Archives de catégorie : Veille Gallica

J’entretiens une «veille» autour des manuscrits latins conservés à la Bibliothèque nationale de France, à mesure que celle-ci les numérise et les met en ligne sur Gallica.

Gallica’s latest treasure hunt — Feb. 2nd, 2015

Sixteen manuscripts from Paris, Bibliothèque nationale de France, «latin» and «NAL» collections, were released this morning on Gallica. All of them can now be seen with their full colors, zoomed in in high definition, downloaded in medium resolution. Continuer la lecture de Gallica’s latest treasure hunt — Feb. 2nd, 2015

Gallica’s latest Treasure Hunt

Incipit of Ambrose's Hexameron (Paris, BNF, latin 12135, f. 1v)
Incipit of Ambrose’s Hexameron (Paris, BNF, latin 12135, f. 1v)

It took a few days, because there seem to have been a bug somewhere, but in the end nineteen newly digitized manuscripts of Paris, Bibliothèque nationale de France’s «latin» and «nouvelles acquisitions latines» (NAL) collections were released on Gallica on December 15th. Continuer la lecture de Gallica’s latest Treasure Hunt

Nouveaux manuscrits latins de la B.n.F. numérisés sur Gallica

Aucun manuscrit des fonds Latin et Nouvelles acquisitions latines de la Bibliothèque nationale de France n’avait été mis en ligne sur Gallica depuis le 4 octobre dernier. Saluons donc la vague d’aujourd’hui : vingt-cinq manuscrits, dont un de Florus.

Voici pour commencer la liste des manuscrits :

  • NAL 643
  • NAL 931
  • NAL 938
  • NAL 992
  • NAL 995
  • NAL 1594
  • NAL 1867
  • Latin 2429
  • Latin 2858
  • Latin 9363
  • Latin 9545
  • Latin 12659
  • Latin 12744
  • Latin 12747
  • Latin 12757
  • Latin 12764
  • Latin 12768
  • Latin 12771
  • Latin 12773
  • Latin 12774
  • Latin 12775
  • Latin 12776
  • Latin 13812
  • Latin 14726
  • Latin 16803

Un seul de ces manuscrits est carolingien : il s’agit du Latin 2858, provenant de Ferrières.

En ce qui me concerne plus directement, je fais mon miel du plus ancien manuscrit de cette liste, qui est un manuscrit de Florus. Il s’agit du manuscrit Paris, B.n.F., N.A.L. 1594 (consultable ici ou ci-dessous dans le lecteur exportable) : un très ancien recueil de sermons d’Augustin, que son format presque carré et son écriture ont fait dater du VIe siècle.

Ce manuscrit est en fait un fragment du manuscrit Lyon, B.M., 604 (521), qui est également numérisé et en ligne (ici). Ce fragment a été distrait par Libri, à qui l’on doit l’ex-libris du f. 42v (auquel il ne faut donc accorder aucune considération). Les deux parties de ce vénérable antiquior sont enfin « réunies » grâce à Internet !

Outre deux belles notes en wisigothique (f. 33r et 34v–35r, à livre ouvert), les traces de l’activité de Florus s’observent quasiment sur chaque feuillet (1r–11r, 13r, 15r, 16v, 18v–19v, 21r–24r, 25v, 26v, 28r, 29r–v, 31r–32v, 33v–37r, 40r–42v) ; mais il n’a visiblement pas porté la même attention à tous les textes transmis.

Nouveaux manuscrits carolingiens lyonnais en ligne sur Gallica

Suite à un partenariat entre Biblissima et la BnF, l’été a vu arriver sur Gallica une magnifique vague de manuscrits ayant un lien avec la cathédrale de Lyon au IXe siècle et, dans certains cas, avec Florus de Lyon en personne. Trois d’entre eux méritent d’être particulièrement signalés, parce qu’ils complètent des manuscrits déjà numérisés par la Bibliothèque municipale de Lyon sur son site florus :

  • Paris, BnF, lat. 5288, ff. 1–12 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 788, f. 27–34 (sur florus). La BnF possède un troisième morceau dans le recueil Paris, BnF, Baluze 270, dont le microfilm est également visible (sur Gallica). Il s’agit d’un recueil liturgique datable de l’année 779.
  • Paris, BnF, n.acq.lat. 446 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 600 (sur florus). Il s’agit d’un exemplaire des VIe–VIIIe siècles des Lettres de saint Jérôme.
  • Paris, BnF, n.acq.lat. 602 (sur Gallica) complète un manuscrit lyonnais : Lyon, BM, 468 (sur florus). Il s’agit d’un exemplaire du VIIe siècle du Commentaire sur Jérémie de saint Jérôme.

Signalons également l’arrivée de deux manuscrits importants liés à Agobard de Lyon :

  • Le « codex Agobardinus », Paris, BnF, lat. 1622 (sur Gallica), important exemplaire des œuvres de Tertullien, légué par Agobard à la cathédrale de Lyon, et sur lequel Florus a travaillé
  • Le manuscrit Paris, BnF, lat. 2853 (sur Gallica), exemplaire unique de la plupart des œuvres d’Agobard

Enfin, un manuscrit dont j’ai déjà parlé dans un billet précédent : Paris, BnF, lat. 11709 (sur Gallica), un exemplaire de la collection canonique « Hispana systematica », exemplaire ayant appartenu à Leidrat, et sur lequel est copié l’abrégé lyonnais Lyon, BM, 336, déjà accessible (sur florus).

Une vingtaine d’autres, liés moins étroitement au scriptorium lyonnais, ont été heureusement mis en ligne cet été. En attendant d’autres !