’Aquilée (son grand ami avant de devenir son grand ennemi), qui est semblable pour le sens mais dont la formulation diffère. Voici cette traduction de Rufin, d’après l’édition procurée par Theodor Mommsen en 1903 (en regard de l’édition du texte grec par Schwartz) :

L’exhortation d’Irénée aux copistes telle que Rufin d’Aquilée la traduit en traduisant l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe ; ici dans l’édition de Mommsen, 1903 (cliquer pour voir sur Archive.org).

Jérôme n’a donc pas emprunté le passage d’Irénée à la traduction latine de Rufin ; mais c’est quand même bien de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe qu’il le tire. De manière générale, la dette de Jérôme vis-à-vis de cet ouvrage est importante : Richardson relève dans son introduction que “les trois quarts de l’ouvrage de Jérôme sont en fait à peine plus qu’une traduction d’Eusèbe” (p. XLIV). Ce passage de la notice de Jérôme sur Irénée ne fait pas exception. Preuve en est la phrase par laquelle Jérôme introduit l’exhortation aux copistes :

Image du passage
L’exhortation d’Irénée aux copistes (lignes 20-25) telle que la rapporte Jérôme, Hommes illustres, 35 ; ici dans l’édition de Richardson, 1896 (cliquer pour voir sur Archive.org)

Il écrivit… un beau syntagma sur l’octave, qu’il conclut par ces mots, voulant dire qu’il fut voisin des temps apostoliques : Toi qui copies…

L’observation est un peu étrange, car on ne voit absolument pas en quoi l’exhortation aux copistes ferait la preuve qu’Irénée était proche des temps apostoliques : il s’agit d’une recommandation technique d’un auteur à un artisan, qui pourrait aussi bien avoir été écrite par un autre à quelques siècles de distance. En fait, Jérôme me pardonnera de le faire remarquer, il s’agit d’une contraction assez maladroite du passage d’Eusèbe qu’il est en train de piller. Eusèbe explique qu’Irénée a écrit un ouvrage sur l’ogdoade, dans lequel il dit suivre de près la première génération des successeurs des apôtres ; et d’autre part, qu’à la fin de cet ouvrage il plaça cette exhortation aux copistes qu’Eusèbe juge remarquable et digne d’être citée. Dans le texte d’Eusèbe, et dans sa traduction par Rufin, il s’agit de deux remarques, certes à propos d’un seul et même ouvrage d’Irénée, mais néanmoins deux remarques bien distinctes et sans rapport l’une avec l’autre. Le lien logique que Jérôme établit abusivement entre les deux tend à confirmer qu’il s’en remettait ici exclusivement à Eusèbe, et n’a pas eu lui-même une connaissance directe du traité d’Irénée.

Quant au titre de ce traité j’ai remarqué un petit problème curieux dont, disons-le tout de suite, je n’ai pas la solution. Eusèbe, source de Rufin et de Jérôme, parle d’un “Peri ogdoados” (Περὶ ὀγδοάδος). Rufin traduit, au plus près, par “De ogdoade”. Jérôme en revanche traduit par “De octava”… Du moins dans l’édition de Richardson. Car cinquante ans plus tôt la Patrologie latine de l’abbé Migne imprimait bien “De ogdoade” :

L’exhortation d’Irénée aux copistes dans les Hommes illustres de Jérôme, dans la Patrologie latine, t. 23, col. 649 (cliquer pour voir dans Gallica)

Comme souvent, la Patrologie reprend en fait une édition antérieure, indiquée sur la page de titre du volume :

Page de titre propre au volume 23 de la Patrologie latine (cliquer pour voir dans Gallica)

Il s’agit de la seconde édition de Domenico Vallarsi, imprimée à Venise entre 1766 et 1772 ; le passage qui nous intéresse se trouve dans le tome 2, seconde partie, paru en 1767 :

content (569×807)
Page de titre de la seconde édition de Vallarsi, volume 2, deuxième partie (cliquer pour voir dans Google Books)

Le vilain numéro “875” que Migne a imprimé en gros en gras en plein milieu du texte de Jérôme correspond ainsi au début de la colonne 875 dans cette seconde édition de Vallarsi :

La leçon “de ogdoade” de Migne, en 1845, est donc en fait celle de Vallarsi en 1767. Dans l’intervalle qui sépare cette dernière de celle de Richardson (1896) est parue l’édition de Wilhelm Herding, 1879 (Biblioteca Teubneriana), et lui déjà éditait “de octava” (l. 24-25) :

Le passage sur l’exhortation d’Irénée dans l’édition de Herding, 1879 (cliquer pour voir sur Archive.org)

Cette variante “de ogdoade/de octava” dans le texte de Jérôme est assez symptomatique de l’espèce d’inversion de polarité survenue dans l’édition de textes anciens au cours du XIXe siècle. L’édition de Vallarsi appartient encore au modèle ancien qu’on pourrait dire cumulatif : comme il l’explique dans son titre, il a pris pour base l’édition de Jérôme mise au point par les Mauristes (1693-1706) et l’a confrontée à des manuscrits que ceux-ci n’avaient pas encore utilisés : des manuscrits de Rome, de Milan, de Vérone, dit-il, c’est-à-dire des manuscrits que Vallarsi pouvait consulter sans avoir à traverser toute l’Europe. Avec le XIXe siècle et Herding, on change complètement d’approche : on fait pour ainsi dire table rase des éditions antérieures pour comparer directement entre eux les seuls témoins dignes de foi, les manuscrits. Mais alors se pose avec acuité le gros problème que le “modèle cumulatif” résolvait bon an mal an : celui du grand nombre des manuscrits, et surtout de leur dispersion géographique, qui complique leur confrontation directe — pour ne pas dire qu’elle l’empêche.

Préface de Herding
(cliquer pour voir sur Archive.org)

La courte préface de Herding (ci-dessus) est très symptomatique à cet égard. Il renonce d’emblée à énumérer tous les manuscrits existants ; mentionne trois manuscrits très anciens, mais ajoute immédiatement, primo, que deux des trois lui sont restés inaccessibles, et secundo, que pour le troisième il a bénéficié d’une copie intégrale. Il faut donc comprendre qu’il a travaillé sur cette dernière, et non sur l’original. C’est elle qu’il a confrontée, ajoute-t-il, à trois autres manuscrits. Comment les a-t-il choisis ? Il ne le dit pas ; mais ce sont des manuscrits de Bamberg, de Berne et de Nuremberg… Donc à peu près ce qu’étaient Rome, Milan et Vérone pour Vallarsi : des bibliothèques proches géographiquement. Finalement, comme ces quatre manuscrits sont souvent en désaccord et qu’il faut bien choisir, Herding donne la préférence au plus ancien, parce que c’est le plus ancien.

L’édition Herding repose donc sur une copie du XIXe siècle du plus ancien témoin manuscrit, collationnée sur trois manuscrits médiévaux plus récents choisis sur un critère géographique, c’est-à-dire à peu près au hasard. Jugée rétrospectivement d’aujourd’hui, la valeur scientifique d’une telle base de travail est à peu près nulle. Mais il faut bien comprendre que Herding pouvait difficilement faire mieux, dans les années 1870, quand il n’y avait pas de numérisations, pas de microfilms, presque pas de facsimilés, pas d’avions, pas de trains à grande vitesse. Sans réseau internet, sans réseau de transport rapide, le seul réseau qui permette la confrontation des manuscrits est le réseau postal, par lequel érudits et bibliothécaires locaux s’envoient des copies et des relevés de variantes — comme par exemple celui que Herding reproduit ensuite, p. V-XLIV, pour un palimpseste parisien qui lui a été signalé trop tard pour qu’il en tienne compte.

Moins de vingt ans plus tard, pourtant, l’introduction de Richardson est beaucoup plus robuste, comme en témoigne sa table des matières :

Table des matières de l’introduction de Richardson

Richardson consacre pas moins de soixante-dix pages à énumérer cent-cinquante manuscrits, à les classer, à évoquer les témoins indirects, à énumérer quelque soixante-dix éditions, à brosser une histoire du texte, à énumérer les modifications que son texte apporte à celui de Vallarsi/Migne. La quantité de témoins qu’il cite est impressionnante et, étant données les contraintes logistiques de l’époque soulignées plus haut à propos de Herding, il faut se demander dans quelles conditions concrètes et par quels moyens concrets il a pu les étudier. Heureusement, il nous l’explique dès la première note de bas de page : il a personnellement examiné tous les témoins principaux et la plupart des témoins de rang secondaire. Il ajoute cependant que sur ceux qu’il a vus en premier, il n’avait pris que des notes rapides ; et par la suite certains d’entre eux “ne valaient pas la peine qu’on retourne les voir”. Certains manuscrits, enfin, sont décrits seulement de seconde main.

Note de Richardson détaillant son examen des manuscrits (cliquer pour voir sur Archive.org)

Ces indications précieuses nous montrent qu’il a beaucoup plus travaillé et beaucoup plus voyagé que Herding ; mais que même ainsi les contraintes matérielles pèsent encore beaucoup sur la comparaison des manuscrits : voyager beaucoup permet de voir beaucoup de manuscrits, mais permet seulement de les confronter mentalement ; une fois qu’on a quitté le manuscrit, on ne peut plus travailler que sur les notes qu’on a prises ; si on les a mal prises, c’est trop tard, ou bien il faudra y retourner. Malgré ses voyages donc, le travail de Richardson repose encore avant tout sur la comparaison de relevés de variantes. Une garantie supérieure de fiabilité vient, par rapport à Herding, du nombre et de la diversité de ses relevés ; par rapport à d’autres éditions de la même époque, du fait que ses relevés n’ont pas été établis pour lui par divers correspondants, mais bien par lui-même. Finalement, il expose longuement ses méthodes de comparaison et de classement, ses hypothèses, ses conclusions. Herding, qui n’est pas beaucoup antérieur, souffre douloureusement de la comparaison… On peut dire que le travail de Richardson est le plus scientifique possible pour l’époque. Le plus important est son classement des manuscrits en familles et l’établissement de leur généalogie, qui aboutissent à ce stemma :

Book page image
Stemma des Hommes illustres de Jérôme d’après Richardson (cliquer pour voir sur Archive.org)

Ceci posé, revenons-en à la variante “de octava” / “de ogdoade” dans le texte de Jérôme. La raison pour laquelle Herding adopte la leçon “de octava” est très claire, compte tenu de la simplicité de ses principes éditoriaux : il suit sa copie du plus ancien manuscrit, qui dit effectivement “de octava” (avant dernière ligne) :

Reg. lat. 2077, f. 22v, colonne b, dernières lignes (cliquer pour voir dans DigiVatLib)

L’ancienneté n’est en fait pas un gage de qualité : une bonne copie récente peut être meilleure qu’une mauvaise copie ancienne. De fait, le stemma de Richardson relativise un peu la position de ce manuscrit, qu’il sigle T : un certain nombre de témoins, même s’ils peuvent être plus récents, paraissent génétiquement plus proches de l’origine. Mais cette relative minoration du témoignage du Reg. lat. 2077 ne remet pas en cause la leçon “de octaua” : non seulement Richardson la retient, mais son apparat critique ne signale nulle part la leçon “de ogdoade” :

Le passage en question dans l’édition de Richardson, apparat compris (cliquer pour voir sur Archive.org)

La note d’apparat sur “schismate”, à la ligne 17, offre un contrepoint intéressant, puisque Richardson y invoque le témoignage d’Eusèbe. Pourquoi donc ne relève-t-il pas le “peri ogdoados” à la ligne suivante ? C’est que dans le cas de “schismate”, quatre manuscrits importants — dont T, le Reg. lat. 2077 — ont “chrismate” : le témoignage d’Eusèbe est invoqué pour trancher, au sein de la tradition latine divisée, en leur défaveur. Si Richardson ne fait rien de tel pour “de octava” à la ligne suivante, il faut probablement comprendre que la tradition latine n’est pas divisée sur cette leçon-là : la leçon “de ogdoade” n’y existerait tout simplement pas.

Pourquoi donc figurait-elle dans l’édition de Vallarsi ? Demandons-le-lui, puisqu’il a mis juste devant un petit appel de note h (que Migne reproduit consciencieusement) :

Note de Vallarsi sur “de ogdoade” (cliquer pour voir sur HathiTrust)

Plusieurs manuscrits portent de octava, avec Martianay. Eusèbe <porte> peri ogdoados, mot que le traducteur antique d’Irénée rend par octonatio. En outre, certains manuscrits ont suntagma, d’autres commentarium.

Pour bien comprendre la note, ce qu’elle dit et… ce qu’elle ne dit pas, il faut bien garder à l’esprit que Vallarsi travaille selon une méthode cumulative. Ici, il choisit de s’écarter de son édition de référence, celle du mauriste Martianay, qui avait “de octava”, tout en reconnaissant que “plusieurs manuscrits” ont cette leçon. Il ne faut pas nécessairement comprendre ici que Vallarsi a trouvé la leçon “de ogdoade” dans d’autres manuscrits, car, du fait de sa méthode cumulative, il n’a pas une vision d’ensemble des manuscrits : il peut dire “plusieurs manuscrits” tout en sachant que tous les manuscrits qu’il connaît sont dans ce cas, parce qu’il sait que tous “ses” manuscrits ne sont pas tous “les” manuscrits, et ne veut pas se prononcer sur le compte de ceux qu’il n’a pas vus. Vallarsi dit seulement, donc, que la leçon “de octava” est bien représentée dans les manuscrits et adoptée par Martianay. Et par suite, s’il invoque le témoignage d’Eusèbe, c’est comme faisait Richardson à propos de la variante “chrismate” : pour justifier le choix qu’il fait à l’encontre d’une tradition non négligeable.

Ce choix éditorial doit être compris en lien avec la mise en page très spéciale de ce passage : Vallarsi, qui édite dans la colonne de droite une traduction grecque des Hommes illustres de Jérôme (en bleu ci-dessous), ajoute ici, dans la colonne de gauche, normalement réservée au texte latin de Jérôme, une espèce d’encart (en rouge) contenant l’exhortation d’Irénée au copiste telle qu’Eusèbe la rapporte, en grec :

Mise en page de l’exhortation aux copistes dans l’édition de Vallarsi (cliquer pour voir sur HathiTrust)

Vallarsi fait donc un choix éditorial délibéré, celui de restituer une leçon “de ogdoade” d’après la source de Jérôme, contre la leçon “de octava” des témoins de Jérôme. C’est partir du principe, en quelque sorte, que Jérôme aurait dû traduire le “peri ogdoados” d’Eusèbe par “de ogdoade”… ou n’aurait pas dû le traduire par “de octava”. C’est cette dernière idée que Vallarsi défend, peut-être, car sinon la remarque serait gratuite, quand il fait observer que le traducteur antique d’Irénée rend le grec “ogdoas” par “octonatio” — mot dont la LLT trouve effectivement vingt-six occurrences dans le Contre les hérésies, et seulement là :

Premiers résultats d’une recherche sur “octonati*” dans la LLT (sans limite de corpus)

Se poser la question de ce que Jérôme aurait dû écrire, c’est marcher en funambule sur la limite du pouvoir et des devoirs de l’éditeur. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser au premier abord, la question n’est pas complètement illégitime.

On peut, d’abord, la poser un peu différemment, en se demandant non pas ce que l’auteur aurait dû écrire, mais ce qu’il a dû écrire ; c’est-à-dire en supposant non pas qu’il fait une erreur que nous allons corriger, mais qu’il avait écrit juste et que quelqu’un d’autre, entre lui et nous, a fait une erreur — que nous devons alors corriger pour lui rendre justice. Dans le cas qui nous occupe, Jérôme aurait d’abord traduit “peri ogdoados” par “de ogdoade”, puis un copiste aurait remplacé (sciemment ou par inadvertance) ce mot étrange par un mot plus facile, “octava”… et par malheur tous nos manuscrits de Jérôme descendraient de cet exemplaire fautif et auraient hérité la faute. On ne parlerait plus alors de “faute d’auteur”, mais seulement de “faute d’archétype”, ce qui est un peu moins problématique, tout simplement parce que l’auteur est présumé comprendre ce qu’il écrit, alors que cela n’est pas indispensable au copiste. (Les fautes d’auteur, néanmoins, existent. Qui n’a jamais commis de lapsus, même en écrivant ? Qui n’en a pas laissé passer, même après s’être relu ?)

Ensuite, dans le cas qui nous occupe, la légitimité ou l’illégitimité de la question change selon le point de vue. D’un point de vue strictement interne aux Hommes illustres de Jérôme, la question n’existe même pas : si on ne lit que lui, on y apprend qu’Irénée a écrit un De octava, dont acte ; rien, dans l’ouvrage de Jérôme, ne nous pousse à contester l’idée qu’Irénée aurait écrit un De octava. En revanche la question surgit dès qu’on élargit le contexte. Pourquoi Jérôme traduit-il ici par “octava” ce que Rufin, son contemporain qui n’était pas moins bon latiniste, en traduisant la même source, a rendu par “ogdoas” ? Pourquoi Jérôme traduit-il ici par “octava” alors que lui aussi connaît et emploie par ailleurs le mot latin “ogdoas” ? A-t-il jugé que, dans ce cas précis, l’acception du grec “ogdoas” ne correspond pas aux acceptions du latin “ogdoas” mais à celles du latin “octava” ; c’est-à-dire, que “de ogdoade” serait ici une mauvaise traduction de “peri ogdoados”, tandis que “de octava” ferait mieux comprendre le sujet dont parlait Irénée dans cet ouvrage particulier ? Mais, finalement, de quoi donc Irénée parlait-il dans cet ouvrage ?… S’agissait-il de cette “ogdoas” grecque que le traducteur latin du Contre les hérésies a rendu parfois par le latin “ogdoas”, parfois par un néologisme resté un hapax, “octonatio” ? ou bien d’une autre “ogdoas” grecque qui, en effet, correspondrait mieux à une “octava” latine ? Mais dans ce cas, pourquoi Rufin, lui, l’a-t-il rendue par “ogdoas” et non par “octava” ? Faut-il penser que Rufin s’est “trompé d’ogdoas”, peut-être parce qu’il ne connaissait pas l’ouvrage d’Irénée ? Mais nous avons vu que Jérôme ne le connaissait sans doute pas… Mais alors, c’est peut-être lui qui s’est “trompé d’ogdoas” ? Ou bien, s’il ne connaissait pas l’ouvrage et ne pouvait donc pas juger de l’acception du grec “ogdoas” dans ce contexte précis, pourquoi a-t-il pris le risque interprétatif de traduire “ogdoas” par “octava”, quand il pouvait sans risque transposer le grec “ogdoas” par le latin “ogdoas” ?…

Comme on le voit, l’idée que “de octava” serait une traduction fautive de “peri ogdoados” n’est pas illégitime, dès qu’on essaie de comprendre Jérôme à la lumière de ce qu’on sait par ailleurs du sujet dont il parle. Et par conséquent, dès lors que la tradition manuscrite des Hommes illustres de Jérôme s’accorde sur cette leçon, on peut — il faut, peut-être — se demander si la faute incombe à un copiste tout en haut de la chaîne de transmission (faute d’archétype) ou si elle incombe à Jérôme lui-même (faute d’auteur). Si l’on fait crédit à Jérôme d’avoir écrit juste et que l’on rejette la faute sur un copiste, un Vallarsi pouvait estimer lui rendre justice en restituant “de ogdoade”. Sinon, il faut penser que Jérôme, en cette occasion, a été négligent et maladroit. Mais nous l’avons vu commettre une autre maladresse, indéniable cette fois, dans la même phrase ; alors, pourquoi pas ?

Je suis heureux de n’avoir aucune réponse à cette question qui, en réalité, importe très peu : pour notre connaissance de l’œuvre d’Irénée, l’important est ce qu’Eusèbe nous en dit, et non ce que Jérôme remâche d’Eusèbe. Ce que je trouve intéressant, en revanche, c’est le prétexte qu’offre cette toute petite variante sans importance d’explorer les mécanismes intellectuels et matériels de la production des savoirs — depuis l’intérêt que suscite siècle après siècle l’exhortation d’Irénée aux copistes, jusqu’à l’évolution des techniques de reproduction documentaire et des méthodes d’édition, en passant par ce que les lecteurs comprennent et restituent, ou non, de leurs lectures.

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.