Les Acta Sanctorum Ordinis Sancti Benedicti en ligne

d’Achéry, Luc et Jean Mabillon, Acta Sanctorum Ordinis Sancti Benedicti in saeculorum classes distributa, Parisiis: apud Ludovicum Billaine, 1668–1702 (6 t. in 9 vol.)

Exemplaires de la Bibibliothèque municipale de Lyon, accessibles sur Google Books sous la clef « editions:Ke0geDJ5f2kC »

Continuer la lecture de Les Acta Sanctorum Ordinis Sancti Benedicti en ligne

Le Martianus Capella de Mannon de Saint-Oyend est en ligne

J’apprends de Pierre-Emmanuel Guilleray, conservateur et responsable des numérisations à la Bibliothèque municipale de Besançon, l’existence de « Mémoire Vive« , le site du patrimoine bisontin numérisé.

La documentation numérisée est déjà très importante, Continuer la lecture de Le Martianus Capella de Mannon de Saint-Oyend est en ligne

À propos de la liste des témoins de l’Expositio dressée par J. Heil

Je m’efforce de dresser sur cette page une liste des témoins connus de l’Expositio augustinienne sur l’Apôtre, le chef-d’œuvre et best-seller de Florus de Lyon.

En 1998, dans le cadre de ses recherches, Johannes Heil a dressé une très nombreuse liste de manuscrits. Il était inévitable que de petites erreurs se glissent dans une si abondante liste (près de quatre-vingt-dix items). Le présent article se propose de formuler quelques remarques d’ensemble, et de signaler les erreurs susceptibles d’obérer l’identification des manuscrits répertoriés. Continuer la lecture de À propos de la liste des témoins de l’Expositio dressée par J. Heil

Gallica’s latest treasure hunt — Feb. 2nd, 2015

Sixteen manuscripts from Paris, Bibliothèque nationale de France, «latin» and «NAL» collections, were released this morning on Gallica. All of them can now be seen with their full colors, zoomed in in high definition, downloaded in medium resolution. Continuer la lecture de Gallica’s latest treasure hunt — Feb. 2nd, 2015

Lyon en 1562: pillage et sauvetage des manuscrits

Depuis quelques mois, j’entretiens sur ce carnet une « veille » autour des manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France mis en ligne par Gallica. Mais voilà un inconvénient de restreindre cette veille aux fonds « latin » et « NAL » : je découvre avec presque un an de retard que le manuscrit Baluze 270 a été numérisé et mis en ligne (). Continuer la lecture de Lyon en 1562: pillage et sauvetage des manuscrits

Gallica’s latest Treasure Hunt

Incipit of Ambrose's Hexameron (Paris, BNF, latin 12135, f. 1v)
Incipit of Ambrose’s Hexameron (Paris, BNF, latin 12135, f. 1v)

It took a few days, because there seem to have been a bug somewhere, but in the end nineteen newly digitized manuscripts of Paris, Bibliothèque nationale de France’s «latin» and «nouvelles acquisitions latines» (NAL) collections were released on Gallica on December 15th. Continuer la lecture de Gallica’s latest Treasure Hunt

Manuscrits du Lyon carolingien: définir les relations de proximité

Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend (Troyes, B.M., 96, f. 1r)
VOTO BONAE MEMORIAE MANNONIS LIBER AD SEPULCHRUM SANCTI AUGENDI OBLATUS
Ex-dono autographe de Mannon de Saint-Oyend
(Troyes, B.M., 96, f. 1r)

Dans mon dernier billet, je revenais sur l’impossible définition des « manuscrits personnels de Florus de Lyon » en proposant une approche moins catégorielle du problème : il s’agissait d’attribuer à chaque manuscrit un ou plusieurs « traits », significatifs d’une relation à Florus de Lyon, ou plus largement à son entourage. Continuer la lecture de Manuscrits du Lyon carolingien: définir les relations de proximité

Qu’est-ce qu’un «manuscrit personnel de Florus de Lyon»?

Dans mon domaine de recherche, les dernières années du XIXe siècle et les premières décennies du XXe sont marquées par deux mouvements parallèles : du côté des historiens et des théologiens, on observe un intérêt renouvelé pour les auteurs carolingiens et leurs œuvres, en particulier Agobard et Florus ; du côté des paléographes, c’est un intérêt nouveau pour les manuscrits, puisque la Bibliothèque municipale de Lyon conserve un nombre anormalement élevé de manuscrits du IXe siècle et antérieurs.

Les deux axes convergent durant la Seconde Guerre mondiale. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un «manuscrit personnel de Florus de Lyon»?

Florus, Augustin, la Sagesse et la Bible

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, une note d’érudition sur le livre de la Sagesse :

Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26 (cliquez pour afficher la page entière en haute définition)
Lyon 608, f. 124r : Augustin, De praedestinatione sanctorum, 14,26
(cliquez pour afficher la page entière en haute définition)

Nous sommes dans le livre de saint Augustin Sur la prédestination des saints (14,26). Dans ce livre, Continuer la lecture de Florus, Augustin, la Sagesse et la Bible

Florus et Eucher de Lyon sur saint Paul — la compilation perdue

Pour #MarginaliaMonday aujourd’hui, et en l’honneur de la fête de saint Eucher hier, voici une série de sigles marginaux semés par Florus :

Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)
Paris lat. 9550, f. 24r (cliquer pour accéder à la page entière sur Gallica)

Saint Eucher, qui vécut fin IVe – première moitié du Ve siècle, appartenait à la meilleure société gallo-romaine, de riches et nobles propriétaires terriens. Marié et plusieurs fois père, Continuer la lecture de Florus et Eucher de Lyon sur saint Paul — la compilation perdue

Florus et les Arts libéraux selon Augustin

Pour #MarginaliaMonday cette semaine, voici une note de Florus sur un passage d’Augustin où il est question des arts libéraux:

Paris, BnF, n.a.l. 1443, f. 145v,3
Paris, BnF, n.a.l. 1443, f. 145v,3 (cliquez pour voir le feuillet entier sur Gallica)

On se trouve ici dans la lettre 101 de saint Augustin [la lire en latin ici, en français ]. Augustin y évoque Continuer la lecture de Florus et les Arts libéraux selon Augustin

Florus de Lyon et les extra-terrestres

On ne peut pas dire que le Lyon carolingien bénéficie d’une large notoriété hors du petit monde des historiens. Mais il y a une exception notable, qui concerne le merveilleux pays de Magonie: il suffit de googler «Magonie» ou «Magonia» pour constater la popularité de la chose.

Magonia, ou la Magonie, est un pays non identifié d’où venaient des vaisseaux aériens, qui s’arrogeaient les récoltes de la région lyonnaise. L’évêque Agobard raconte Continuer la lecture de Florus de Lyon et les extra-terrestres

Nouveaux manuscrits latins de la B.n.F. numérisés sur Gallica

Aucun manuscrit des fonds Latin et Nouvelles acquisitions latines de la Bibliothèque nationale de France n’avait été mis en ligne sur Gallica depuis le 4 octobre dernier. Saluons donc la vague d’aujourd’hui : vingt-cinq manuscrits, dont un de Florus.

Voici pour commencer la liste des manuscrits :

  • NAL 643
  • NAL 931
  • NAL 938
  • NAL 992
  • NAL 995
  • NAL 1594
  • NAL 1867
  • Latin 2429
  • Latin 2858
  • Latin 9363
  • Latin 9545
  • Latin 12659
  • Latin 12744
  • Latin 12747
  • Latin 12757
  • Latin 12764
  • Latin 12768
  • Latin 12771
  • Latin 12773
  • Latin 12774
  • Latin 12775
  • Latin 12776
  • Latin 13812
  • Latin 14726
  • Latin 16803

Un seul de ces manuscrits est carolingien : il s’agit du Latin 2858, provenant de Ferrières.

En ce qui me concerne plus directement, je fais mon miel du plus ancien manuscrit de cette liste, qui est un manuscrit de Florus. Il s’agit du manuscrit Paris, B.n.F., N.A.L. 1594 (consultable ici ou ci-dessous dans le lecteur exportable) : un très ancien recueil de sermons d’Augustin, que son format presque carré et son écriture ont fait dater du VIe siècle.

Ce manuscrit est en fait un fragment du manuscrit Lyon, B.M., 604 (521), qui est également numérisé et en ligne (ici). Ce fragment a été distrait par Libri, à qui l’on doit l’ex-libris du f. 42v (auquel il ne faut donc accorder aucune considération). Les deux parties de ce vénérable antiquior sont enfin « réunies » grâce à Internet !

Outre deux belles notes en wisigothique (f. 33r et 34v–35r, à livre ouvert), les traces de l’activité de Florus s’observent quasiment sur chaque feuillet (1r–11r, 13r, 15r, 16v, 18v–19v, 21r–24r, 25v, 26v, 28r, 29r–v, 31r–32v, 33v–37r, 40r–42v) ; mais il n’a visiblement pas porté la même attention à tous les textes transmis.

Agobard et Florus annotateurs

Lorsque l’archevêque de Lyon Agobard a été déposé en 835, et que l’administration du diocèse a été confiée au liturgiste Amalaire, Florus s’est lancé dans une véritable croisade visant à rétablir les droits de l’Église de Lyon en faisant condamner Amalaire comme hérétique. Une lutte aussi efficace qu’acharnée, puisque Amalaire a effectivement été condamné en 838 et Agobard restauré sur sa cathèdre.

Aussi, on a longtemps attribué à Florus les annotations rageuses portées par un lecteur dans les marges d’un exemplaire du Liber officialis d’Amalaire, le manuscrit Paris, B.n.F., n.a.l. 329. Klaus Zechiel-Eckes a montré, par toute une série d’arguments, que ces annotations ne devaient pas être de Florus. Elles seraient plus proches de l’auteur du Contra libros quatuor Amalarii, soit Agobard, quoique aucun argument positif déterminant ne permette de trancher.

En tout cas, que les notes ne soient pas de la main de Florus, la numérisation récente de ce manuscrit sur Gallica permet de s’en rendre compte de ses propres yeux. Voyez par exemple cette impressionnante annotation marginale dans le manuscrit en question :

Paris, B.n.F., n.a.l. 329, f. 79v
Paris, B.n.F., n.a.l. 329, f. 79v
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

On comparera (également grâce à Gallica) avec une autre annotation marginale, dans une mise en page similaire, mais qui, cette fois, est de Florus :

Paris, B.n.F., lat. 2859, f. 45v
Paris, B.n.F., lat. 2859, f. 45v
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Si la première main ressemble à la seconde, je n’ai plus qu’à changer de métier.

Pour feuilleter le manuscrit Paris, B.n.F., n.a.l. 329, c’est sur Gallica ou ici :

Une bibliothèque et un auteur au milieu du neuvième siècle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search