Tous les articles par Pierre Chambert-Protat

Philologue. Assistant au département des manuscrits de la Bibliothèque Apostolique Vaticane.

Un volume fantôme dans la collection Italia Sacra : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, 1961

Paolo Sambin publia en 1955 une étude intitulée Problemi politici attraverso lettere inedite di Innocenzo IV, sous l’égide de l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti. Memorie: Classe di Science morali e lettere, volume XXXI, fasc. III:

Page de titre de l'étude de Sambin, 1955
Page de titre de l’étude de Paolo Sambin parue en 1955

Sambin y édite les lettres formant le corpus de son étude, mais le manuscrit d’où il les tire en contient beaucoup d’autres. Il édite donc l’ensemble quelques années plus tard : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, Padova: Antenore, 1961 (Italia Sacra, 5).

Le problème, c’est que lorsqu’on va chercher le volume 5 de la collection Italia sacra, on trouve en général ce volume qui n’a rien à voir :

Bien plus, les exemplaires de l’édition Sambin semblent très rares. La chercheuse qui a attiré mon attention sur ce problème m’en a signalé trois exemplaires : à la BNC de Florence [lien], au Deutsches Historisches Institut de Rome [lien], et à la Sapienza [lien] ; j’en ai repéré un au séminaire diocésain de Milan [lien] ; et Worldcat en connaît seulement deux : à la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma [lien], et dans une bibliothèque de Lugano [lien]. Il y en a sûrement d’autres ici et là, mais, en tout cas, la diffusion de ce volume est sans commune mesure avec la diffusion de la collection Italia Sacra en général — et sans commune mesure en particulier avec la diffusion du volume 5 paru en 1964, Vescovi e diocesi in Italia nel Medioevo : de ce dernier, Worldcat, par exemple, connaît au moins vingt-huit exemplaires. Le Catalogue collectif de France recense quatre exemplaires de l’étude de 1955 et dix-huit exemplaires de Vescovi e diocesi — mais zéro de l’édition Sambin de 1961.

Et pourtant, cette édition Sambin non seulement existe bel et bien, mais elle a bel et bien été publiée en 1961 sous le numéro 5 de la collection Italia Sacra. Je suis forcé de l’admettre non seulement par l’exemplaire que j’ai finalement pu examiner, mais aussi par l’une des très rares mentions de l’ouvrage que j’aie trouvées où l’on puisse être certain que l’auteur a effectivement vu le livre qu’il mentionne. Il s’agit d’une brève recension signée A[lessandro] Pra[tesi], dans le Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano. IIIa serie, vol. 2-3 (1963-1964), p. 159. Or cette recension n’est, comment dire, pas très enthousiaste :

… l’éditeur ne tient pas compte des règles en usage pour la publication des sources documentaires, et ne fournit aucun élément pour identifier les personnages et dater les lettres (…). La présence de coquilles laisse parfois incertain si la leçon moins correcte de l’édition est vraiment celle que transmet le manuscrit, ou bien est la conséquence d’un lapsus typographique.

Effectivement, après un avertissement d’une petite trentaine de lignes, l’édition Sambin semble être à peine plus qu’une transcription du manuscrit, bien en dessous des standards scientifiques. Mais cela nous fournit peut-être une explication au mystère de sa rareté et de l’existence d’un autre volume Italia sacra 5 : on peut penser que peu après sa publication, alors que peu d’exemplaires encore avaient été mis en circulation, la collection se ravisa et décida de retirer le volume — et de le retirer à tel point que le numéro 5 fut ensuite réattribué à un tout autre livre, comme s’il ne s’était rien passé.

Ces décisions contradictoires s’expliquent peut-être par la présence de Paolo Sambin dans le comité scientifique de la collection Italia sacra. Cela a pu évidemment, dans un premier temps, contribuer à faire accepter un manuscrit qui ne répondait pas aux standards scientifiques. Mais cela a pu aussi contribuer ensuite à faire “disparaître” le volume, si son auteur lui-même l’a voulu ainsi : il avait voix au chapitre pour prendre les décisions en ce sens.

Tout n’est pas absolument clair néanmoins. L’achevé d’imprimer de l’édition Sambin est en date d’août 1961. Or les numéros 3-4 de la collection Italia sacra (tomes premier et second d’un recueil de mélanges en l’honneur de Pietro Pirri) présentent l’édition Sambin comme “en préparation”… en août 1962 :

Deux questions s’ensuivent. D’abord, pourquoi l’édition parue en 1961 reçut-elle le numéro 5, si les volumes 3-4 n’étaient pas parus à cette date ? Cela n’est pas inexplicable : les numéros 3 et 4 ont pu être attribués d’abord aux Mélanges Pirri, dont la réunion et la publication demandèrent ensuite un certain temps : l’édition Sambin aurait été très vite acceptée et imprimée dans l’intervalle. Ensuite, faut-il penser que Sambin envisageait encore, après le retrait de son édition, de la publier de nouveau, probablement en la portant cette fois au niveau des standards scientifiques ? Peut-être, mais il ne le fit jamais ; et si son nom reste encore longtemps inscrit au comité scientifique de la collection, le projet, lui, semble disparaître complètement. Il est aussi possible, si les Mélanges Pirri parurent en retard, que leurs contreplats parus “officiellement” en 1962 aient été en fait imprimés avant août 1961 et la publication de l’édition Sambin… édition que son auteur n’aurait donc jamais eu l’intention de perfectionner.

J’ai cru intéressant de publier ces éléments d’une enquête très sommaire, parce qu’ils n’ont pas été si simples que cela à réunir. Ils laissent entrevoir une rétractation et presque une damnatio memoriae, auto-infligée peut-être, assez inattendue pour une publication scientifique à pareille date… et surtout d’une surprenante efficacité puisque, soixante ans plus tard, il n’est facile ni de réunir ces éléments, ni de se convaincre que l’ouvrage existe bel et bien, ni enfin de le consulter. Le cas est-il rare ?

La parution de l’édition Stieren du Contre les hérésies

En examinant les éditions successives du Contre les hérésies, je ne comprenais pas pourquoi la bibliographie date généralement l’édition d’Adolf Stieren de 1848, alors que les volumes que j’en trouvais sont clairement datés de 1853. J’avais fini par penser que cette date de 1848 était une de ces minuscules erreurs, généralement sans importance, qu’un premier chercheur peut avoir commises en retranscrivant mal des notes peut-être hâtives, et dont les lecteurs répètent ensuite l’erreur faute d’avoir vérifié. Mais j’ai été formellement démenti lorsque, passant en revue les exemplaires consultables en ligne (cf. Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)) j’en ai trouvé un effectivement daté de 1848. Or, dans le dossier qui m’occupe en ce moment à travers Irénée, ces cinq petites années de différence changent toute l’histoire… Je me suis donc efforcé de débrouiller les dates et modalités de publication de l’édition Stieren.

Continuer la lecture de La parution de l’édition Stieren du Contre les hérésies

Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)

J’avais besoin de confronter un peu les différentes éditions modernes du Contre les hérésies d’Irénée. Or, pour diverses raisons plus ou moins bonnes que j’ai déjà expliquées ici ou là sur ce carnet, il est assez fastidieux de trouver ce qu’on cherche dans l’immensité des imprimés modernes numérisés… Parvenu à un certain point, j’ai cru plus “simple” de prendre le problème à bras le corps et de recenser les volumes une bonne fois pour toutes, plutôt que de devoir les chercher et re-chercher ponctuellement. Voici donc une liste, assez brute, que je publie ici en espérant qu’elle fera, une fois de temps en temps, gagner quelques minutes à d’autres qu’à moi.

Continuer la lecture de Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)

Transmettre et éditer : autour de l’exhortation d’Irénée aux copistes

Ces réflexions ont commencé par des remarques faites un peu à la volée sur Twitter, les 9 et 11 mai 2022 [lien], et nourries par les judicieuses remarques de @ellebore_noir, @LeCheikh et @mahaut_h, que je remercie beaucoup. J'ai synthétisé, prolongé un peu et formalisé ici ces quelques réflexions, mais ne prétends aucunement que la question soit très originale ; je présume au contraire qu'elle aura déjà été soulevée et traitée bien mieux qu'ici dans l'abondante bibliographie relative à Irénée.

Érasme, en tête de son édition princeps du Contre les hérésies d’Irénée (1526), met à l’honneur une exhortation du même Irénée aux futurs copistes de ses œuvres :

Image de l'exhortation d'Irénée aux copistes dans l'édition princeps du Contre les hérésies (Erasme, 1526)
L’exhortation d’Irénée aux copistes telle qu’Érasme l’imprime en 1526 en exergue du Contre les hérésies (cliquer pour voir sur Google Books)

Toi qui copies ce livre, je t’en conjure par Jésus Christ le Seigneur, et par sa glorieuse venue où il doit juger vivants et morts : quand tu l’auras copié, collationne-le et corrige-le d’après l’exemplaire dont tu as pris copie, très soigneusement ; et cette exhortation aussi, copie-la comme tu l’as trouvée dans ton modèle.

Mais cette exhortation ne vient pas du Contre les hérésies ; en fait, assez ironiquement, elle vient d’une œuvre d’Irénée qui n’a pas été assez copiée pour survivre… Érasme l’a trouvée Continuer la lecture de Transmettre et éditer : autour de l’exhortation d’Irénée aux copistes

L’index du “Journal des Savants” 1665-1750

En 1753 commença la publication d’un index général du Journal des Savants pour les années de sa création (1665) à 1750 : instrument de recherche précieux pour s’orienter dans le premier siècle, particulièrement hétéroclite, du “plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe” (Wikipedia).

Malheureusement il n’est pas très simple de trouver cet index en ligne, en partie pour des raisons d’évolution des pratiques : les catalogues de bibliothèques ont eu tendance à subsumer ce genre de volumes de tables sous le titre du périodique qu’elles décrivent, pour aider les lecteurs à les trouver ; mais comme ils sont en fait hors-série, ils ont pu échapper aux campagnes de numérisation du périodique lui-même. C’est clairement ce qui est arrivé à la bibliothèque Nationale de France : celle-ci a mis en libre accès sur Gallica les volumes du Journal des Savants lui-même de 1665 à 1950 (barrière mobile de 70 ans) [lien], et la notice du catalogue correspondante mentionne bien l’existence des tables 1665-1750 [lien], mais sans lien avec la notice qui les catalogue en propre [lien] — et elles ne sont pas numérisées.

(Je signale au passage que Persée a mis en ligne les volumes de 1909-2016 (barrière mobile de 5 ans) [lien], y compris la table pour les années 1909-1938 parue en 1942 : cliquer sur l’onglet “numéros thématiques”. Persée indexe aussi les contributeurs de chaque volume, ce qui n’est pas le cas de Gallica/BNF.)

En guise de pense-bête, et en espérant que cela puisse aussi servir à d’autres, je mets donc ici les liens vers les dix volumes d’un même exemplaire, appartenant à la New York Public Library et numérisé par Google Books :

Table générale des matiéres contenues dans le Journal des Savans de l’édition de Paris, depuis l’année 1665 qu’il a commencé, jusqu’en 1750 inclusivement, avec les noms des auteurs, les titres de leurs ouvrages, et l’extrait des jugemens qu’on en a portés,10 t., Paris, Briasson, 1753-1764

En ligne : la meilleure édition existante du “rapport” de Leidrat à Charlemagne (v. 813)

En 798 meurt l’évêque Adon de Lyon, qui occupait ce siège depuis au moins une trentaine d’années. Charlemagne nomme pour lui succéder un de ses propres intimes, proche de son principal conseiller Alcuin, le bavarois Leidrat (Leidrade). Une quinzaine d’années plus tard, Leidrat adresse à l’Empereur une lettre dans laquelle il détaille les mesures et les résultats de son administration. Formes institutionnelles, immobilier, mobilier : tout est passé en revue. C’est une source de premier ordre d’abord pour l’histoire lyonnaise, mais aussi plus largement pour l’histoire carolingienne, puisqu’elle nous donne une vision intérieure de la manière dont l’administration carolingienne agissait et voyait son action.

La transmission manuscrite de ce texte pose cependant quelques problèmes : il nous parvient par les copies médiévales de plusieurs établissements ecclésiastiques lyonnais, qui n’ont pas hésité, au passage, à se rajouter dans le texte, pour faire la preuve de leur ancienneté.

Or, l’édition la plus couramment citée, parce que la plus facile d’accès, n’est pas la meilleure disponible. C’est celle qu’a procurée Ernst Dümmler, dans les Monumenta Germaniae Historica : Epistolae 4 (= Epistolae Karolini Aevi 2), Berlin, 1895, p. 542-544 [dMGH]. Cette édition de Dümmler repose sur la collation, par son collègue Wilhelm Arndt, d’une copie, par Pierre-François Chifflet (1592-1681), de deux manuscrits lyonnais non conservés et de date inconnue.

Une édition beaucoup plus sûre, assortie d’un exposé détaillé de la tradition (manuscrite et éditoriale) et d’une analyse historique, a été procurée depuis par Alfred Coville, dans ses Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 266-296 (le texte lui-même occupant les p. 283-287).

Malgré cela, la lettre de Leidrat est encore couramment citée d’après l’édition obsolète de Dümmler, comme je le disais, pour la seule raison que les MGH sont une collection de référence beaucoup plus connue et beaucoup plus répandue que l’ouvrage de Coville. Cependant, Coville étant mort en 1942 [Wikipédia], son ouvrage est dans le domaine public depuis le 1er janvier 2013, si je ne m’abuse [Wikipédia]. L’obstacle concret que constitue sa rareté (relative) pourrait donc être levé par la numérisation. Mais je n’en ai pas trouvé d’exemplaire numérisé à ce jour. En attendant une numérisation digne de ce nom, intégrale et de qualité, je mets donc en ligne mes vilaines photos de mon propre exemplaire (pour ces pages seulement) :

https://archive.org/details/Coville_ed_Leidrade

[Ajout du même jour] Sur une suggestion de Charles West, j’ajoute quelques indications sur les principales différences entre le texte de Dümmler et celui de Coville.

Un dépouillement rapide des notes de bas de page de Coville (où le texte de Dümmler est siglé E) montre au début du texte des différences mineures ; l’une d’elles cependant me paraît importante à signaler : Leidrat n’est plus “archiepiscopus” (Dümmler p. 542, 7) mais “episcopus”.

Les choses se gâtent gravement dans le passage où Leidrat parle des travaux qu’il a fait faire dans les différents établissements ecclésiastiques de Lyon, puisque Coville rejette comme interpolés deux passages à la gloire de Saint-Pierre-les-Nonnains, et deux autres à la gloire de l’Île-Barbe… Voici, en gros, les passages incriminés du texte de Dümmler :

Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 543
Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 544

Notons enfin que le paragraphe suivant, concernant Saint-Rambert, est absent d’une bonne partie de la tradition (même si Coville le conserve, cf. sa note 13 p. 286) ; et que le dernier paragraphe, que Dümmler avait signalé par une astérisque, est analysé par Coville comme un fragment d’un tout autre document, collé là par erreur. Il l’édite et l’analyse à part, p. 287-8.

Annonce – Atelier médio-latin du 18 juin

Camille Gerzaguet et moi-même interviendrons lors d’une séance virtuelle de l’Atelier médio-latin, vendredi 18 juin 2021, de 10h à 13h.

Pour obtenir les identifiants de connexion, merci de nous contacter : soit par la messagerie directe de mon compte Twitter, soit ma collègue à l’adresse camille.gerzaguet@univ-montp3.fr.

Il sera abondamment question de manuscrits et lecteurs carolingiens d’Ambroise de Milan.

Camille Gerzaguet parlera de « Bernhard Bischoff et la catena biblique d’Hélisachar »

Ma propre intervention s’intitule « Le lys dans les épines. Une œuvre manquante de Florus »

Codicologie et histoire des textes : à propos de la “Collection de Lyon” des sermons d’Augustin

À l’invitation des organisateurs du séminaire de « Codicologie quantitative & sociologie du livre médiéval » du LAMOP, j’ai donné le 11 février dernier une communication en ligne intitulée “Travailler : non seulement sur des textes, mais dans des livres”. Cette communication a été enregistrée et est désormais visible via le programme du séminaire :

Ne me sentant ni très codicologue, ni très sociologue, j’ai néanmoins tenté de trouver un terrain à mi-chemin en abordant un sujet qui me tient particulièrement à cœur, la manière dont la matérialité de la transmission influe sur les textes transmis, via les acteurs de la transmission. Et alors que j’avais initialement pensé illustrer cette dimension avec un choix de cas variés, j’ai été amené, en préparant la communication, à me concentrer sur un unique manuscrit, à la fois pour son importance historique et parce qu’il illustre le sujet sur un spectre très large :

Lyon, BM, 604
+ Lyon, BM, 788 f. 49–58
+ Paris, BNF, NAL 1594

Il n’est pas question de refaire ici ma communication ; je me contenterai ici de résumer mes conclusions et de donner une bibliographie.

Ce manuscrit (ou, plutôt, ses restes), que l’on estime du début du VIIe siècle, contient une collection de sermons de saint Augustin unique en son genre, ce qui lui confère dans la transmission des sermons d’Augustin une place singulière. Plusieurs spécialistes ont ainsi pu montrer que ce manuscrit, ce manuscrit et aucun autre, par sa matérialité, a eu un impact lourd et durable sur tout ou partie de la transmission de tel ou tel sermon. Son importance — et les problèmes qu’il pose ! — est donc bien connue, mais j’ai été surpris de constater qu’il n’existe pas d’étude d’ensemble qui fasse, d’une part, la synthèse de ces différents “cas” d’histoire des textes tous dépendants d’un même manuscrit, et qui d’autre part joigne toutes ces conséquences à leur cause commune, la codicologie et surtout l’histoire codicologique du manuscrit. C’est donc à cela que je me suis employé.

La collection de sermons augustiniens transmise par ce codex n’est transmise, comme collection, par aucun autre manuscrit, ni conservé ni attesté ; mais elle a influencé plusieurs autres collections médiévales. Ces deux faits sont connus et, indépendamment l’un de l’autre, ils n’ont rien d’exceptionnel. La transmission des sermons connaît d’une part d’autres “isolats” (la collection de Wolfenbüttel, celle de Mayence), et connaît d’autre part de nombreuses interactions entre collections médiévales. Cela explique peut-être qu’on ne se soit pas avisés à quel point les deux faits, pris ensemble, sont curieux. Voici un manuscrit auquel plusieurs collectionneurs de sermons d’Augustin au fil des siècles ont trouvé un grand intérêt — mais personne ne l’a jamais copié tel quel, chacun s’est contenté d’y prélever quelques morceaux çà et là. Cette bizarrerie s’explique, à mon avis, par l’histoire matérielle du manuscrit. Lorsque l’érudition augustinienne le “redécouvrit”, c’est-à-dire à Lyon au IXe siècle, elle dut le trouver simultanément irremplaçable et inutilisable — comme il est aujourd’hui, en un sens, et pour les mêmes raisons qu’aujourd’hui. Irremplaçable, parce qu’il contient plusieurs textes rarissimes, et que la collection dans son ensemble n’est connue que par lui. Inutilisable, parce que la collection dans son ensemble et certains textes en particulier présentaient déjà des trous béants, en raison de la perte de plusieurs cahiers… eux-mêmes irremplaçables. Ainsi, il était simultanément impossible de la jeter parce qu’inutilisable, et de la copier parce qu’irremplaçable. La seule solution était de la garder précieusement, peut-être avec l’espoir de retrouver un second exemplaire de la collection entière ou de tel ou tel texte accidenté qui permettrait de “combler les vides” — et, en attendant, d’exploiter pour les travaux en cours ce qui pouvait l’être, çà et là.

Jamais copié, mais sans cesse étudié, Lyon 604 a ainsi joué dans l’histoire des sermons d’Augustin un rôle important, tout entier dans cette tension entre problèmes matériels et projets intellectuels.

Bibliographie

Numérisations

Sur le codex comme tel

  • Description de Lyon 604 (alors coté 521) — Léopold Delisle, “Notices sur plusieurs anciens manuscrits de la Bibliothèque de Lyon”, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques 29 (1880), p. 363–403, spéc. p. 369–371 [sur Archive]
  • Rapprochement du fragment Lyon 788 (alors coté 706) — Exupère Caillemer, “Notices et extraits de manuscrits de la bibliothèque de Lyon”, dans Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Classe des Lettres 20 (1881), p. 39–88, spéc. p. 84 [sur Archive]
  • Rapprochement du fragment volé par Libri — Léopold Delisle, “Observations sur très anciens manuscrits du fonds Libri”, dans Idem, Les manuscrits du comte d’Ashburnham, Paris, 1883, p. 27–48, spéc. p. 38–39 [sur Archive]
  • Description du fragment volé par Libri après recouvrement par la bibliothèque Nationale (sous la cote NAL 1594) — Léopold Delisle, Catalogue des manuscrits des fonds Libri et Barrois, Paris, 1888, p. 21–22 (s.n. XIV) [sur Archive]
  • Description de Lyon 604 + Lyon 788 f. 49–85 — Auguste Molinier et Félix Desvernay, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, t. 30 : Lyon, 1e partie, Paris, 1901, spéc. p. 157–158 [sur Archive]
  • Elias Avery Lowe, Codices Lugdunenses Antiquissimi, Lyon, 1924, spéc. p. 25, 36–37, pl. I, XVI–XVII
  • Elias Avery Lowe, Codices Latini Antiquiores, t. 6 : France : Abbeville – Valenciennes, Oxford, 1953, s.n. 783
  • Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), t. 3 : Padua — Zwickau, Wiesbaden, 2014, s.n. 5093a

Sur la collection comme telle

  • Notice synthétique — Cyrille Lambot, “Introduction”, dans Idem (éd.), Aurelii Augustini opera, pars XI, t. 1 : Sermones de Vetere Testamento (serm. 1–50), Turnhout, 1961 (Corpus Christianorum Series Latina, 41), p. VII–XXXV, spéc. p. XV
  • Notice synthétique — Pierre-Patrick Verbraken, Études critiques sur les sermons authentiques de saint Augustin, Turnhout, 1976 (Instrumenta patristica et mediaevalia, 12), spéc. p. 215 [DOI: 10.1484/m.ipm-eb.5.112107]
  • Notice synthétique — Luc De Coninck et al., “Introduction”, dans Pierre-Patrick Verbraken et al. (éds.), Aurelii Augustini opera, pars XI, t. 2 : Sermones in Matthaeum, I (serm. 51–70), Turnhout, 2008 (Corpus Christianorum Series Latina, 41Aa), p. VII–LIII, spéc. p. XXXII–XXXIII

Sur des sermons en particulier

  • s.60, s.389 — Cyrille Lambot, “Les sermons LX et CCCLXXXIX de Saint Augustin sur l’aumône”, dans Revue bénédictine 58 (1948), p. 23–52 [DOI : 10.1484/J.RB.4.00193]
  • s.2, s.9 — Cyrille Lambot, “Le sermon IX de saint Augustin : «De decem chordis»”, dans Augustinus Magister, Paris, 1954, t. 1, p. 169–173 ; éd. Lambot 1961, CCSL 41 (cf. supra), p. 7, p. 100
  • s.341, s.341 augm. = Dolbeau 22 — François Dolbeau, “Nouveaux sermons de saint Augustin pour la conversion des païens et des donatistes (VII)”, dans Revue des études augustiniennes 40 (1994), p. 143–196 [DOI : 10.1484/J.REA.5.104702] ; Idem, Augustin d’Hippone: Vingt-six sermons au peuple d’Afrique retrouvés à Mayence, 2e éd., Paris, 2009

Un nouveau témoin, moderne, de l’Expositio augustinienne de Florus de Lyon

Émilie Nadal, historienne de l’art qui travaille sur les manuscrits des dominicains à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse, a eu l’amabilité de me signaler un témoin de l’Expositio augustinienne de Florus de Lyon sur saint Paul, passé inaperçu jusqu’ici. Je l’en remercie beaucoup, ainsi que pour les indications et les photos qu’elle m’a fournies. Continuer la lecture de Un nouveau témoin, moderne, de l’Expositio augustinienne de Florus de Lyon

Les Patrologies avant Migne — BP12-16 (1639-1672)

Qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ? Voyez le billet d’introduction « Bibliographie en ligne : les Patrologies avant Migne », ici.

Cette note recense des exemplaires des patrologies suivantes :

  • BP12 — 1639 — Noua Bibliotheca veterum Patrum et scriptorum ecclesiasticorum siue supplementum Bibliothecae Patrum. — Parisiis, apud Aegidium Morellum, 1639. — 2 vol.
  • BP13 — 1644 — Magna bibliotheca veterum patrum et antiquorum scriptorum ecclesiasticorum (graeco-latina). — Parisiis, sumptibus Aegidii Morelli, 1644. — 17 vol.
  • BP14 — 1648 — Graecolatinae Patrum Bibliothecae nouum auctarium. Tomus duplex, alter exegeticus, alter historicus et dogmaticus.
  • BP15 — 1654 — Magna Bibliotheca veterum Patrum et antiquorum scriptorum ecclesiasticorum (graeco-latina). — Parisiis, apud Ioannem Billaine, Simeonem Piget, Frederic. Leonard, 1654. — 17 vol.
  • BP16 — Bibliothecae Graecorum Patrum auctarium nouissimum… ; Franciscus Combefis… pleraque noua produxit, omnia recensuit… — Parisiis, sumptibus Aegidii Hoto, 1672. — 2 parties en 1 vol.

Continuer la lecture de Les Patrologies avant Migne — BP12-16 (1639-1672)

Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire

En décembre 2019, j’ai voulu relever sur Twitter un défi qui me tentait depuis plusieurs années : un “calendrier de l’Avent” des manuscrits de travail de Florus de Lyon ().

Je n’ai malheureusement réussi à tenir que les 18 premiers jours, mais l’expérience a été intéressante. Le modèle du calendrier de l’Avent offre un prétexte pour présenter chaque jour un nouveau manuscrit ; Twitter oblige à la concision tout en permettant d’illustrer le propos avec des images ; et on procure ainsi dans un intervalle de temps réduit un panorama de la question, fût-il sommaire, avec un “album paléographique” minimal.

Outre la volonté de diffuser mes recherches, de donner au public l’occasion de voir ces manuscrits avec toute leur richesse et tous les problèmes qu’ils posent, c’était aussi pour moi l’occasion d’entamer un état des lieux qui manque à la recherche sur Florus de Lyon. Car depuis que j’ai commencé à travailler sur Florus il y a une dizaine d’années, on m’a plusieurs fois demandé combien au juste on conserve de manuscrits de travail de Florus… et j’ai toujours été bien embarrassé pour répondre.

Continuer la lecture de Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire

Digitized medieval manuscripts of the Biblioteca Nazionale Centrale di Roma

I recently learnt, through my colleague Laetitia Ciccolini, that the National Library in Rome has digitized and released online some of their medieval manuscripts[1]. My tweet about it has had much more echo than I expected, which I’d interpret as a sign that this digital repository was still little known:

ImageImage

In fact, the repository is regrettably poorly devised, if not frankly user-hostile. You can’t easily know what books are or aren’t available, since the shelfmarks are not displayed — and the “Advanced Search” hardly helps. The embedded reader doesn’t allow you to do much, aside blindfoldedly leafing through the book; there is no easy way to provide a usable link to this or that page, and of course there isn’t a download button anywhere, not even for individual pictures. All beginner’s mistakes that ought to disappear from all medieval manuscripts digital repositories; and we can only hope that the BNC Rome will sometime come up with a newer version of their platform that allows researchers to actually work on their resources.

In the meantime, I thought it useful to provide at least a handlist of the 69 manuscripts that are indeed available.

Continuer la lecture de Digitized medieval manuscripts of the Biblioteca Nazionale Centrale di Roma

Notes. —
  1. They also have a repository for “Modern and Contemporary Manuscripts” which, as for now, helds 6’191 items. []

Charpin et l’Île-Barbe — quelques gazouillis

Depuis plusieurs mois, la nécessité de rédiger un certain nombre de choses (articles, mais aussi projets de recherche) m’a empêché de publier de nouvelles notes sur ce carnet. Je me suis pourtant fait l’écho sur Twitter de quelques recherches hâtives. Comme ce support est fragile et qu’il n’est pas facile d’y retrouver ce qu’on est pourtant certain d’y avoir lu (ou posté soi-même), je reproduis ici ces éléments épars, du moment qu’ils me paraissent utiles pour d’autres recherches futures.

La Vie de Cyprien par Pontius de Carthage : édition d’Étienne Charpin, 1554

La série de tweets dont je reproduis la teneur ici [en date du 4 septembre 2018] commente l’édition de la Vie de Cyprien de Pontius de Carthage qu’a procurée Étienne Charpin en 1554 [consultable sur Google Books].

Continuer la lecture de Charpin et l’Île-Barbe — quelques gazouillis

Turner’s “EOMIA” — The Councils in Bibliographical Circles of Hell

N.B. I’m not a native English speaker, and I’m not keen on bothering friends and colleagues with proofreading. This means that you’ll have to pardon my French, my mistakes and/or stylistic blunders. Or even better, you can report them to me in comments, so that I can improve both this note’s quality and my proficiency in English. Thanks!

There is a very special place in hell for scholars who conceived complex series that won’t fit into any bibliographical standard. Such are Turner’s EOMIA:

Cuthbert Hamilton Turner, Ecclesiae Occidentalis Monumenta Iuris Antiquissima. Canonum et Conciliorum Graecorum interpretationes latinae, Oxford, 1899–1939

Turner gathered here all the pieces he could find regarding the Latin tradition of the first Greek Councils. For a given Council, for example Nicæa, you will not find the Greek texts, but rather their Antique Latin translations: that is, the versions that were actually read, copied and used in the West throughout the Middle Ages. And you’ll also find the Latin Late Antique and Mediaeval pieces relevant to the making, diffusion and understanding of these conciliar documents: third-party contemporaneous texts that eventually complete them, or the Latin translator’s introductions, or other pieces of scholarship that accompany these translations in the manuscripts. And, of course, Turner’s introductions, descriptions of manuscripts, summaries of handwritten traditions, critical notes, tables, indices, etc. etc.

The EOMIA are a monumental piece of scholarship. But it’s almost as difficult to comprehend as the nightmarish and tentacular handwritten tradition that it’s dealing with.

Continuer la lecture de Turner’s “EOMIA” — The Councils in Bibliographical Circles of Hell

Lyon’s role in the history of texts: a keystone, Reg. lat. 331

With this blog article I’d like to celebrate the release of a digitization I’ve long been waiting for: MS Città del Vaticano, Bib. Apost. Vat., Reg. lat. 331 [here]. Jean-Baptiste Piggin, who does an amazing work monitoring the Vatican Library’s digitizations website [here], figured out that it was released between May 17th and May 25th, 2017. There’s a bit of bibliography on the codex, as you can see from the Vatican’s database [here]; the most careful, precise and recent studies on the codex itself can be found in Angel Anglada Anfruns’ latin (!) articles.

The head of the codex is lost; it now starts within Augustine’s epistle 140, which is actually more of a treatise, “on the New Testament’s grace” (f. 1r-22r; starting point: “mercede utilissima”, ed. CSEL 44, p. 164,25). Then we find epistles 137 (f. 22r-28v), 136 (f. 28v-29v), 138 (f. 29v-36r), 98 (f. 36r-39r). After this small collection of Augustine’s epistles, we go on with Pacian of Barcelona’s works, shortly interrupted by some Paulinus of Nola’s epistles, as follows: Pacian’s paraenesis (or de paenitentibus, f. 39r-44v); Paulinus’s epistle 40 (f. 44v-50r); Paulinus’s epistle 24 in an abbreviated form (f. 50r-54v); Pacian’s de baptismo (f. 54v-57v); Pacian’s epistle 1 (f. 57v-61r); Pacian’s epistle 2 (f. 61r-64r); Pacian’s epistle 3 (or contra tractatus Novatianorum, f. 64v-76r). After that, we read a collection of excerpts from historians: Eusebius (in Rufinus’ Latin translation) and Bede. You can see André Wilmart’s catalogue of Reginenses latini 1–500 for more details.

When you come to the Carolingian Lyon’s role in the history of Latin texts, this manuscript is an actual keystone. It illustrates on many levels the various kind of informations that you can gather from preserved manuscripts.

Continuer la lecture de Lyon’s role in the history of texts: a keystone, Reg. lat. 331