La parution de l’édition Stieren du Contre les hérésies

En examinant les éditions successives du Contre les hérésies, je ne comprenais pas pourquoi la bibliographie date généralement l’édition d’Adolf Stieren de 1848, alors que les volumes que j’en trouvais sont clairement datés de 1853. J’avais fini par penser que cette date de 1848 était une de ces minuscules erreurs, généralement sans importance, qu’un premier chercheur peut avoir commises en retranscrivant mal des notes peut-être hâtives, et dont les lecteurs répètent ensuite l’erreur faute d’avoir vérifié. Mais j’ai été formellement démenti lorsque, passant en revue les exemplaires consultables en ligne (cf. Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)) j’en ai trouvé un effectivement daté de 1848. Or, dans le dossier qui m’occupe en ce moment à travers Irénée, ces cinq petites années de différence changent toute l’histoire… Je me suis donc efforcé de débrouiller les dates et modalités de publication de l’édition Stieren.

Rappelons d’abord que l’édition Stieren est distribuée en deux tomes, le tome 1 contenant les textes d’Irénée ; et le tome 2 en revanche un “apparatus” aux œuvres d’Irénée, qui consiste en une grosse compilation de la bibliographie critique antérieure.

Ma recherche des exemplaires en ligne avait déjà fait apparaître, à côté d’une majorité de volumes datés de 1853, quelques exemplaires datés de 1848 ou 1849 ; essentiellement des exemplaires du tome 2, mais aussi un exemplaire du tome 1 — un seul :

Page de titre du tome 1 de l’édition Stieren, datée de 1848. Bibliothèque de l’Université du Michigan (Google Books)

Or ce volume est également pourvu d’une seconde page de titre intitulée “Tomi I. Pars I.” :

Seconde page de titre du tome 1 du volume de l’Université du Michigan (Google Books)

Et il s’interrompt brutalement au beau milieu du livre III d’Irénée, p. 496 :

Dernière page du volume de l’Université du Michigan (cliquer pour voir dans HathiTrust)

Au demeurant, la même bibliothèque possède aussi un volume identifié comme un exemplaire du tome 2 (dans les métadonnées héritières des catalogues), et il s’agirait même de la seconde partie du tome 2 si l’on en croit la précision manuscrite portée sur sa page de titre :

Page de titre de l’autre volume de l’Université du Michigan (cliquer pour voir dans Google Books)

Effectivement, le texte commence abruptement, à une page numérotée 497… Mais au beau milieu du livre III d’Irénée :

Première page du texte du second volume de l’Université du Michigan (cliquer pour voir dans HathiTrust)

Il s’agit donc bien, en réalité, de la suite du tome 1… Mais ses pages de titre sont datées de 1853. (Notons, d’ailleurs, qu’elles portent “Tomus I” et non “Tomi I. Pars II.” comme on aurait pu s’y attendre.)

L’université de Chicago présente un cas similaire, mais cette fois avec le tome 2 : un premier volume contient la “Tomi II. Pars I.”, en date de 1848 :

Seconde page de titre du premier volume de l’université de Chicago (cliquer pour voir dans HathiTrust)

Tandis qu’un autre volume contient la “Tomi II. Pars II.” en date non pas de 1848 ni de 1853 mais de 1849 :

Seconde page de titre du second volume de l’université de Chicago (cliquer pour voir dans HathiTrust)

Et là encore la pagination du second volume poursuit, à partir de [529], celle du premier qui s’arrêtait à 528.

Nous nous trouvons donc devant une publication par livraisons successives, ce qui signifie que l’édition a commencé sa publication en 1848… mais l’a achevée plus tard.

J’ai pu confirmer ceci en cherchant, assez bêtement, la chaîne “Adolphus Stieren” dans Google Books, année après année. En 1849, une annonce publicitaire parue dans la revue Serapeum, mentionne la publication des deux tomes, mais seulement de leur première partie respective :

Annonce publicitaire pour l’édition Stieren dans son état de 1848 (Google Books)

Toujours en 1849, une recension de Hefele dans la Theologische Quartalschrift donne également des références limitées aux premières parties de chaque tome :

Description de l’état de la publication en 1848, pour la recension de Hefele parue en 1849 (Google Books)

On observe d’ailleurs que la “T. II. Pars I” compte “VIII et 528 pp.”, ce qui correspond exactement au premier volume de Chicago, dont la dernière page est effectivement numérotée 528.

En revanche, l’indication de Hefele selon laquelle la “Tom. I. Pars I”, se compose de “VIII et 320 pp.” ne correspond pas au premier volume de l’université du Michigan : nous avons déjà vu qu’il s’interrompt p. 496, et non pas 320 ; mais la pagination romaine ne s’y arrête pas non plus à VIII : après cette page où se conclut la préface on y trouve encore la dédicace, une seconde préface, et finalement les prolégomènes, qui portent la pagination romaine à XXXVIII. Ceci étant, on notera que la dédicace et la seconde préface sont datées de novembre 1852 :

Dernières lignes de la dédicace dans l’exemplaire de l’université du Michigan (Google Books)
Dernières lignes de la seconde préface, p. X dans l’exemplaire de l’université du Michigan (Google Books)

Elles ne pouvaient donc pas faire partie de la “livraison” de 1848.

Une recension non signée de juin 1850 fait état d’une publication encore partielle, et sa description est encore plus précise puisque, sous la tomaison, elle ne s’arrête pas aux parties mais mentionne un niveau bibliographique encore inférieur, les fascicules :

Description de l’état de parution dans une recension de juin 1850 (Google Books)

Une fois de plus, la description du tome 2 ne nous surprend pas : le premier volume de Chicago s’interrompt effectivement p. 528, le second commence p. 529 ; mais il se prolonge au-delà de la p. 848 :

Pages 848-849 dans le second volume de Chicago (seconde partie du tome 2) (HathiTrust)

Ceci nous indique que ce “fascicule” ne constituait effectivement pas la totalité de la seconde partie du tome 2, qu’au moins un autre fascicule a paru plus tard, et que ce volume de Chicago a été constitué en réunissant ces fascicules.

Difficile, en revanche, de bien cerner l’état de la publication du tome 1. La recension de 1850 évoque d’abord “Tom. I fasc. 1 et 2”, comme si les fascicules correspondaient aux parties, puis “Tomi I. Pars I. Fasc. I et II”. Ensuite, l’indication selon laquelle cette livraison du tome 1 se terminait “P. 544” est difficile à concilier d’une part avec Hefele, qui décrivait une livraison interrompue p. 320, et d’autre part avec le premier volume du Michigan, qui s’interrompt p. 496. On ne peut même pas penser que l’indication “P. 544” correspondrait, ici, contrairement à la description du tome 2, au nombre total de pages, romains et arabes confondus : en admettant que le fasc. 1 correspond au volume décrit par Hefele, “VIII + 320”, et que le fasc. 2 correspondrait au reste du premier volume du Michigan, soit les p. 321-496, il manquerait encore une quarantaine de pages pour arriver à un total de 544…

En avançant à l’année 1851, nous rencontrons de nouveau une annonce publicitaire insérée à la fin d’un volume sur Tertullien paru chez le même éditeur :

Annonce publicitaire pour l’édition Stieren, dans un autre volume paru chez Weigel en 1851 (Google Books)

Cette annonce décrit le même état de publication que la recension de juin 1850 : Tome 1, Partie I, [fascicules] 1 et 2 ; Tome II, Partie I, et Partie II [fascicule] 1. Mais elle se conclut sur une précision importante : la fin doit paraître avant la fin de l’année. La même publicité, avec la même annonce finale, est pourtant encore imprimée en 1852 à la fin d’un autre volume de Weigel :

Annonce publicitaire pour l’édition Stieren, dans un autre volume paru chez Weigel en 1852 (Google Books)

(On notera que sur cette publicité le tome 2 paraît même moins avancé que précédemment… Mais nous mettrons cela sur le compte d’une erreur puisque les descriptions indépendantes de 1850 et 1851 concordent.)

Et nous en arrivons enfin à 1853, année qui figure sur les pages de titre de la plupart des exemplaires en ligne, aussi bien du tome 1 que du tome 2. Cette année-là, justement, la bibliothèque de l’université de Glasgow porte au nombre de ses nouvelles acquisitions la deuxième partie du tome 1 et le second fascicule de la seconde partie du tome second, c’est-à-dire précisément tout ce qui manquait encore d’après les descriptions de 1850-1851 :

Dernières parties de l’édition Stieren au catalogue des nouvelles acquisitions de la bibliothèque de l’université de Glasgow, 1852-1853 (Google Books)

Un autre ouvrage de bibliographie, allemand celui-là, évoque parmi les nouveautés de 1853 le tome 1 de Stieren, parce qu’elle “contient p. XI-XXXIII : Prolégomènes sur les manuscrits et éditions du Contre les hérésies” :

Le tome 1 de Stieren signalé pour son étude des manuscrits et éditions d’Irénée, 1853 (Google Books)

“XXXIII” est certainement une erreur pour “XXXVIII”, comme on l’a vu plus haut. Enfin Rolte, en tête d’une longue recension pour la Zeitschrift für die gesammte katholische Theologie, décrit l’état final des deux tomes, en les datant tous deux non pas de 1853 mais de “1848-1853” :

Description de l’édition enfin complète, en tête de la recension de Rolte (Google Books)

Cette datation est plus exacte, on l’a vu, que de dater l’édition de l’une ou l’autre année.

Mais récapitulons. La situation est claire pour ce qui est du tome 2 : la première partie est parue en 1848, rejointe dès 1849 par le premier fascicule de la deuxième partie (p. 529-848) ; la fin (p. 849-1068), quoique promise pour 1851 puis 1852, n’a été livrée qu’en 1853.

Elle est moins claire, malheureusement, pour le tome 1. D’après Hefele, une première livraison s’arrêtait p. 320. C’est une borne plausible pour la fin du fascicule 1.1.1, et ce d’autant plus qu’avec la p. 321 commence le cahier numéro 21 [Google Books] . Le fascicule 1.1.2 paraît avoir été publié très vite aussi, mais s’arrêtait-il p. 496 (comme le premier volume du Michigan) ou bien p. 544 (d’après la recension de 1850) ? Dans la première hypothèse ce fascicule se composait des cahiers 21-31 ; dans la seconde, des cahiers 21-34.

Le cas des pages numérotées en romain est également intéressant. On l’a vu, Hefele mentionne une numérotation allant jusqu’à VIII seulement. La p. VIII, dans l’exemplaire du Michigan daté de 1848, correspond effectivement à la fin d’une préface datée de novembre 1848. Or en 1853 le chiffre monte jusqu’à XXXVIII — comprenant une dédicace datée de novembre 1852 (non paginée) et une préface également datée de novembre 1852, p. [IX]-X. Ces pages sont présentes dans l’exemplaire du Michigan, mais elles ne peuvent y être depuis 1848, date figurant sur la page de titre. Elles n’ont été publiées qu’en 1853 — mais les propriétaires de l’exemplaire du Michigan ont dûment relié ces nouvelles pages en leur lieu, entre la préface de 1848 et les premières pages de l’édition imprimées en 1848. Dès lors, on peut penser qu’une fois en possession de toutes les livraisons, en 1853, ils auront jugé que le volume en résultant était trop épais à leur goût… Et l’auront re-divisé eux-mêmes, vers le milieu, entre les pages 496 et 497. Cette explication permettrait de “sauver” la description de 1850 affirmant que l’édition avait paru jusqu’à la p. 544. C’est seulement en 1853 qu’ont été publiées toute la suite de l’édition — mais aussi la dédicace, la seconde préface, et, surtout, les prolégomènes.

Les livraisons de 1853 devaient comprendre également des pages de titre à cette date, à charge pour les relieurs de les disposer à la bonne place. Mais la maison Weigel, outre les “livraisons” partielles destinées à compléter celles de 1848 et 1849 pour qui les avait déjà, a peut-être aussi tiré cette année-là des exemplaires complets de l’état final, exemplaires complets qui se diffusèrent beaucoup mieux. Cela expliquerait en particulier que beaucoup d’exemplaires datés de 1853 s’ouvrent directement sur la dédicace… et ne donnent nulle part la “première” préface, datée de novembre 1848 et parue avec la première livraison. Le premier volume du Michigan en est, finalement, le seul exemplaire que je connaisse…

Fin de la préface de 1848 (HathiTrust)

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.