Archives de catégorie : Billets

Les Patrologies avant Migne — BP12-16 (1639-1672)

Qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ? Voyez le billet d’introduction « Bibliographie en ligne : les Patrologies avant Migne », ici.

Cette note recense des exemplaires des patrologies suivantes :

  • BP12 — 1639 — Noua Bibliotheca veterum Patrum et scriptorum ecclesiasticorum siue supplementum Bibliothecae Patrum. — Parisiis, apud Aegidium Morellum, 1639. — 2 vol.
  • BP13 — 1644 — Magna bibliotheca veterum patrum et antiquorum scriptorum ecclesiasticorum (graeco-latina). — Parisiis, sumptibus Aegidii Morelli, 1644. — 17 vol.
  • BP14 — 1648 — Graecolatinae Patrum Bibliothecae nouum auctarium. Tomus duplex, alter exegeticus, alter historicus et dogmaticus.
  • BP15 — 1654 — Magna Bibliotheca veterum Patrum et antiquorum scriptorum ecclesiasticorum (graeco-latina). — Parisiis, apud Ioannem Billaine, Simeonem Piget, Frederic. Leonard, 1654. — 17 vol.
  • BP16 — Bibliothecae Graecorum Patrum auctarium nouissimum… ; Franciscus Combefis… pleraque noua produxit, omnia recensuit… — Parisiis, sumptibus Aegidii Hoto, 1672. — 2 parties en 1 vol.

Continuer la lecture de Les Patrologies avant Migne — BP12-16 (1639-1672)

Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire

En décembre 2019, j’ai voulu relever sur Twitter un défi qui me tentait depuis plusieurs années : un “calendrier de l’Avent” des manuscrits de travail de Florus de Lyon ().

Je n’ai malheureusement réussi à tenir que les 18 premiers jours, mais l’expérience a été intéressante. Le modèle du calendrier de l’Avent offre un prétexte pour présenter chaque jour un nouveau manuscrit ; Twitter oblige à la concision tout en permettant d’illustrer le propos avec des images ; et on procure ainsi dans un intervalle de temps réduit un panorama de la question, fût-il sommaire, avec un “album paléographique” minimal.

Outre la volonté de diffuser mes recherches, de donner au public l’occasion de voir ces manuscrits avec toute leur richesse et tous les problèmes qu’ils posent, c’était aussi pour moi l’occasion d’entamer un état des lieux qui manque à la recherche sur Florus de Lyon. Car depuis que j’ai commencé à travailler sur Florus il y a une dizaine d’années, on m’a plusieurs fois demandé combien au juste on conserve de manuscrits de travail de Florus… et j’ai toujours été bien embarrassé pour répondre.

Continuer la lecture de Les manuscrits “de Florus” conservés — état des lieux sommaire

Digitized medieval manuscripts of the Biblioteca Nazionale Centrale di Roma

I recently learnt, through my colleague Laetitia Ciccolini, that the National Library in Rome has digitized and released online some of their medieval manuscripts[1]. My tweet about it has had much more echo than I expected, which I’d interpret as a sign that this digital repository was still little known:

ImageImage

In fact, the repository is regrettably poorly devised, if not frankly user-hostile. You can’t easily know what books are or aren’t available, since the shelfmarks are not displayed — and the “Advanced Search” hardly helps. The embedded reader doesn’t allow you to do much, aside blindfoldedly leafing through the book; there is no easy way to provide a usable link to this or that page, and of course there isn’t a download button anywhere, not even for individual pictures. All beginner’s mistakes that ought to disappear from all medieval manuscripts digital repositories; and we can only hope that the BNC Rome will sometime come up with a newer version of their platform that allows researchers to actually work on their resources.

In the meantime, I thought it useful to provide at least a handlist of the 69 manuscripts that are indeed available.

Continuer la lecture de Digitized medieval manuscripts of the Biblioteca Nazionale Centrale di Roma

Notes. —
  1. They also have a repository for “Modern and Contemporary Manuscripts” which, as for now, helds 6’191 items. []

Charpin et l’Île-Barbe — quelques gazouillis

Depuis plusieurs mois, la nécessité de rédiger un certain nombre de choses (articles, mais aussi projets de recherche) m’a empêché de publier de nouvelles notes sur ce carnet. Je me suis pourtant fait l’écho sur Twitter de quelques recherches hâtives. Comme ce support est fragile et qu’il n’est pas facile d’y retrouver ce qu’on est pourtant certain d’y avoir lu (ou posté soi-même), je reproduis ici ces éléments épars, du moment qu’ils me paraissent utiles pour d’autres recherches futures.

La Vie de Cyprien par Pontius de Carthage : édition d’Étienne Charpin, 1554

La série de tweets dont je reproduis la teneur ici [en date du 4 septembre 2018] commente l’édition de la Vie de Cyprien de Pontius de Carthage qu’a procurée Étienne Charpin en 1554 [consultable sur Google Books].

Continuer la lecture de Charpin et l’Île-Barbe — quelques gazouillis

Turner’s “EOMIA” — The Councils in Bibliographical Circles of Hell

N.B. I’m not a native English speaker, and I’m not keen on bothering friends and colleagues with proofreading. This means that you’ll have to pardon my French, my mistakes and/or stylistic blunders. Or even better, you can report them to me in comments, so that I can improve both this note’s quality and my proficiency in English. Thanks!

There is a very special place in hell for scholars who conceived complex series that won’t fit into any bibliographical standard. Such are Turner’s EOMIA:

Cuthbert Hamilton Turner, Ecclesiae Occidentalis Monumenta Iuris Antiquissima. Canonum et Conciliorum Graecorum interpretationes latinae, Oxford, 1899–1939

Turner gathered here all the pieces he could find regarding the Latin tradition of the first Greek Councils. For a given Council, for example Nicæa, you will not find the Greek texts, but rather their Antique Latin translations: that is, the versions that were actually read, copied and used in the West throughout the Middle Ages. And you’ll also find the Latin Late Antique and Mediaeval pieces relevant to the making, diffusion and understanding of these conciliar documents: third-party contemporaneous texts that eventually complete them, or the Latin translator’s introductions, or other pieces of scholarship that accompany these translations in the manuscripts. And, of course, Turner’s introductions, descriptions of manuscripts, summaries of handwritten traditions, critical notes, tables, indices, etc. etc.

The EOMIA are a monumental piece of scholarship. But it’s almost as difficult to comprehend as the nightmarish and tentacular handwritten tradition that it’s dealing with.

Continuer la lecture de Turner’s “EOMIA” — The Councils in Bibliographical Circles of Hell

Lyon’s role in the history of texts: a keystone, Reg. lat. 331

With this blog article I’d like to celebrate the release of a digitization I’ve long been waiting for: MS Città del Vaticano, Bib. Apost. Vat., Reg. lat. 331 [here]. Jean-Baptiste Piggin, who does an amazing work monitoring the Vatican Library’s digitizations website [here], figured out that it was released between May 17th and May 25th, 2017. There’s a bit of bibliography on the codex, as you can see from the Vatican’s database [here]; the most careful, precise and recent studies on the codex itself can be found in Angel Anglada Anfruns’ latin (!) articles.

The head of the codex is lost; it now starts within Augustine’s epistle 140, which is actually more of a treatise, “on the New Testament’s grace” (f. 1r-22r; starting point: “mercede utilissima”, ed. CSEL 44, p. 164,25). Then we find epistles 137 (f. 22r-28v), 136 (f. 28v-29v), 138 (f. 29v-36r), 98 (f. 36r-39r). After this small collection of Augustine’s epistles, we go on with Pacian of Barcelona’s works, shortly interrupted by some Paulinus of Nola’s epistles, as follows: Pacian’s paraenesis (or de paenitentibus, f. 39r-44v); Paulinus’s epistle 40 (f. 44v-50r); Paulinus’s epistle 24 in an abbreviated form (f. 50r-54v); Pacian’s de baptismo (f. 54v-57v); Pacian’s epistle 1 (f. 57v-61r); Pacian’s epistle 2 (f. 61r-64r); Pacian’s epistle 3 (or contra tractatus Novatianorum, f. 64v-76r). After that, we read a collection of excerpts from historians: Eusebius (in Rufinus’ Latin translation) and Bede. You can see André Wilmart’s catalogue of Reginenses latini 1–500 for more details.

When you come to the Carolingian Lyon’s role in the history of Latin texts, this manuscript is an actual keystone. It illustrates on many levels the various kind of informations that you can gather from preserved manuscripts.

Continuer la lecture de Lyon’s role in the history of texts: a keystone, Reg. lat. 331

Bibliographie en ligne : les Patrologies avant Migne

La numérisation des documents anciens bouleverse rapidement notre rapport aux sources. C’est éminemment valable pour les manuscrits médiévaux, certes, mais aussi pour la bibliographie imprimée d’une question donnée : par exemple, pour un philologue, les éditions et études antérieures d’un texte dont il se propose de refaire l’édition critique.

Un exemple

Prenons un petit exemple. Pour sa thèse de théologie publiée en 1937, l’abbé Paul Duc entreprit de donner la première édition critique du De actione missarum de Florus de Lyon[1]. Cette expositio missae a eu une riche histoire éditoriale puisque, entre 1548 et 1733, elle a été imprimée à cinq reprises indépendamment. Comme la nature de son travail l’oblige à présenter celui de ses prédécesseurs, Paul Duc nous dit à propos de la troisième édition :

Luidamus, évêque de Ruremonde, publia le même traité, à Anvers, en 1589, ex antiquissimo codice, avec le prologue et le titre : De actione missarum, mais sans savoir qu’il était de Florus : il eut soin d’avertir que six feuillets manquaient au manuscrit qui avait servi à cette édition. L’édition de Luidamus est peu commune.[2]

Les détails apparemment précis que donne Paul Duc peuvent laisser croire qu’il a vu l’édition dont il parle. En réalité, il tire ces détails d’une source qu’il cite un peu plus tôt, une étude de Pierre Le Brun (1661-1729) : c’est ce dernier qui, pour ses dissertations sur l’histoire de la liturgie, a débrouillé les diverses éditions du traité de Florus. Paul Duc renvoie à une réédition de Le Brun datée de 1778, t. 8, p. 302 : on peut la lire ici mais, puisque Google Books nous le permet, reportons-nous plutôt à la première édition : Pierre Le Brun, Explication de la Messe contenant les dissertations historiques et dogmatiques sur les liturgies de toutes les Églises du monde chrétien, tome 4, Paris, 1726, p. 316.

Donc, Paul Duc a lu Le Brun ; mais quid de l’édition de «Luidamus» proprement dite ? Quand il la dit « peu commune », il s’exprime par euphémisme : en fait, il ne l’a pas trouvée. Il n’était sans doute pas facile, en 1937, de retrouver un livre de 1589 — et encore moins facile d’en examiner un exemplaire. Pour ma part, comme j’ai la chance de vivre aujourd’hui, cela m’a pris quelques secondes. L’édition du traité de Florus est comprise dans le traité de Wilhelmus Lindanus [Willem Damaszoon van der Lindt], Missa Apostolica, sive ἡ θεῖα λειτουργία τοῦ ἀποστόλου Πέτρου, divinum sacrificium sancti apostoli Petri, Antverpiae [Anvers], 1589, p. 115-215. Rien que sur Google Books, j’en ai trouvé sept exemplaires différents : par exemple un des deux que conserve la Bibliothèque municipale de Lyon (catalogue en ligne). Si l’on est allergique à Google, on peut aussi aller consulter l’exemplaire de la Bayerische Staatsbibliothek de Münich dans sa propre bibliothèque numérique (il est aussi sur Google Books, ).

Donc quelqu’un qui voudrait, aujourd’hui, améliorer l’édition critique du De actione missarum pourrait très facilement exploiter cette édition ancienne, dont le dernier éditeur n’a pas tiré parti, et qui reproduit peut-être un manuscrit désormais disparu (« antiquissimus codex Wilhelmi Lindani », dit la note liminaire de l’édition de 1589, p. 115).

L’aiguille dans le foin

Tout anecdotique qu’il soit, cet exemple montre bien comment les numérisations massives (et non pas ciblées sur des livres dont on connaît déjà l’intérêt) peut servir la recherche historique. Mais parfois chercher un texte ancien bien précis dans cette immense masse, c’est chercher une aiguille dans une pleine grange de foin ; ainsi en particulier :

  • Lorsque le livre est bel et bien rare. Les numérisations de livres anciens ont été nombreuses ces dernières années grâce à l’implication massive de quelques acteurs majeurs, mais aussi riches que puissent être leurs collections, ces bibliothèques n’ont pas tout. Au point où nous en sommes, comme beaucoup de choses sont déjà rendues accessibles en de multiples exemplaires, il faudrait que les bibliothèques possédant de véritables raretés se concentrent sur leur numérisation — comme semble faire, par exemple, la Bibliothèque Sainte-Geneviève sur Archive [lien].
  • Lorsque le livre porte un titre en latin démesurément long, avec un nom d’auteur ou d’éditeur latinisé (surtout s’il est au génitif ou à l’ablatif) — et surtout lorsque le titre principal d’une publication en plusieurs tomes est formulé au génitif, parce que c’est le complément du nom d’un « tomus I, tomus II » qui n’intervient que beaucoup plus loin sur la page… Les usages catalographiques n’étant guère unifiés, une publication de ce genre pourra apparaître sous des intitulés très différents d’un catalogue à l’autre et d’un moteur de recherche à l’autre. Dans ces cas-là, l’utilisation des bornes chronologiques rend de fiers services. Par exemple si l’on cherche l’édition des sermons de saint Augustin par Johannes Vlimmerius (D. Aurelii Augustini Hipponensis episcopi, sermonum pars una, hactenus partim mutila… [etc., etc., etc.], opera et studio Ioannis Vlimmerij [etc., etc., etc.], Lovanii, apud Hieronymum VVellæum [etc., etc., etc.], M.D.LXIIII), il est plus efficace de chercher toutes les publications dont le titre contient le mot « Augustini » en 1564, que de chercher « Augustini sermonum Vlimmerii » dans toutes les publications existantes.
  • Lorsque le livre s’inscrit dans une grande collection hérissée de sous-collections et de sous-sous-collections, avec des tomes, des sous-tomes et des sous-sous-tomes, chacun de ces niveaux portant un titre bien à lui… Un site comme dMGH est particulièrement bien fait en ce qu’il met à disposition tous les volumes des Monumenta Germaniae Historica en reproduisant de manière intuitive l’arborescence particulièrement riche de cette collection. Mais dans bien des cas il n’existe pas de répertoire aussi centralisé et concerté : on est heureux, alors, de tomber sur des personnes qui ont pris l’initiative de compiler elles-mêmes des listes. Par exemple, pour le Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, celles de Roger Pearse (ici) ou du Monastic Manuscript Project () ; ou bien cette liste des volumes du Catalogue général des manuscrits visibles sur Archive.org, qui permet de compléter par les images le texte océrisé du CCfr.

Avant Migne, les « Bibliothèques des Pères »

Dans le domaine de la littérature latine chrétienne, une série de publications importantes a le malheur de combiner parfois plusieurs de ces problèmes : les « Patrologies avant Migne », pour reprendre le mot de Pierre Petitmengin[3]. Ces grandes collections, qui s’efforçaient de réunir la littérature patristique disponible, n’ont cessé de s’amplifier, depuis la première « Bibliothèque des Pères » publiée par Marguerin de la Bigne à Paris en 1575, jusqu’au monument en 27 volumes publiée par les frères Anisson, à Lyon, en 1677. Après celle-ci on publia encore des collections, parfois importantes, mais l’exhaustivité devint une utopie — jusqu’au projet fou de l’abbé Migne, au milieu du XIXe siècle.

La place de ces grands recueils dans l’histoire des textes est ambivalente. « Une grande quantité d’inédits ont été publiés dans les premières éditions[4] », et l’on en trouve encore dans l’édition de 1677, mais le plus souvent on réimprime des éditions parues auparavant dans des volumes distincts. Parfois, alors, on corrige à bon droit une erreur de l’édition originale, parfois on tient compte des judicieuses remarques faites par un commentateur — et parfois, bien sûr, des erreurs s’introduisent. Se copiant les unes les autres, les publications créent ipso facto une « tradition éditoriale » comparable à la « tradition manuscrite » : l’édition que vous avez entre les mains n’est pas forcément identique en tous points à celle qu’elle prétend reproduire…

De nos jours, on cite souvent d’après la patrologie de Migne un texte de saint Augustin qui remonte en réalité à l’édition des Mauristes, antérieure de presque deux siècles : de la même façon, c’est surtout dans les grandes collections que l’on a lu les principaux auteurs ecclésiastiques, depuis le XVIe siècle jusqu’à Migne. Illustrant et alimentant la vie culturelle de leur époque, ces « patrologies avant Migne » sont donc aussi susceptibles de nous renseigner sur elle :

Malgré leurs faiblesses, les Bibliothèques ont connu une immense popularité et c’est dans leurs colonnes que les clercs et les laïcs cultivés lisaient les œuvres de ceux qu’on appelait alors les « petits Pères ». Une étude de leur diffusion permettrait sans doute d’intéressantes remarques sur la vie intellectuelle et religieuse à la fin du XVIe et au XVIIe siècle.[5]

Utiliser les « Bibliothèques des Pères » aujourd’hui

Si l’« on n’a pas encore étudié systématiquement l’apport philologique des Bibliothèques et de leurs divers Auctaria[6] », c’est en partie parce que ces grands corpus ne sont pas faciles d’accès. Les bibliothèques ne possèdent généralement pas toutes les éditions, ce qui ne facilite pas les comparaisons. Les premières éditions sont devenues rares : la Bibliothèque nationale de France elle-même ne possède aucun exemplaire des éditions de 1575‑1579 et 1589. Les bibliothèques qui possèdent certaines de ces éditions ont rangé Migne parmi les usuels en libre accès dans les salles de lecture, et remisé les patrologies antérieures dans leurs magasins, où les conditions de conservation sont mieux adaptées à leur grand âge. Dès lors, si l’on veut les consulter pour un texte précis, on a intérêt à savoir d’abord dans quel volume il se trouve.

Or — et cela aussi les rend difficiles d’accès — la distribution des textes dans ces collections n’est pas toujours évidente à appréhender. Circonstance aggravante, le système de classement a changé au cours du XVIIe siècle : les premières éditions suivent un cadre systématique (thématique), et l’ordre chronologique (que conservera Migne) n’a été adopté que progressivement. Bien sûr, il existe des index, des tables, des listes, mais il faut savoir où les trouver : lorsqu’elles font partie intégrante de l’édition, elles ne sont pas forcément bien signalées dans les catalogues de bibliothèques, et lorsqu’elles sont publiées à part, on ne peut pas deviner la relation entre deux publications dont les titres, auteurs, lieux et années de publication sont tout à fait différents. Et pour ne rien arranger, il n’est pas facile de se repérer dans les différentes éditions elles-mêmes : par exemple la Magna Bibliotheca veterum Patrum publiée à Cologne en 1622 est très différente de la Bibliotheca veterum Patrum publiée à Paris en 1624, et toutes deux sont différentes de la Magna Bibliotheca veterum Patrum imprimée à Paris en 1644 — par contre celle de Paris, 1654, n’est qu’une réimpression à l’identique de la troisième…

Je consacrerai donc une série de notes (à intervalles irréguliers !) à recenser les volumes des « Bibliothèques des Pères » successives qu’on peut consulter sur Internet. Je suivrai pour cela la liste établie par Pierre Petitmengin en annexe de son article[7]. Pour distinguer les différentes Bibliothèques et leurs suppléments, il introduit une numérotation continue suivant l’ordre chronologique des publications, que je reproduirai sous cette forme : BP1, BP2, etc. Sans prétendre recenser tous les exemplaires disponibles en ligne, j’essaierai de trouver deux ou trois exemplaires numérisés de chaque volume paru (certaines numérisations sont défectueuses ou reproduisent un exemplaire matériellement déficitaire) — et dans la mesure du possible, j’essaierai de rassembler les volumes appartenant à un même exemplaire de la collection complète.

Pour ce qui regarde la distribution des textes, on examinera les volumes d’index (signalés comme tels par leurs titres) et les tables généralement imprimées en tête de chaque volume. Je recense ici seulement des exemplaires de deux répertoires « hors-série » que signale Petitmengin:

Et bien entendu, si vous constatez un problème avec un lien, un fichier, ou si vous connaissez un exemplaire numérisé qu’il serait intéressant de porter sur la liste, signalez-le-moi !

Notes déjà publiées

  1. Les Patrologies avant Migne — BP1‑3 (XVIe siècle)
  2. Les Patrologies avant Migne — BP4‑6 (1609-1610)
  3. Les Patrologies avant Migne — BP7-11 (1618-1624)
  4. Les Patrologies avant Migne — BP12-16 (1639-1672)

Notes. —

  1. Paul Duc, Étude sur l’Expositio missae de Florus de Lyon, suivie d’une édition critique du texte, Belley, 1937. []
  2. P. Duc, Étude, p. 44-45. []
  3. Pierre Petitmengin, « Les patrologies avant Migne », dans Migne et le renouveau patristique : actes du colloque de Saint-Flour, 7-8 juillet 1975, Beauchesne, 1975, p. 15-38. Je regrette vivement que cet article ne soit pas disponible en ligne, à moins d’acheter le PDF du volume complet au déplorable prix de 52€. []
  4. P. Petitmengin, « Les patrologies avant Migne »p. 24. []
  5. P. Petitmengin, « Les patrologies avant Migne », p. 26-27. []
  6. P. Petitmengin, « Les patrologies avant Migne », n. 45 p. 24. []
  7. P. Petitmengin, « Les patrologies avant Migne », p. 32-38. []

840–841, une page d’histoire de Lyon

On fête aujourd’hui, 16 janvier 2016, le 1175e anniversaire de l’ordination d’Amolon, successeur d’Agobard sur le siège épiscopal de Lyon (841–852). C’est un bon prétexte pour présenter la source de cette information, un document contemporain exceptionnel, qu’on appelle couramment Annales Lugdunenses — les Annales de Lyon. Continuer la lecture de 840–841, une page d’histoire de Lyon

La « Collection des Douze Pères » de Florus de Lyon: une journée d’études

Jacques Sirmond, S.J. (1559-1651)
Jacques Sirmond, S.J. (1559-1651) (Bibliothèque de l’Université de Bologne. Sous réserve de droits.)

En 1643, le grand érudit jésuite Jacques Sirmond publie une belle trouvaille: plusieurs dizaines de fragments d’oeuvres perdues de deux Pères de l’Eglise, Avit de Vienne et Fulgence de Ruspe. Il les a tous trouvés dans un même manuscrit, Continuer la lecture de La « Collection des Douze Pères » de Florus de Lyon: une journée d’études

Le Martianus Capella de Mannon de Saint-Oyend est en ligne

J’apprends de Pierre-Emmanuel Guilleray, conservateur et responsable des numérisations à la Bibliothèque municipale de Besançon, l’existence de « Mémoire Vive« , le site du patrimoine bisontin numérisé.

La documentation numérisée est déjà très importante, Continuer la lecture de Le Martianus Capella de Mannon de Saint-Oyend est en ligne

Lyon en 1562: pillage et sauvetage des manuscrits

Depuis quelques mois, j’entretiens sur ce carnet une « veille » autour des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France mis en ligne par Gallica. Mais voilà un inconvénient de restreindre cette veille aux fonds « latin » et « NAL » : je découvre[1] avec presque un an de retard que le manuscrit Baluze 270 a été numérisé et mis en ligne (). Continuer la lecture de Lyon en 1562: pillage et sauvetage des manuscrits Notes. —

  1. Merci à Hanno Wijsman (CNRS – IRHT) de me l’avoir signalé ! []

Manuscrits du Lyon carolingien: définir les relations de proximité

Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend (Troyes, B.M., 96, f. 1r)
VOTO BONAE MEMORIAE MANNONIS LIBER AD SEPULCHRUM SANCTI AUGENDI OBLATUS
Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend
(Troyes, B.M., 96, f. 1r)

Dans mon dernier billet, je revenais sur l’impossible définition des « manuscrits personnels de Florus de Lyon » en proposant une approche moins catégorielle du problème : il s’agissait d’attribuer à chaque manuscrit un ou plusieurs « traits », significatifs d’une relation à Florus de Lyon, ou plus largement à son entourage. Continuer la lecture de Manuscrits du Lyon carolingien: définir les relations de proximité

Qu’est-ce qu’un «manuscrit personnel de Florus de Lyon»?

Dans mon domaine de recherche, les dernières années du XIXe siècle et les premières décennies du XXe sont marquées par deux mouvements parallèles : du côté des historiens et des théologiens, on observe un intérêt renouvelé pour les auteurs carolingiens et leurs œuvres, en particulier Agobard et Florus ; du côté des paléographes, c’est un intérêt nouveau pour les manuscrits, puisque la Bibliothèque municipale de Lyon conserve un nombre anormalement élevé de manuscrits du IXe siècle et antérieurs.

Les deux axes convergent durant la Seconde Guerre mondiale. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un «manuscrit personnel de Florus de Lyon»?

Florus, Augustin, la Sagesse et la Bible

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, une note d’érudition sur le livre de la Sagesse :

Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26 (cliquez pour afficher la page entière en haute définition)
Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26
(cliquez pour afficher la page entière en haute définition)

Nous sommes dans le livre de saint Augustin Sur la prédestination des saints (14,26). Dans ce livre, Continuer la lecture de Florus, Augustin, la Sagesse et la Bible

Florus et Eucher de Lyon sur saint Paul — la compilation perdue

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, et en l’honneur de la fête de saint Eucher hier, voici une série de sigles marginaux semés par Florus :

Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)
Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)

Saint Eucher, qui vécut fin IVe – première moitié du Ve siècle, appartenait à la meilleure société gallo-romaine, de riches et nobles propriétaires terriens. Marié et plusieurs fois père, Continuer la lecture de Florus et Eucher de Lyon sur saint Paul — la compilation perdue