Archives par mot-clé : marginalia

Florus de Lyon et les extra-terrestres

On ne peut pas dire que le Lyon carolingien bénéficie d’une large notoriété hors du petit monde des historiens. Mais il y a une exception notable, qui concerne le merveilleux pays de Magonie: il suffit de googler «Magonie» ou «Magonia» pour constater la popularité de la chose.

Magonia, ou la Magonie, est un pays non identifié d’où venaient des vaisseaux aériens, qui s’arrogeaient les récoltes de la région lyonnaise. L’évêque Agobard raconte Continuer la lecture de Florus de Lyon et les extra-terrestres

Agobard et Florus annotateurs

Lorsque l’archevêque de Lyon Agobard a été déposé en 835, et que l’administration du diocèse a été confiée au liturgiste Amalaire, Florus s’est lancé dans une véritable croisade visant à rétablir les droits de l’Église de Lyon en faisant condamner Amalaire comme hérétique. Une lutte aussi efficace qu’acharnée, puisque Amalaire a effectivement été condamné en 838 et Agobard restauré sur sa cathèdre.

Aussi, on a longtemps attribué à Florus les annotations rageuses portées par un lecteur dans les marges d’un exemplaire du Liber officialis d’Amalaire, le manuscrit Paris, B.n.F., n.a.l. 329. Klaus Zechiel-Eckes a montré, par toute une série d’arguments[1], que ces annotations ne devaient pas être de Florus. Elles seraient plus proches de l’auteur du Contra libros quatuor Amalarii, soit Agobard, quoique aucun argument positif déterminant ne permette de trancher.

En tout cas, que les notes ne soient pas de la main de Florus, la numérisation récente de ce manuscrit sur Gallica permet de s’en rendre compte de ses propres yeux. Voyez par exemple cette impressionnante annotation marginale dans le manuscrit en question :

Paris, B.n.F., n.a.l. 329, f. 79v
Paris, B.n.F., n.a.l. 329, f. 79v
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

On comparera (également grâce à Gallica) avec une autre annotation marginale, dans une mise en page similaire, mais qui, cette fois, est de Florus :

Paris, B.n.F., lat. 2859, f. 45v
Paris, B.n.F., lat. 2859, f. 45v
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Si la première main ressemble à la seconde, je n’ai plus qu’à changer de métier.

Pour feuilleter le manuscrit Paris, B.n.F., n.a.l. 329, c’est sur Gallica ou ici :

Notes. —
  1. K. Zechiel-Eckes, Florus von Lyon als Kirchenpolitiker und Publizist, 1999, pp. 72–76. []