Un volume fantôme dans la collection Italia Sacra : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, 1961

Paolo Sambin publia en 1955 une étude intitulée Problemi politici attraverso lettere inedite di Innocenzo IV, sous l’égide de l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti. Memorie: Classe di Science morali e lettere, volume XXXI, fasc. III:

Page de titre de l'étude de Sambin, 1955
Page de titre de l’étude de Paolo Sambin parue en 1955

Sambin y édite les lettres formant le corpus de son étude, mais le manuscrit d’où il les tire en contient beaucoup d’autres. Il édite donc l’ensemble quelques années plus tard : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, Padova: Antenore, 1961 (Italia Sacra, 5).

Le problème, c’est que lorsqu’on va chercher le volume 5 de la collection Italia sacra, on trouve en général ce volume qui n’a rien à voir :

Bien plus, les exemplaires de l’édition Sambin semblent très rares. La chercheuse qui a attiré mon attention sur ce problème m’en a signalé trois exemplaires : à la BNC de Florence [lien], au Deutsches Historisches Institut de Rome [lien], et à la Sapienza [lien] ; j’en ai repéré un au séminaire diocésain de Milan [lien] ; et Worldcat en connaît seulement deux : à la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma [lien], et dans une bibliothèque de Lugano [lien]. Il y en a sûrement d’autres ici et là, mais, en tout cas, la diffusion de ce volume est sans commune mesure avec la diffusion de la collection Italia Sacra en général — et sans commune mesure en particulier avec la diffusion du volume 5 paru en 1964, Vescovi e diocesi in Italia nel Medioevo : de ce dernier, Worldcat, par exemple, connaît au moins vingt-huit exemplaires. Le Catalogue collectif de France recense quatre exemplaires de l’étude de 1955 et dix-huit exemplaires de Vescovi e diocesi — mais zéro de l’édition Sambin de 1961.

Et pourtant, cette édition Sambin non seulement existe bel et bien, mais elle a bel et bien été publiée en 1961 sous le numéro 5 de la collection Italia Sacra. Je suis forcé de l’admettre non seulement par l’exemplaire que j’ai finalement pu examiner, mais aussi par l’une des très rares mentions de l’ouvrage que j’aie trouvées où l’on puisse être certain que l’auteur a effectivement vu le livre qu’il mentionne. Il s’agit d’une brève recension signée A[lessandro] Pra[tesi], dans le Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano. IIIa serie, vol. 2-3 (1963-1964), p. 159. Or cette recension n’est, comment dire, pas très enthousiaste :

… l’éditeur ne tient pas compte des règles en usage pour la publication des sources documentaires, et ne fournit aucun élément pour identifier les personnages et dater les lettres (…). La présence de coquilles laisse parfois incertain si la leçon moins correcte de l’édition est vraiment celle que transmet le manuscrit, ou bien est la conséquence d’un lapsus typographique.

Effectivement, après un avertissement d’une petite trentaine de lignes, l’édition Sambin semble être à peine plus qu’une transcription du manuscrit, bien en dessous des standards scientifiques. Mais cela nous fournit peut-être une explication au mystère de sa rareté et de l’existence d’un autre volume Italia sacra 5 : on peut penser que peu après sa publication, alors que peu d’exemplaires encore avaient été mis en circulation, la collection se ravisa et décida de retirer le volume — et de le retirer à tel point que le numéro 5 fut ensuite réattribué à un tout autre livre, comme s’il ne s’était rien passé.

Ces décisions contradictoires s’expliquent peut-être par la présence de Paolo Sambin dans le comité scientifique de la collection Italia sacra. Cela a pu évidemment, dans un premier temps, contribuer à faire accepter un manuscrit qui ne répondait pas aux standards scientifiques. Mais cela a pu aussi contribuer ensuite à faire “disparaître” le volume, si son auteur lui-même l’a voulu ainsi : il avait voix au chapitre pour prendre les décisions en ce sens.

Tout n’est pas absolument clair néanmoins. L’achevé d’imprimer de l’édition Sambin est en date d’août 1961. Or les numéros 3-4 de la collection Italia sacra (tomes premier et second d’un recueil de mélanges en l’honneur de Pietro Pirri) présentent l’édition Sambin comme “en préparation”… en août 1962 :

Deux questions s’ensuivent. D’abord, pourquoi l’édition parue en 1961 reçut-elle le numéro 5, si les volumes 3-4 n’étaient pas parus à cette date ? Cela n’est pas inexplicable : les numéros 3 et 4 ont pu être attribués d’abord aux Mélanges Pirri, dont la réunion et la publication demandèrent ensuite un certain temps : l’édition Sambin aurait été très vite acceptée et imprimée dans l’intervalle. Ensuite, faut-il penser que Sambin envisageait encore, après le retrait de son édition, de la publier de nouveau, probablement en la portant cette fois au niveau des standards scientifiques ? Peut-être, mais il ne le fit jamais ; et si son nom reste encore longtemps inscrit au comité scientifique de la collection, le projet, lui, semble disparaître complètement. Il est aussi possible, si les Mélanges Pirri parurent en retard, que leurs contreplats parus “officiellement” en 1962 aient été en fait imprimés avant août 1961 et la publication de l’édition Sambin… édition que son auteur n’aurait donc jamais eu l’intention de perfectionner.

J’ai cru intéressant de publier ces éléments d’une enquête très sommaire, parce qu’ils n’ont pas été si simples que cela à réunir. Ils laissent entrevoir une rétractation et presque une damnatio memoriae, auto-infligée peut-être, assez inattendue pour une publication scientifique à pareille date… et surtout d’une surprenante efficacité puisque, soixante ans plus tard, il n’est facile ni de réunir ces éléments, ni de se convaincre que l’ouvrage existe bel et bien, ni enfin de le consulter. Le cas est-il rare ?

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.