Archives par mot-clé : Bibliographie

Un volume fantôme dans la collection Italia Sacra : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, 1961

Paolo Sambin publia en 1955 une étude intitulée Problemi politici attraverso lettere inedite di Innocenzo IV, sous l’égide de l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti. Memorie: Classe di Science morali e lettere, volume XXXI, fasc. III:

Page de titre de l'étude de Sambin, 1955
Page de titre de l’étude de Paolo Sambin parue en 1955

Sambin y édite les lettres formant le corpus de son étude, mais le manuscrit d’où il les tire en contient beaucoup d’autres. Il édite donc l’ensemble quelques années plus tard : Lettere inedite di Innocenzo IV, a cura di Paolo Sambin, Padova: Antenore, 1961 (Italia Sacra, 5).

Le problème, c’est que lorsqu’on va chercher le volume 5 de la collection Italia sacra, on trouve en général ce volume qui n’a rien à voir :

Bien plus, les exemplaires de l’édition Sambin semblent très rares. La chercheuse qui a attiré mon attention sur ce problème m’en a signalé trois exemplaires : à la BNC de Florence [lien], au Deutsches Historisches Institut de Rome [lien], et à la Sapienza [lien] ; j’en ai repéré un au séminaire diocésain de Milan [lien] ; et Worldcat en connaît seulement deux : à la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma [lien], et dans une bibliothèque de Lugano [lien]. Il y en a sûrement d’autres ici et là, mais, en tout cas, la diffusion de ce volume est sans commune mesure avec la diffusion de la collection Italia Sacra en général — et sans commune mesure en particulier avec la diffusion du volume 5 paru en 1964, Vescovi e diocesi in Italia nel Medioevo : de ce dernier, Worldcat, par exemple, connaît au moins vingt-huit exemplaires. Le Catalogue collectif de France recense quatre exemplaires de l’étude de 1955 et dix-huit exemplaires de Vescovi e diocesi — mais zéro de l’édition Sambin de 1961.

Et pourtant, cette édition Sambin non seulement existe bel et bien, mais elle a bel et bien été publiée en 1961 sous le numéro 5 de la collection Italia Sacra. Je suis forcé de l’admettre non seulement par l’exemplaire que j’ai finalement pu examiner, mais aussi par l’une des très rares mentions de l’ouvrage que j’aie trouvées où l’on puisse être certain que l’auteur a effectivement vu le livre qu’il mentionne. Il s’agit d’une brève recension signée A[lessandro] Pra[tesi], dans le Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano. IIIa serie, vol. 2-3 (1963-1964), p. 159. Or cette recension n’est, comment dire, pas très enthousiaste :

… l’éditeur ne tient pas compte des règles en usage pour la publication des sources documentaires, et ne fournit aucun élément pour identifier les personnages et dater les lettres (…). La présence de coquilles laisse parfois incertain si la leçon moins correcte de l’édition est vraiment celle que transmet le manuscrit, ou bien est la conséquence d’un lapsus typographique.

Effectivement, après un avertissement d’une petite trentaine de lignes, l’édition Sambin semble être à peine plus qu’une transcription du manuscrit, bien en dessous des standards scientifiques. Mais cela nous fournit peut-être une explication au mystère de sa rareté et de l’existence d’un autre volume Italia sacra 5 : on peut penser que peu après sa publication, alors que peu d’exemplaires encore avaient été mis en circulation, la collection se ravisa et décida de retirer le volume — et de le retirer à tel point que le numéro 5 fut ensuite réattribué à un tout autre livre, comme s’il ne s’était rien passé.

Ces décisions contradictoires s’expliquent peut-être par la présence de Paolo Sambin dans le comité scientifique de la collection Italia sacra. Cela a pu évidemment, dans un premier temps, contribuer à faire accepter un manuscrit qui ne répondait pas aux standards scientifiques. Mais cela a pu aussi contribuer ensuite à faire “disparaître” le volume, si son auteur lui-même l’a voulu ainsi : il avait voix au chapitre pour prendre les décisions en ce sens.

Tout n’est pas absolument clair néanmoins. L’achevé d’imprimer de l’édition Sambin est en date d’août 1961. Or les numéros 3-4 de la collection Italia sacra (tomes premier et second d’un recueil de mélanges en l’honneur de Pietro Pirri) présentent l’édition Sambin comme “en préparation”… en août 1962 :

Deux questions s’ensuivent. D’abord, pourquoi l’édition parue en 1961 reçut-elle le numéro 5, si les volumes 3-4 n’étaient pas parus à cette date ? Cela n’est pas inexplicable : les numéros 3 et 4 ont pu être attribués d’abord aux Mélanges Pirri, dont la réunion et la publication demandèrent ensuite un certain temps : l’édition Sambin aurait été très vite acceptée et imprimée dans l’intervalle. Ensuite, faut-il penser que Sambin envisageait encore, après le retrait de son édition, de la publier de nouveau, probablement en la portant cette fois au niveau des standards scientifiques ? Peut-être, mais il ne le fit jamais ; et si son nom reste encore longtemps inscrit au comité scientifique de la collection, le projet, lui, semble disparaître complètement. Il est aussi possible, si les Mélanges Pirri parurent en retard, que leurs contreplats parus “officiellement” en 1962 aient été en fait imprimés avant août 1961 et la publication de l’édition Sambin… édition que son auteur n’aurait donc jamais eu l’intention de perfectionner.

J’ai cru intéressant de publier ces éléments d’une enquête très sommaire, parce qu’ils n’ont pas été si simples que cela à réunir. Ils laissent entrevoir une rétractation et presque une damnatio memoriae, auto-infligée peut-être, assez inattendue pour une publication scientifique à pareille date… et surtout d’une surprenante efficacité puisque, soixante ans plus tard, il n’est facile ni de réunir ces éléments, ni de se convaincre que l’ouvrage existe bel et bien, ni enfin de le consulter. Le cas est-il rare ?

La parution de l’édition Stieren du Contre les hérésies

En examinant les éditions successives du Contre les hérésies, je ne comprenais pas pourquoi la bibliographie date généralement l’édition d’Adolf Stieren de 1848, alors que les volumes que j’en trouvais sont clairement datés de 1853. J’avais fini par penser que cette date de 1848 était une de ces minuscules erreurs, généralement sans importance, qu’un premier chercheur peut avoir commises en retranscrivant mal des notes peut-être hâtives, et dont les lecteurs répètent ensuite l’erreur faute d’avoir vérifié. Mais j’ai été formellement démenti lorsque, passant en revue les exemplaires consultables en ligne (cf. Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)) j’en ai trouvé un effectivement daté de 1848. Or, dans le dossier qui m’occupe en ce moment à travers Irénée, ces cinq petites années de différence changent toute l’histoire… Je me suis donc efforcé de débrouiller les dates et modalités de publication de l’édition Stieren.

Continuer la lecture de La parution de l’édition Stieren du Contre les hérésies

Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)

J’avais besoin de confronter un peu les différentes éditions modernes du Contre les hérésies d’Irénée. Or, pour diverses raisons plus ou moins bonnes que j’ai déjà expliquées ici ou là sur ce carnet, il est assez fastidieux de trouver ce qu’on cherche dans l’immensité des imprimés modernes numérisés… Parvenu à un certain point, j’ai cru plus “simple” de prendre le problème à bras le corps et de recenser les volumes une bonne fois pour toutes, plutôt que de devoir les chercher et re-chercher ponctuellement. Voici donc une liste, assez brute, que je publie ici en espérant qu’elle fera, une fois de temps en temps, gagner quelques minutes à d’autres qu’à moi.

Continuer la lecture de Les éditions du Contre les hérésies (avant le XXe siècle)

L’index du “Journal des Savants” 1665-1750

En 1753 commença la publication d’un index général du Journal des Savants pour les années de sa création (1665) à 1750 : instrument de recherche précieux pour s’orienter dans le premier siècle, particulièrement hétéroclite, du “plus ancien périodique littéraire et scientifique d’Europe” (Wikipedia).

Malheureusement il n’est pas très simple de trouver cet index en ligne, en partie pour des raisons d’évolution des pratiques : les catalogues de bibliothèques ont eu tendance à subsumer ce genre de volumes de tables sous le titre du périodique qu’elles décrivent, pour aider les lecteurs à les trouver ; mais comme ils sont en fait hors-série, ils ont pu échapper aux campagnes de numérisation du périodique lui-même. C’est clairement ce qui est arrivé à la bibliothèque Nationale de France : celle-ci a mis en libre accès sur Gallica les volumes du Journal des Savants lui-même de 1665 à 1950 (barrière mobile de 70 ans) [lien], et la notice du catalogue correspondante mentionne bien l’existence des tables 1665-1750 [lien], mais sans lien avec la notice qui les catalogue en propre [lien] — et elles ne sont pas numérisées.

(Je signale au passage que Persée a mis en ligne les volumes de 1909-2016 (barrière mobile de 5 ans) [lien], y compris la table pour les années 1909-1938 parue en 1942 : cliquer sur l’onglet “numéros thématiques”. Persée indexe aussi les contributeurs de chaque volume, ce qui n’est pas le cas de Gallica/BNF.)

En guise de pense-bête, et en espérant que cela puisse aussi servir à d’autres, je mets donc ici les liens vers les dix volumes d’un même exemplaire, appartenant à la New York Public Library et numérisé par Google Books :

Table générale des matiéres contenues dans le Journal des Savans de l’édition de Paris, depuis l’année 1665 qu’il a commencé, jusqu’en 1750 inclusivement, avec les noms des auteurs, les titres de leurs ouvrages, et l’extrait des jugemens qu’on en a portés,10 t., Paris, Briasson, 1753-1764

En ligne : la meilleure édition existante du “rapport” de Leidrat à Charlemagne (v. 813)

En 798 meurt l’évêque Adon de Lyon, qui occupait ce siège depuis au moins une trentaine d’années. Charlemagne nomme pour lui succéder un de ses propres intimes, proche de son principal conseiller Alcuin, le bavarois Leidrat (Leidrade). Une quinzaine d’années plus tard, Leidrat adresse à l’Empereur une lettre dans laquelle il détaille les mesures et les résultats de son administration. Formes institutionnelles, immobilier, mobilier : tout est passé en revue. C’est une source de premier ordre d’abord pour l’histoire lyonnaise, mais aussi plus largement pour l’histoire carolingienne, puisqu’elle nous donne une vision intérieure de la manière dont l’administration carolingienne agissait et voyait son action.

La transmission manuscrite de ce texte pose cependant quelques problèmes : il nous parvient par les copies médiévales de plusieurs établissements ecclésiastiques lyonnais, qui n’ont pas hésité, au passage, à se rajouter dans le texte, pour faire la preuve de leur ancienneté.

Or, l’édition la plus couramment citée, parce que la plus facile d’accès, n’est pas la meilleure disponible. C’est celle qu’a procurée Ernst Dümmler, dans les Monumenta Germaniae Historica : Epistolae 4 (= Epistolae Karolini Aevi 2), Berlin, 1895, p. 542-544 [dMGH]. Cette édition de Dümmler repose sur la collation, par son collègue Wilhelm Arndt, d’une copie, par Pierre-François Chifflet (1592-1681), de deux manuscrits lyonnais non conservés et de date inconnue.

Une édition beaucoup plus sûre, assortie d’un exposé détaillé de la tradition (manuscrite et éditoriale) et d’une analyse historique, a été procurée depuis par Alfred Coville, dans ses Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 266-296 (le texte lui-même occupant les p. 283-287).

Malgré cela, la lettre de Leidrat est encore couramment citée d’après l’édition obsolète de Dümmler, comme je le disais, pour la seule raison que les MGH sont une collection de référence beaucoup plus connue et beaucoup plus répandue que l’ouvrage de Coville. Cependant, Coville étant mort en 1942 [Wikipédia], son ouvrage est dans le domaine public depuis le 1er janvier 2013, si je ne m’abuse [Wikipédia]. L’obstacle concret que constitue sa rareté (relative) pourrait donc être levé par la numérisation. Mais je n’en ai pas trouvé d’exemplaire numérisé à ce jour. En attendant une numérisation digne de ce nom, intégrale et de qualité, je mets donc en ligne mes vilaines photos de mon propre exemplaire (pour ces pages seulement) :

https://archive.org/details/Coville_ed_Leidrade

[Ajout du même jour] Sur une suggestion de Charles West, j’ajoute quelques indications sur les principales différences entre le texte de Dümmler et celui de Coville.

Un dépouillement rapide des notes de bas de page de Coville (où le texte de Dümmler est siglé E) montre au début du texte des différences mineures ; l’une d’elles cependant me paraît importante à signaler : Leidrat n’est plus “archiepiscopus” (Dümmler p. 542, 7) mais “episcopus”.

Les choses se gâtent gravement dans le passage où Leidrat parle des travaux qu’il a fait faire dans les différents établissements ecclésiastiques de Lyon, puisque Coville rejette comme interpolés deux passages à la gloire de Saint-Pierre-les-Nonnains, et deux autres à la gloire de l’Île-Barbe… Voici, en gros, les passages incriminés du texte de Dümmler :

Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 543
Éd. Dümmler, in MGH Epp. 4, p. 544

Notons enfin que le paragraphe suivant, concernant Saint-Rambert, est absent d’une bonne partie de la tradition (même si Coville le conserve, cf. sa note 13 p. 286) ; et que le dernier paragraphe, que Dümmler avait signalé par une astérisque, est analysé par Coville comme un fragment d’un tout autre document, collé là par erreur. Il l’édite et l’analyse à part, p. 287-8.