L’expositio missae de Florus de Lyon : un état de la tradition

1.Introductionhttps://florus.hypotheses.org/2449
2.La tradition impriméehttps://florus.hypotheses.org/2449/2
3.La tradition manuscritehttps://florus.hypotheses.org/2449/3
4.Liste des manuscrits conservéshttps://florus.hypotheses.org/2449/4
Page de titre de la seule édition critique existante (cliquer sur l’image pour voir sur Internet Archive)

L’Opusculum de actione missarum (puisque c’est ainsi que Florus a intitulé son expositio missae) a connu une histoire riche et complexe, mais l’état des connaissances est tout juste suffisant pour l’entrevoir, et très insuffisant pour l’écrire. Bien que l’édition critique de Paul Duc ait joué un rôle majeur dans l’histoire de la théologie catholique au XXe siècle[1], elle est notoirement insatisfaisante sur le plan philologique.

On a notamment relevé son insuffisance sur l’identification des sources employées par Florus[2], mais elle n’est, hélas, pas vraiment meilleure sur la tradition propre de l’opuscule. À sa décharge, cela tient en partie aux conditions concrètes dans lesquelles Duc mena ses recherches : il n’a pas pu consulter tous les manuscrits qu’il connaissait, ni même toutes les éditions distinctes, et n’avait donc pas les ressources documentaires nécessaires pour dresser un état complet des différentes recensions, avec leurs relations et leurs témoins respectifs. Le problème est plutôt que, probablement embarrassé de cet état des choses, il s’efforça de ne pas le laisser voir ; il n’a pas voulu dire explicitement qu’il n’a pas vu certains des livres qu’il mentionne, ce qui peut d’abord laisser l’impression qu’il les a vus, puis, lorsqu’on s’est aperçu du problème, jette une incertitude générale sur la connaissance qu’il avait de chaque témoin[3]. Enfin, depuis bientôt un siècle que cette édition est parue, les progrès des connaissances et des instruments de recherche permettent d’affiner notre connaissance des témoins qu’il connaissait déjà, mais aussi d’identifier de nouveaux témoins.

La présente note n’a pas vocation à constituer une analyse complète de la tradition, qui ne pourrait sans doute être établie que par un examen beaucoup plus systématique et scrupuleux des manuscrits et éditions, dans le cadre d’une nouvelle édition critique. Les éléments que je rassemble ici reposent sur une recherche bibliographique aussi complète que possible, complétée par un examen sommaire des manuscrits faciles à consulter depuis mon bureau (ceux de la Vaticane et ceux qui sont numérisés) ; et non sur un examen systématique, exhaustif et minutieux des témoins. Malgré ses limites, cette enquête permet de beaucoup avancer le status quaestionis, de sorte que je ne crois pas inutile de fournir d’ores et déjà un état des données, et quelques hypothèses de travail.

Avancer à la page suivante



Citer ce billet
Pierre Chambert-Protat (2023, 19 juin). L’expositio missae de Florus de Lyon : un état de la tradition. Florus de Lyon. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oryn

Notes. —
  1. Étude sur l’Expositio missae de Florus de Lyon, suivie d’une édition critique du texte. Thèse de doctorat présentée à la Faculté de théologie de Lyon, Belley : Chaduc, 1937. En ligne : https://archive.org/details/Duc1937Florus. C’est parce qu’il fut appelé au jury de cette thèse, à l’improviste, qu’Henri de Lubac découvrit la théologie médiévale, ce qui l’amena d’abord à écrire Corpus mysticum. Cf. préface de la réédition, et Mémoire sur l’occasion de mes écrits. []
  2. Voir notamment Jean-Paul Bouhot, “Fragments attribués à Vigile de Thapse dans l’Expositio missae de Florus de Lyon”, dans Revue d’Etudes Augustiniennes et Patristiques 21:3-4 (1975), 302-316. DOI: 10.1484/J.REA.5.104304. Un gros travail en ce sens a été fait par Guillaume D. Vanier, Sequitur in mysterio. L’Opusculum de actione missarum de Florus de Lyon, mémoire de licence canonique, Institut Catholique de Paris, 2017, tome 1 : texte de travail. En ligne : https://www.academia.edu/35588044. []
  3. Voir un exemple que j’ai déjà mentionné dans un précédent billet, Bibliographie en ligne : les Patrologies avant Migne ; la même chose vaut pour l’édition princeps, dont il dit qu’elle est “devenue à peu près introuvable” (p. 44) pour ne pas dire qu’il ne l’a pas trouvée… []

Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

More Posts - Website - Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search